Les Damné.es de la terre

Damas Léon-GontranIl est des nuits [Guyane 1988], Par les Damné.e.s de la terre – Des voix de luttes 1969-1988 ; Hors Cadres 2018


Damas Léon-GontranBlanchi [Guyane 1988], Par les Damné.e.s de la terre – Des voix de luttes 1969-1988 ; Hors Cadres 2018

“Ces deux extraits tirés d’un disque de RFI, Archives sonores de la littérature noire, consacré à Léon-Gontran Damas, présenté et conceptualisé par Daniel Maximim, introduisent le personnage le moins connu du trio de la négritude. Né à Cayenne en 1912 d’une mère martiniquaise et d’un père guyanais aux origines amérindiennes, africaines et européennes, Léon-Gontran Damas grandit en Guyane puis en Martinique avant d’arriver à Paris à la fin des années 1920.

Cette origine guyanaise est importante car dans l’imaginaire, ce territoire se résume au bagne alors qu’il regorge de ressources et de cultures. Appelé à mener une carrière internationale, Damas a toujours gardé un lien avec la culture populaire caribéenne. Etudiant à l’Ecole des langues orientales et en faculté de lettres, il découvre la culture afro-américaine en fréquentant les musiciens de jazz et de blues du Paris noir. En 1931, Damas retrouve l’étudiant martiniquais Aimé Césaire et, avec leur camarade sénégalais Léopold Sédar Senghor, ils constituent le trio fondateur du mouvement de la négritude.

Il s’agit de réhabiliter la culture africaine et la fierté d’être noir afin de combattre la domination raciale, de développer une nouvelle littérature de résistance contre le colonialisme, et de repenser plus largement la condition humaine à partir de l’expérience nègre. Au contraire de ses camarades qui sont inscrits dans le parcours méritocratique français et qui collectionnent les honneurs rémunérés avant de mener de longues carrières politiques, Damas travaille pour s’en sortir au quotidien. Barman, plongeur, distributeur de prospectus, ouvrier, manutentionnaire, Damas fait partie de ses intellectuels prolétaires.

C’est en souvenir des difficultés matérielles partagées au début des années 1930 avec son ami cubain, le poète et écrivain Alejo Carpentier, que Damas écrit et lui dédie ce poème, Il est des nuits. Quant à Blanchi, lu ici par Philippe Laudenbach, le poème est dédié au couple à l’origine de l’aventure éditoriale de Présence Africaine, Christiane et Alioune Diop. Dans ce dernier texte, Damas expose sur un ton déterminé sa colère de voir l’Afrique pillée et son attachement à la négritude. …” [Texte intégral disponible dans le livret-revue cd, vinyle ou digital]

Texte par : Amzat Boukari-Yabara pour le livret-revue [Par les damné.e.s de la terre] © & ℗ Hors Cadres 2018



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.