Quelle influence du BUMIDOM sur l’implantation des migrant.e.s issu.e.s des DOM en métropole ?

La politique du BUMIDOM : la dispersion des migrants en Métropole

Centres BUMIDOM en 1980

Durant la période d’activité du BUMIDOM entre 1963 et 1981, dix antennes régionales ont été ouvertes en Métropole pour former et placer professionnellement les migrants. À l’antenne de Paris s’ajoutent donc (par effectifs en ordre décroissant) celles de Lyon, Nantes, Nancy, Tours, Marseille, Lille, Toulouse, Mulhouse, Bordeaux et Rouen. Il s’agit alors d’éviter une trop grande concentration des migrants à Paris, évitant ainsi, pense-t-on, la naissance de revendications politiques, mais également de les rapprocher des centres industriels. C’est le cas pour l’antenne de Nancy par exemple, qui propose en 1969 des emplois aux usines Peugeot à Mulhouse, aux usines Alsthom à Belfort, ou dans les industries de la chaussure de Nancy et Strasbourg.

La concentration des migrants à Paris

Malgré les tentatives du BUMIDOM de placer les migrants dans l’ensemble de l’Hexagone, la dynamique générale reste celle d’une concentration à Paris. Le Bureau note en effet qu’après avoir effectué leur formation en centre, les ultramarins refusent les postes proposés dans la région, et s’installent en Île-de-France. L’historien Sylvain Pattieu estime ainsi qu’ « à la fin des années 1960, 55 000 Antillais et 9 900 Réunionnais se sont établis à Paris et autour de la capitale, soit 62% et 33% du nombre total des migrants pour chacune des catégories ». La volonté de rester près de la capitale s’explique le plus souvent par la présence de proches qui permet de ne pas être isolé, et l’idée qu’à terme, les possibilités d’emplois y sont plus diversifiées. Paris et sa région restent également un symbole phare de la vie métropolitaine et sont les lieux les plus connus des ultramarins une fois arrivés.
En-dehors de l’Île-de-France, les régions Rhône-Alpes et Provence-Côte d’Azur sont celles qui présentent une plus grande population ultramarine en 1982. Le choix de ces régions peut s’expliquer par une tendance héliocentrique, c’est-à-dire un attrait pour les régions les plus ensoleillées. Pour la Provence-Côte d’Azur (actuelle Provence-Alpes-Côte-d’Azur), la forte présence ultramarine est aussi due à l’activité du port de Marseille, notamment pour les Réunionnais.
Plus récemment, d’autres régions attirent les migrants ultramarins. L’Occitanie par exemple accueille une forte proportion des étudiants réunionnais : 25% de ceux-ci alors que la région ne regroupe que 9% de tous les étudiants français. Les étudiants ultramarins sont également présents dans la région de Bordeaux, qui organise des formes de partenariats ou de relations universitaires avec les DOM, comme c’est le cas pour Sciences Po Bordeaux et les Antilles. Ces données laissent penser que la répartition géographique des ultramarins change aussi en fonction de leur département d’origine.

Visualisation réalisée par Stéphanie Condon et Philip E. Odgen (in Condon, Stephanie A., et Philip E. Ogden. « Afro-Caribbean Migrants in France: Employment, State Policy and the Migration Process ». Transactions of the Institute of British Geographers 16, nᵒ 4 (1991): 44057, ici p.445)

Un texte d’Ariane TREGUER et de Nora EGUIENTA Nora rédigé le 17/08/2021


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.