Peyi an nou

Jessica Oublié (scénario), Marie Ange Rousseau (dessin), Peyi an nou, éditions Steinkis, 2017.

« Il est des histoires que l’on porte en soi et que l’on ne connait pas jusqu’à ce qu’elles s’imposent. Un voyage en Guadeloupe à l’été 2015, une discussion avec un grand-père malade, de longs silences après de simples questions, un déjeuner de famille où des mémoires souffreteuses acceptent progressivement de sortir de leur mutisme, et le mot est lâché : BUMIDOM. C’est en partie de l’histoire de cet acronyme un peu abstrait dont il est ici question.

Les Antillo-Guyanais nés en métropole ont tous un parent enregistré dans les fichiers de cette agence d’Etat dont la mission était d’encourager et d’organiser l’émigration des ressortissants des DOM de 1963 à 1981. « C’est la première fois que je parle de cette histoire à quelqu’un. Même mes enfants ne savent pas pourquoi je suis arrivée en France, pourquoi ils y sont nés » m’a alors confié Paule qui, séduite par les cartes postales de France que lui envoyait sa soeur, l’a rejointe à l’âge de 20 ans.

Cet été là, mon enregistreur s’est posé de table en table sans trop savoir à la recherche de quoi il partait, un peu comme une bouteille que l’on jette à la mer et dont on espère qu’elle atteindra le bon destinataire. Et puis, des visages se sont assombris, certaines personnes pas préparées à revivre un passé refoulé depuis tant d’années m’ont refixé un rendez-vous qu’elles n’ont jamais honoré.

Au fil des rencontres, je découvre que, soixante ans après, cette histoire reste peu connue, souvent parce que difficile à assumer. Mais finalement, c’est là le lot de toutes les migrations… Et puis il faut dire qu’à l’époque, le quotidien de ces « migrants » se partageait entre difficultés d’intégration culturelle, entassement dans des cités dortoirs, explosion des cellules familiales, communautarisme de survie et déchirement des plus jeunes entre « ici » et « là-bas »…

De retour de vacances, ces voix et surtout ces histoires m’ont poursuivi. Je savais que les personnes qui m’avaient confié les leurs m’avaient investi d’une confiance mais surtout d’un devoir de mémoire. C’est ainsi que ce qui paraissait être un « non sujet » pour beaucoup est devenu un véritable centre d’intérêt pour moi. N’étant ni écrivaine, ni historienne, ni journaliste, j’ai alors décidé de poursuivre ce « travail d’oreille » et d’accepter la responsabilité qu’écouter le passé me donnait vis-à-vis du présent : rechercher, questionner et relater à mon tour cette partie de l’histoire de France.

De fait, Péyi an nou, aurait pu s’écrire avec un point d’interrogation tant, au fil de ses 154 pages, il interroge la relation des personnes originaires des Outre-mer à cette France qu’ils disent souvent avoir « idéalisée » avant leur départ. Se pose également la question d’une citoyenneté française « périphérique » qui, au gré des vagues de migration, s’est vue marginalisée, faisant des uns et des autres des « migrants de l’intérieur ». Car c’est à travers leur expérience migratoire que ces travailleurs du BUMIDOM découvrent qu’ils sont « noirs », « antillais » et « immigrés » alors qu’ils pensaient simplement être « français ».

Si Péyi an nou est un récit hommage à des hommes et des femmes ordinaires qui ont vécu le déplacement, il est aussi et surtout un travail rigoureusement documentaire sur la vie des Antillo-Guyanais de et en métropole. Il aborde les problématiques de l’exil dans un pays qui était pensé comme à soi, du retour dans un pays où l’on n’est plus considéré comme chez soi, de la liberté de la jeune génération à aller et venir des deux côtés de l’Atlantique sans pour autant trouver sa place, et des questionnements identitaires de ceux qui sont nés ici et qui se construisent dans un espace imaginaire idéal situé entre ici et là-bas. Péyi an nou est une invitation à dire des mémoires familiales dispersées entre deux mondes, à les vivre pleinement, et non plus en pointillé, pour faire le pari, in fine, d’être Français à part entière.”

source : Jessica Oublié, WordPress

Le blog du roman graphique :

La BD – Peyi an nou (wordpress.com)



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.