Bibliographie commentée

A . B . C . D . E . F . G . H . I . J . K . L . M . N . O . P . Q . R . S . T . U . V . W . X . Y . Z


Travail bibliographique réalisé en grande partie par Madina Regnault dans le cadre de l’ANR PRODISDOM (dirigée par Justin Daniel, Université des Antilles), puis complété par nos soins.

/A/

ABDOUNI Sarah ; FABRE Edouard. 365 000 Domiens vivent en métropole ; Insee première, Février 2012, n° n°1389. – 4 p.

365 000 Domiens vivent en métropole – Insee Première – 1389


ADELAIDE-MERLANDE, Jacques. Les Origines du mouvement ouvrier en Martinique : 1870-1900. Paris : Karthala, 2000, 240 p.


AGEG, L’émigration travailleuse guadeloupéenne en France : rapport du XIIIe congrès national. Paris : L’Harmattan, 1979

« A notre 12e Congrès National de Décembre 1976, nous avons encore insisté sur la nécessité que l’AGEG contribue autant qu’elle le peut à l’organisation de l’émigration travailleuse guadeloupéenne. »

Ce rapport présente les causes et l’organisation de la migration de la Guadeloupe vers la Métropole. Il s’agit d’un document détaillé dans la mesure où il comporte 150 pages. Il insiste sur la part active et le rôle à jouer de l’Association Générale des Etudiants Guadeloupéens (AGEG). Ses membres se positionnent au-delà du statut étudiant et leurs intérêts dépassent ceux de la condition étudiante.


Agence nationale pour l’insertion et la promotion des travailleurs d’Outre-Mer, Les originaires d’Outre-Mer en Ile-de-France, 1992, 108 p.

Ce document restitue les actes d’une journée d’étude. Il s’agissait de dresser un bilan sur la situation des personnes originaires d’Outre-mer vivant en région francilienne. Cette publication contient l’intégralité des exposés et des synthèses de débats sur les thèmes tels que l’école et éducation, les jeunes dans la ville, les familles d’Outre-mer et leur habitat, la santé et les pratiques traditionnelles. Il constitue d’avantage un instantané de l’expérience domienne dans les années 1990 qu’une contribution scientifique de référence.


ALLIOT, David. Le communisme est à l’ordre du jour : Aimé Césaire et le PCF, de l’engagement à la rupture. Paris : Pierre-Guillaume de Roux Editions, 2013, 382 p.


ANSELIN Alain, L’émigration antillaise en France. La troisième île, Paris, Editions Karthala, 1990

 « Il y a trente ans, dans la Caraïbe, 600 000 antillais rêvaient de la France. Aujourd’hui, en France, 400 000 antillais rêvent des Antilles ».

L’ouvrage d’A. Anselin constitue une référence quant à l’étude des migrants antillais en métropole. L’auteur y introduit la notion de « troisième île » pour faire figurer, de manière imagée, l’importance de la migration antillaise. En effet, en 1990, la population antillaise en Ile-de-France était aussi nombreuse que dans les deux îles d’origine.

A. Anselin dresse le bilan économique et social d’une communauté en construction. Il retrace la politique du BUMIDOM. Il présente les questionnements identitaires qui surgissent de manière violente en période post-migratoire. A travers des portraits de migrants antillais, l’auteur démontre comment se construit un rapport ambivalent à l’ethnicité et à la citoyenneté. Une rencontre avec ceux qui se font appeler les « négropolitains ».


ARCHIVES DE L’INA, Le BUMIDOM saccagé, Journal Télévisé de 20h. 02/06/1968

Ce très court document muet de 54s montre le saccage du « Bureau pour le Développement des Migrations Intéressant les Départements d’Outre Mer » (BUMIDOM) situé rue Crillon (4eme arrondissement de Paris). On y voit aussi apparaitre les inscriptions taguées sur les murs : « A bas la traite des nègres », « Nous voulons retourner chez nous » ; « A bas le colonialisme aux Antilles » etc.


ASCARIDE, Gilles, Corinne SPAGNOLI, Philippe VITALE. Tristes tropiques de la Creuse. Edition K’A, 2004, 211 pages.

L’ouvrage est écrit par l’historienne Corine Spagnoli et les sociologues Gilles Ascaride et Philippe Vitale. Ces chercheurs analysent, d’un point de vue historique, le transfert d’enfants réunionnais dans la Creuse et, d’un point de vue sociologique, la politique migratoire de Michel Debré.

Les auteurs de Tristes tropiques de la Creuse réfutent le terme de « déportation » et prônent celui de « transfert ». Selon eux, déportation renvoie à la Shoah et à l’extermination systématique.  « Transfert » qualifie d’avantage l’organisation systématique du départ de jeunes enfants et d’adolescents vers un lieu froid et inconnu, situé à plus de 13 000 kilomètres de leur île natale ; vers des foyers impersonnels et des fermes reculées, avec, plus ou moins, l’assentiment de parents à qui l’on a fait miroiter la scolarisation des enfants et la promesse de leur retour.


AUDEBERT, Cédric. « L’intégration des Antillais en France et aux Etats-Unis. Contextes socio-institutionnels et processus de territorialisation » in Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI), vol.24, n°1, 1er trimestre 2008, pp.65-87.

L’auteur analyse l’insertion sociale aux Etats-Unis et en France de trois groupes de populations caribéennes : Portoricains, Antillais français et Haïtiens. L’article insiste sur la mise à l’écart de ces communautés, qui se retrouvent en marge de la société. La mise en parallèle montre que si la possession formelle de la citoyenneté (Antillais et Portoricains, contrairement aux Haïtiens) facilite incontestablement les conditions d’entrée et d’insertion sur le territoire métropolitain, elle ne constitue pas un rempart contre l’inégalité d’accession aux droits sociaux et à la participation politique.

Le lien à l’Etat d’accueil est analysé en interrogeant les marqueurs éventuels d’intégration. L’auteur montre que l’expérience de la migration se traduit massivement par une nécessité de recréer du lien social à travers un communautarisme résidentiel et une ethnicisation des territoires. Il insiste toutefois sur des schémas et logiques sociétales propres à chaque contexte. L’auteur aborde le rapport à l’ethnicité et aux enjeux raciaux en précisant que l’identité de territoire révèle de conceptions divergentes du « vivre ensemble ». Elle serait formulée sur la base de l’ethnicité aux États-Unis alors qu’elle serait basée en France sur une revendication sociale qui transcenderait la qualification ethnique sans pour autant toutefois l’ignorer. C. Audebert s’intéresse aussi aux vecteurs d’affirmation politique des communautés. Selon l’auteur, l’institutionnalisation du rapport à l’espace aux États-Unis a pour conséquence une émergence politique des Antillais que l’on n’observerait pas dans le contexte français.


AUVERGNON Philippe , LE MOAL Patrick . Conflictualité et dialogue social à la Martinique : paroles
d’acteurs. 2000


/B/

BANGOU, Henri. Le Parti Socialiste Français Face à la Décolonisation. Paris : L’Harmattan, 2004, 287 p.


BANGOU, Henri. Aliénation et désaliénation dans les sociétés post-esclavagistes: Le cas de la Guadeloupe. Paris : L’Harmattan, 2000, 170 p.

« Le caractère particulier des relations établies au XVe siècle entre une Europe mercantile, en passe de s’industrialiser, et le continent noir africain, a durablement altéré l’image et le destin d’une partie de l’humanité. La problématique de l’esclavage noir aux Antilles et les diverses aliénations dont il a été le support, permettent de cerner les douloureux défis auxquels ont été, et sont encore, confrontés les peuples issus de ces relations afro-européennes.

C’est l’objet de cet essai qui révèle, de surcroît, les pro- fondes modifications sémantiques qu’une institution, celle de l’esclavage des Noirs d’Afrique, a conféré au concept d’aliénation. C’est pour l’auteur de l’Histoire de la Guadeloupe, en trois volumes, parue aux Editions de l’Harmattan en 1987, l’occasion d’affiner une quête identitaire débouchant sur une affirmation historique plus authentique du peuple guadeloupéen. »


BEAUVUE-FOUGEYROLLAS C. « Femmes antillaises en métropole », in Migrants-Formation, n° 84, mars 1991, pp. 88-100.

L’intérêt de cet article est la mise en relation de la thématique migratoire avec la question du genre. L’auteur s’intéresse au quotidien de ces femmes, qui sont pour la majorité d’entre elles des mères célibataires. L’article présente leurs problèmes d’emploi, l’éducation des enfants, leur pratique religieuse, l’entretien du lien avec le pays d’origine. Les explications mériteraient une argumentation scientifique plus approfondie (notamment concernant la causalité affirmée entre la situation actuelle de mères-célibataires et l’héritage historique lié à la société esclavagiste). De plus, la méthode employée (sources) et l’épistémologie de la recherche reposent sur des bases peu convaincantes. 


BERGER, Mark T. After the Third World ? History, Destiny and the Fate of Third Worldism, Third World Quarterly, 2004, vol. 25, n° 1, p. 9-39


BERTILE W., A. LORRAINE et le collectif de Dourdan (dir.), 1996, Une communauté invisible. 175 000 réunionnais en France métropolitaine, Paris, Karthala.

Cet ouvrage collectif aborde les quatre aspects qui nous permettent d’appréhender le fait migratoire domien. Les contributions sont inégales mais elles se complètent les unes aux autres, dressant un portrait précis de la situation des Réunionnais en France métropolitaine. Les cartes et tableaux présentes dans le premier chapitre, écrit par W. Bertile, apportent des informations pertinentes pour analyser l’impact socioculturel de la politique du BUMIDOM puis de l’ANT. Par une reconstitution de la politique de migration organisée, l’ouvrage apporte un regard historique et transversal sur le rapport des migrants à l’égard de l’Etat français. Il pose aussi la question identitaire au cœur de la problématique migratoire puisqu’il s’agit de se demander comment cette communauté réunionnaise « plutôt bien intégrée » vit son appartenance nationale et/ou communautaire sur le sol hexagonal.


BERTILE W. Le sous-développement réunionnais, émigration en métropole ; somnifère ou remède ?, Université de Provence, Aix-en-provence, 1968.


BIARNES, J. et SURHOMME M., L’enfant antillais en France, Paris : Edition L’Harmattan, 1982, 180 p.

L’ouvrage se focalise sur la question du vécu des enfants d’origine antillaise grandissant en France. Les auteurs s’attachent à souligner la spécificité des problèmes rencontrés par l’enfant antillais. L’accent est porté sur une situation d’opposition entre deux systèmes de valeurs rivaux qui seraient difficiles à synthétiser : celui des valeurs « blanches » et celui des valeurs antillaises. Les politiques de migration en tant que telles ne sont pas au cœur de l’ouvrage mais cette contribution apporte quelques éléments sur le rapport à l’ethnicité des migrants de deuxième génération.


BOILLY, Donald. L’identité culturelle chez les originaires de Haïti, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Ile Maurice, la Réunion, migrants en France: une étude préliminaire, Mémoire de DEA : Études créoles et francophones, Aix-Marseille 1, 1985.

Après une première partie qui ne traite en aucune façon de la migration, l’étude se consacre dans sa seconde partie (chapitre III et chapitre IV) à l’expérience migratoire des originaires des îles créoles. Le chapitre III, intitulé « la migration : du projet au vécu », s’intéresse entre autres aux pratiques culturelles des premières et deuxièmes générations ainsi qu’à la thématique du retour. Ce chapitre III est toutefois très court. D’autres aspects sont abordés dans le Chapitre IV, à l’instar de la situation des travailleurs domiens en comparaison à celle des étudiants ; la représentation du mot « créole » pour les originaires ayant migrés ; le vécu identitaire en France.


BONNOT, Xavier-Marie, GUILLERM, François-Xavier. Le sang des nègres : Mai 1967 à la Guadeloupe, le dernier massacre de la Ve République. Paris : Editions Galaade, 2015, 160 p.


BOULE Annick, « Immigration antillaise et identité », Mémoire de maîtrise, Psychologie pathologique, Nice, 1979.

En dépit d’un titre très général, ce mémoire de 109 pages analyse les questions identitaires sous une approche très particulière puisqu’elle est exclusivement psycho-pathologique. L’auteure met surtout en avant les problèmes rencontrés par les migrants et les effets pervers de la migration sur le fonctionnement cognitif d’un groupe en perte de repères. L’analyse laisse pourtant à désirer, mais il s’agit finalement d’un mémoire et non d’une recherche doctorale.


BOSPHORE-PEROU, Rolande. Militants et militantisme communiste à la Martinique, 1920-1970 : identification, formes et implication, Thèse d’Histoire Contemporaine, Ecole pluridisciplinaire de l’Université des Antilles, 2014, 580p.

A travers diverses sources et particulièrement des sources orales recueillies auprès d’anciens militants communistes simples adhérents ou responsables et d’articles de la presse communiste martiniquaise, cette thèse cherche à éclairer sur la ferveur militante d’hommes et de femmes de la Martinique, d’une famille politique essentielle dans le courant du XXe siècle.

Cette étude parcourt une longue période s’étendant principalement de 1920 à 1971, montrant les débuts balbutiants du communisme à la Martinique, son ascension, sa période florissante et les débuts de son lent déclin. La problématique est d’abord de faire découvrir des Martiniquais dans leur vécu de militant communiste, montrer comment ces hommes et ces femmes s’approprièrent une doctrine, la transformèrent peut-être pour l’adapter à leurs besoins, à leur culture. Il s’agit également d’examiner quelle structure communiste fut mise en place en Martinique, cette organisation était-elle à l’image des fédérations métropolitaines ou était-ce une formation politique spécifique au milieu martiniquais?

Ensuite pour mieux appréhender les choix et les parcours, il a fallu arriver à l’identification des modèles, des origines de ce militantisme et la formation des militants. Les référents furent tant des figures propres au marxisme et au socialisme international et national que des personnalités contestataires du milieu politique martiniquais.

Puis proposer une lecture des pratiques et des stratégies militantes pour évaluer la qualité et la particularité de cette militance ainsi que les conséquences de l’engagement de ces militants dans différentes sphères. Quelles étaient leurs propositions, pourquoi leurs revendications politiques différaient-elles de celles des autres communistes coloniaux ? Comment expliquer leurs choix d’une nouvelle société plus égalitaire dans un État socialiste mais toujours associé à la France ?

Ce travail de recherches positionne cette militance au centre d’une analyse qui explore l’histoire politique et sociale d’une population, en s’appuyant sur d’autres disciplines comme la sociobiographie et les sciences politiques. Il examine le façonnement d’une société par un groupe politique prégnant entre 1920 et 1971, ainsi que les réponses de ce groupe face à différents problèmes politiques et sociaux en privilégiant une approche par les acteurs.


BRAFLAN-TROBO, Patricia. Conflits sociaux en Guadeloupe : Histoire, identité et culture dans les grèves en Guadeloupe. Paris : L’Harmattan, 2007, 182 p.


BRAFLAN-TROBO, Patricia. Société post-esclavagiste et management endogène : Le cas de la Guadeloupe. Paris : L’Harmattan, 2009, 188 p.


BROCK, Colin. The Carribean in Europe. Aspects of the West Indian Experience in Britain, France and the Netherlands. 1986

Le titre de l’ouvrage collectif nous induit en erreur et n’est pas représentatif du contenu du livre. L’un après l’autre, l’immense majorité des chapitres traite exclusivement du cas de la Grande-Bretagne.

L’expérience française n’est finalement analysée que dans le premier chapitre, écrit par Colin Brock. La politique étatique y est alors restituée. L’auteur affirme que l’organisation d’une exploitation structurelle hautement organisée inhérente au mode opératoire du BUMIDOM était symptomatique d’un gouvernement de droite. Toutefois, selon lui, malgré l’accession au pouvoir de Mitterrand en 1981 et le changement en faveur de l’ATN, les principes généraux qui régissent les relations entre les Outre-mer et la métropole restent inchangés.


BROWN, Laurence. « Afro-Caribbean Migrants in France and the United Kingdom » in David Feldman, Leo Lucassen & Jochen Oltmer, eds., Paths of Integration: Migrants in Western Europe (1880-2004), Amsterdam University Press, 2006.

Après avoir présenté les caractéristiques de la migration caribéenne vers le Royaume-Uni, l’auteure aborde la question de l’ère BUMIDOM (the BUMIDOM Era) et les problèmes d’assimilation à la française. Suite à ces deux analyses distinctes, la chercheuse va tenter une approche comparative. Elle soulève cependant qu’une analyse comparée entre les migrants de seconde (voir troisième) génération des deux pays est problématique. Selon l’auteure, les recensements au Royaume-Uni privilégieraient une approche subjective de l’identification ethnique, alors que les recensements français identifient cette seconde génération en se basant sur la filiation mais limite cette catégorie aux moins de 25 ans et aux célibataires.


/C/

CALMONT, R. “L’émigration guyanaise en France”, Revue Guyanaise d’Histoire et de Géographie. n°7, p.38-41, 1978.

L’article insiste en premier lieu sur l’importance numérique du fait migratoire guyanais en métropole, par rapport à la population guyanaise totale. Il étudie ensuite ses causes puis il présente les organismes d’intervention dans le domaine migratoire (notamment le BUMIDOM). L’auteur caractérise par la suite le type de migrant concerné. Enfin, sont évoqués les lieux d’installation en métropole, ainsi que les problèmes d’insertion.


CELESTINE, Audrey. « La ‘voix’ institutionnalisée : approche comparée de la mobilisation de migrants-citoyens en France et aux Etats-Unis », in Raisons Politiques. Vol. 1, n°29, 2008

L’article se base sur une analyse comparée entre le cas des migrants antillais en France et celui des Portoricains aux Etats-Unis. Cette mise en parallèle se fonde sur des similitudes entre ces migrants durablement implantés, citoyens du pays vers lequel s’est effectuée la migration mais qui subissent des tensions, des ambivalences. L’organisation de ces mouvements ainsi que de pans entiers de la vie de ces populations par les « bureaux de migrations » influe sur leurs modes de mobilisation et les répertoires d’action collective en créant notamment des canaux d’expression privilégiés. La force du propos réside dans la démonstration d’une importance du fait institutionnel dans l’étude des mobilisations des migrants concernés.


CELESTINE, Audrey. Mobilisations collectives et construction identitaire. Le cas des Antillais en France et des Portoricains aux Etats-Unis, thèse de Doctorat, Institut d’Etudes Politiques de Paris, sous la direction de Denis Lacorne, 2009, 352 p.

« Notre recherche soulève donc, au départ, les questions suivantes : la citoyenneté des Antillais en France et des Portoricains aux Etats-Unis est-elle de nature spécifique ? Quel rôle joue-t-elle dans les mobilisations collectives ? Dans quelle mesure nourrit-elle les dynamiques identitaires spécifiques à chacun des deux groupes ? »

La thèse d’Audrey Célestine se base sur une approche comparative inédite. Le texte, fortement documenté, se divise en trois parties. La première s’intitule « De la colonie à la métropole : la construction de citoyennetés ambivalentes ». On peut y relever une première étude approfondie de l’espace associatif antillais. La deuxième partie a pour titre : « Groupes mobilisés, enjeux de mobilisation ». L’auteure y présente notamment la catégorie des « originaires des DOM-TOM » (créée par le démographe Claude Valentin-Marie à partir du recensement de 1980) et le façonnement du groupe par le BUMIDOM et le ministère de l’Outre-mer. Enfin, A. Célestine propose une dernière partie intitulée : « Des effets d’organisation aux dynamiques de l’engagement individuel : à l’intérieur des collectifs mobilisés ».

D’une manière générale, l’analyse comparative privilégiée tout au long de la thèse permet de décliner la question de la construction identitaire des mobilisations en plusieurs processus distincts : celui d’identification, celui de production d’image sociale et celui d’appartenance.

La chercheuse affirme alors que c’est finalement la façon dont ces mobilisations reflètent l’ambivalence du lien entre citoyenneté, ethnicité et action politique qui semble propice à leur comparaison.


CELESTINE Audrey.  » Originaires d’outre-mer  » ; laviedesidees.fr, 28 mai 2012. – 11 p.

Originaires d’outre-mer – La Vie des idées (laviedesidees.fr)


CERI, Peach. “The Caribbean in Europe: Contrasting Patterns of Migration and Settlement in Britain, France and the Netherlands”, Research Papers in Ethnic Relations No. 15, Coventry: Centre for Research in Race Relations, University of Warwick, 1991.

Microsoft Word – Research Paper No.15 Ceri Peach _Missing Figures_ (warwick.ac.uk)

L’auteure résume la comparaison menée dans cet article en rappelant que l’expérience des populations des caribéens a été très différente dans les trois pays étudiés. En conclusion, elle affirme : « The dominant processes of migration have varied from laisser faire to dirigisme to political panic ».

Le mouvement vers la Grande-Bretagne était finalement une option parmi une grande variété de destinations prises à partir de la Caraïbe anglophone alors que le mouvement vers les autres pays européens (France et Pays-Bas) était la destination majoritairement privilégiée en provenance des Antilles françaises et néerlandaises. De plus, alors que la vague de migration massive vers la Grande Bretagne se terminait, les mouvements migratoires néerlandais et français continuaient d’être importants. Concernant ces migrations caribéens, les Britanniques ont atteint une stabilité démographique près d’une décennie avant les deux autres pays.


CERVANTES-RODRIGUEZ Margarita, Ramón GROSFOGUEL, Eric MILEANTS. Caribbean Migration to Western Europe and the United States: Essays on Incorporation, Identity and Citizenship, Philadelphia : Temple University Press, 2009.

Caribbean Migration to Western Europe and the United States: Essays on Incorporation, Identity, and Citizenship on JSTOR

Les auteurs de cet ouvrage collectif cherchent à conceptualiser l’étude des phénomènes migratoires caribéens, à partir d’une perspective comparative. Le chapitre introductif est pertinent à cet égard.

Cet ouvrage comporte deux chapitres consacrés à l’expérience migratoire des caribéens (Antillais) vers la métropole. Ainsi, le chapitre 2, rédigé par Michel Giraud s’intitule: “Colonial Racism, Ethnicity and Citizenship: The Lessons of the Migration Experiences of French-Speaking Carribean Populations”. Le chapitre 4, écrit par Monique Milia Marie-Luce a pour titre : “Puerto Ricans in the United States and French West Indians Immigrants en France”.

Au delà de ces contributions spécifiques, l’ouvrage est intéressant dans son ensemble.


CHAMBERLAIN, Mary (ed.): Caribbean Migration: Globalised Identities, London: Routledge, 1997.

Après une introduction de M. Chamberlain, cet ouvrage collectif se compose de seize contributions. Bien que le titre nous place dans l’environnement élargi des migrations « caribéennes », la majorité des chapitres concernent les sociétés antillaises ou guyanaises. Pour notre propos, le chapitre de S. Codom révèle un intérêt central dans la mesure où il livre des récits de vie de femmes martiniquaises et guadeloupéennes vivant en région parisienne.

L’ouvrage dans son ensemble invite le lecteur à repenser la diaspora et les causes des migrations plurielles en provenance de Caraïbes et en direction notamment des Etats-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et bien sûr de la France. Il se voit aussi narrer les expériences des migrants. Il s’agit aussi de penser l’identité et l’ethnicité, la famille et l’identité, les cultures caribéennes en migration. Les auteurs abordent aussi d’une manière connectée les problématiques de genre, de l’impérialisme, des socialisations et de survivances dans ces communautés. La méthodologie de la migration (incluant une référence à l’histoire orale) est présentée et discutée.


CHANE-KUNE, S. « Les nouveaux enjeux de la migration réunionnaise » in Migrants-Formation, n° 94, septembre 1993, pp.73-82.

«Particulière, discrète, encouragée, l’immigration réunionnaise est à un tournant.»

L’auteure met en avant le fait que le phénomène migratoire a une importance dans le paysage économique réunionnais depuis les années 1960, visant ainsi à palier aux problèmes de l’emploi dans l’île.

Ecrit au début des années 1990, l’article met en perspective les changements qui marquent l’expérience de la migration réunionnaise. Considérant la précarisation du contexte d’accueil, l’auteure s’interroge et se demande si le migrant réunionnais est ou non préparé à affronter le contexte de chômage et d’exclusion sociale de la métropole.


CHANE-KUNE S. « La migration réunionnaise », in Les originaires de l’outre-mer à l’AP-HP, Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, 2002.


CHANE-KUNE, S. La Réunion n’est plus une île, Paris : L’Harmattan, 1996, 367 pages.

Seul le Chapitre VIII est pertinent au regard de la thématique de la migration domienne. L’approche privilégiée dans ce chapitre se lit dans son titre : « L’émigration : une solution discutable pour l’emploi, mais un puissant révélateur d’identité ». La migration y est présentée, tour à tour, sous ses différents aspects : son caractère organisé, sa dimension politique, l’insertion professionnelle, l’insertion sociale et la dialectique migration/identité.


CHANTEUR, B. « Les jeunes adultes de retour au pays : partir multiplie les chances de réussite. » Antiane Eco, n°52, mai 2002, pp.19-21.

Un court article (à peine 2 pages) qui nous apporte pourtant de nombreuses données quantitatives et qualitatives sur la thématique de retour migratoire. Ils sont 16 000 à être partis puis revenus vers leur région natale, ces jeunes adultes, entre 25 et 45 ans, en pleine activité, nés en Martinique, Guadeloupe ou Guyane. Les migrants en retour sont mieux insérés sur le marché du travail que les natifs : 62 % d’entre eux travaillent, contre 55 % pour les natifs.

Les femmes sont plus nombreuses à revenir de métropole ou d’un autre DOM que les hommes. Cependant, depuis 1975, elles sont aussi plus nombreuses à partir s’installer en métropole. En s’appuyant sur des graphiques et des cartes, l’article (qui s’apparente plus à un bulletin d’information), nous livre donc des données pertinentes au regard de la question traitée.


CHARBIT, Yves, 1987, « Ménages et familles des originaires des départements d’Outre-Mer », Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 3 (3), pp 49-67.

L’article met en relation deux phénomènes : les migrations et les types de structures familiales des migrants. Afin de montrer la spécificité de cette corrélation et les effets existants entre ces deux aspects pour le cas précis des populations issues des DOM, l’auteur dresse un portrait comparatif avec trois autres types de populations : les non-migrants résidant dans les DOM ; les autres minorités vivant en France mais étant d’origine étrangère ; les populations issues de catégories sociales où les domiens sont fortement représentés (employés, ouvriers). Basé sur une approche sociologique, l’article fait ressortir la particularité des ménages de migrants domiens par rapport aux étrangers. A l’inverse, le modèle qui se dessine semble être proche des caractéristiques des ménages métropolitains et notamment des employés. Ces données sont toutefois datées car basées sur des chiffres allant de 1968 au recensement INSEE de 1982.


CHERKI, Alice. Frantz Fanon, portrait. Paris : Points, 2016, 402 p.


CHIVALLON Christine. « De quelques préconstruits de la notion de diaspora à partir de l’exemple antillais ». In Revue Européennes des Migrations Internationales, n° 13, 1997, p. 149-160.

L’article vise à mettre en lumière la différence culturelle des constructions théoriques qui orientent le langage et la façon dont les chercheurs appréhendent le cas antillais. D’une manière globale, l’auteure distingue une tradition française qui considérerait cette population comme migrante alors que les chercheurs britanniques se réfèreraient d’avantage à un modèle diasporique. Ces différences conceptuelles influent sur le rapport à l’Etat-nation. Ainsi, selon C. Chivallon, alors que le modèle diasporique sait conjuguer identité et transnationalité, le modèle de l’Etat-nation se crispe sur une indissociabilité entre identité et territoire. La chercheuse met en doute la référence à la notion de diaspora pour le cas des Antilles.


CHRISITANZistoir Kristian : mes aventures. Histoire vraie d’un ouvrier réunionnais en France, Maspero, Paris, 1977.

 » Ce récit autobiographique raconte la vie et les mésaventures de Christian, exilé réunionnais en France, qui cherche en vain une situation décente et confortable, mais qui est victime de discrimination du fait de la couleur de sa peau et de sa mauvaise maîtrise de la langue française. Il dénonce les conditions de vie des migrants dans les années 1960-1970.  » source : Mollat.com


COGNET, Marguerite. « Trajectoire de la différence des groupes ethnicisés : des Auvergnats aux Antillais ». In Revue Européenne des Migrations Internationales. Vol.15, n°2, 2000, P. 167-187

L’article ne constitue pas une référence de premier plan mais il aborde plusieurs aspects qui nous semblent pertinents. Les entretiens permettent de comprendre comment, pour la communauté antillaise en métropole, le fait de se tourner vers les associations permet le « maintien de la culture à distance ». Au regard de nos thématiques

privilégiées, on remarque que la référence constante à l’ethnicité et aux enjeux raciaux est fortement présente à travers la mise en exergue des recompositions identitaires sur le sol métropolitain. De plus, l’article propose de brefs extraits d’entretiens de migrants venus en métropole du fait de la politique du BUMIDOM.

En conclusion, l’auteure affirme que le groupe « Antillais » subit des pressions endogènes et exogènes qui font bouger ses marqueurs. Ainsi, à l’intérieur du groupe, les Réunionnais et Guyanais proposeraient de nouvelles reconfigurations à travers des marqueurs plus larges (‘gens des îles’, ‘créoles’). Notons que le lecteur peut être heurté par un style d’écriture lourd et parfois difficile d’accès.


COHEN, James, 2002, « Entre Caraïbes et métropoles : parcours diasporiques et citoyennetés », in Hommes et Migrations, n°1237, pp 6-12.

L’article propose un regard croisé entre des parcours de Caribéens aux origines diverses (Antilles françaises, Porto Rico, Cuba, Haïti etc.) et aux pays d’implantations tout aussi divers (France, Angleterre, Etats-Unis). Distinguant les « diasporas visibles » des « diasporas discrètes », le politiste J. Cohen s’intéresse surtout à la manière dont les métropolitains considèrent, ou déconsidèrent, ces populations. En se demandant « en quoi consiste le “nous” antillais en France ? », le chercheur démontre comment les marginalisations et stigmatisations raciales subies par les Antillais les poussent à délaisser les engagements syndicaux et politiques d’autrefois pour se replier sur eux-mêmes de manière communautariste et ‘ethnicitaire’ (notamment dans le cadre associatif). A partir de ces exemples variés, l’article interroge surtout la notion de ‘diaspora’ et ses caractéristiques contemporaines.


COLLIGNON D., 2002, « Les natifs des DOM résidant en métropole en 1999 », Données Sociales, INSEE, pp. 49-57.

L’article propose un instantané sur la situation des domiens habitant dans l’Hexagone à la fin des années 1990, début des années 2000.

Il s’agit à la fois de données chiffrées et de données de type qualitatives.


COMBES, M., FÉLICITÉ, Ch., MANLIUS, J., St HILAIRE-DE-LOUMEAUX. La traite silencieuse : les émigrés des départements d’outre-mer [interventions faites au Colloque sur l’émigration des départements d’outre-mer, organisé par le Collectif des chrétiens pour l’autodétermination des départements et territoires d’outre-mer, Paris, 22 février 1975], Paris : Idoc-France, 1975 : 145 p.

« La conséquence directe de l’arrêt de l’émigration, c’est une situation révolutionnaire ».

Michel Debré , alors Ministre chargé de la Défense nationale, janvier 1972

Actes de colloques particulièrement intéressants pour analyser une certaine perception du fait migratoire domien au début des années 1970. Y sont reprises des interventions de personnalités politiques impliquées activement dans la gestion des mouvements migratoires en provenance de l’Outremer. Les propos de Michel Debré sont révélateurs d’une vision du processus qui guidera les actions menées en faveur de la politique migratoire étatique.


CONDON, Stéphanie, 1996, « Les migrants antillais en métropole : un espace de vie transatlantique », Espace, populations, sociétés, n° 2-3, pp 513-520.

L’analyse proposée par l’auteure insiste sur les allers-retours entre les Antilles et l’espace de vie et de travail métropolitain. La recherche n’est pas aboutie, comme l’indique elle-même l’auteure, mais elle esquisse des questionnements que les données quantitatives de l’INSEE ne permettent pas de retranscrire. Il s’agit notamment d’aborder la question de l’attache aux Antilles pour les migrants et pour leurs enfants nés en métropole ou encore de comprendre les éléments déclencheurs d’une volonté de retour au pays natal. L’étude se base notamment sur une série d’entretiens (au nombre de 35) réalisés en région parisienne entre 1990 et 1993.


CONDON, Stéphanie, 2000, « Migrations antillaises en métropole : politique migratoire, emploi et place spécifique des femmes », Cahiers du CEDREF, n°8-9, pp 167-200.

Reliant « genre » et « migration », l’article se penche sur le cas des femmes antillaises résidant en France métropolitaine. Il est structuré de manière chronologique. En s’appuyant sur des documents d’archives, l’auteure retrace en premier lieu la politique de migration organisée par l’Etat français (BUMIDOM) dans les années soixante. S’en suit un état des lieux chiffré basé sur les résultats du recensement de 1968 de l’INSEE.

Puis, il s’agit de s’interroger sur les nouvelles migrations et l’emploi des femmes antillaises en métropole dans les années 1980-1990. S. Condon s’appuie aussi sur des entretiens réalisés en 1990-1992 auprès de trente femmes résidant en région parisienne arrivées entre 1955 et 1980. Ces entretiens apportent des informations qualitatives sur les aspirations, les premières expériences sur le marché de l’emploi métropolitain et les projets de ces femmes.


CONDON, Stéphanie. « Migrations antillaises en Métropole : Orientation vers des secteurs spécifiques : exemples de parcours des premiers migrants partis en métropole par le Bumidom. » Les Cahiers du CEDREF. 8-9, 2000

Comme son titre l’indique, cette courte contribution dresse le portrait d’Antillais ayant immigré en métropole. Certains sont arrivés dès 1962, d’autres en 1992, mais tous sont venus par l’intervention du BUMIDOM. A travers les cinq tableaux, l’article nous livre des données quantitatives précises. Il restitue les données INSEE de 1968 (source : Recensement de 1968, population née dans un département ou territoire d’outre-mer et résidant en métropole, tableau D-1-7, Paris, INSEE, 1970).


CONDON, Stéphanie ; BYRON, Margareth. « A comparative study of Caribbean return migration from Britain and France : towards a context-dependent explanation », Trans. Inst. Br. Geogr, 21, 1996, pp. 91-104

Ce document met l’accent sur les originaires du Commonwealth ayant migré vers la Grande-Bretagne et sur les Antillais ayant migré vers la France. Bien que ces migrations soient historiquement semblables à l’origine, les différences concernant les politiques coloniales et migratoires de la Grande-Bretagne et de la France ont donné lieu à des tendances divergentes quant à l’expérience et au vécu des populations concernées.

Cette étude comparative se base sur des sources relatives à la migration de retour vers les Caraïbes. Elle fournit des informations réactualisées sur la taille et les caractéristiques démographiques des populations retournant dans leur territoire d’origine. Cet article accorde aussi de l’importance aux populations susceptibles de rester en Europe. Les auteurs soutiennent que l’étude de la migration et la création d’un schéma relatif aux migrations de travail devrait prendre d’avantage en compte les cas de non-retour.


CONDON, Stéphanie « France-Angleterre, histoire comparée du logement des Antillais » in Hommes et Migrations, n° 1193, décembre 1995, pp.18-23.

L’auteure propose une comparaison systématique de l’accès au logement des ménages antillais de part et d’autre de la Manche. L’article montre ainsi que la sensibilisation au problème de la « ghettoïsation » qui est apparue en Angleterre à la fin des années 1960 émerge de manière décalée en France puisqu’elle y apparait vingt ans plus tard. Bien que, dans les deux cas, les premières vagues de migrants en provenance du bassin caraïbe s’installèrent dans les années 1950, la gestion et les effets de la migration n’est pas la même, comme en atteste cette focale portée sur la variable logement.


CONDON, Stéphanie. « L’émigration en provenance des îles caribéennes vers les métropoles britanniques et françaises : des dynamiques à la fois semblables et contrastées », in Les migrations internationales: observation, analyse et perspectives, par l’AIDELF, Association internationale des démographes de langue française, 2007, 670 p.

Une structuration du texte somme toute classique pour cet autre article de Stéphanie CONDON. Après une présentation du « contexte économique, politique et social de l’émigration » (1), l’auteure insiste sur le « tournant de 1962 » (2), puis enfin arrivent « les années 1990-2000, marquées par la circulation et les retours » (3). La conclusion apporte un réel regard comparatif. L’auteure montre que les contextes politiques de l’émigration sont très différents dans les deux cas (avec une orchestration de la migration du côté français), les situations professionnelles, familiales et résidentielles des Antillais révèlent d’importantes similitudes dans les deux métropoles. On relève surtout un aspect commun : il s’agit de migrations de retour qui ne concernent pas seulement des populations approchant de la retraite mais aussi des jeunes.


CONDON, Stéphanie. Travail et genre dans l’histoire des migrations antillaises. In Travail, Genre et Société. Vol.2, n°20, 2008.

L’article se base sur une comparaison entre les migrations caribéennes vers la France d’une part, vers la Grande-Bretagne d’autre part. Il apporte un éclairage sur les relations de genre et les rapports ethnicisés dans un contexte de migration postcolonial. En combinant des analyses de données statistiques, des archives et des entretiens biographiques, cet article vise à décrire le jeu des interactions et leur impact sur le devenir socioprofessionnel des migrantes et migrants antillais.

En outre, il met en avant le rôle de l’Etat dans la création d’une forme de ségrégation professionnelle sexuée. Les femmes et les hommes, qui avaient intériorisé ce partage des tâches, ont construit leurs projets migratoires dans des champs de possibles « féminins » ou « masculins ». En France, il existait des filières « sexuées » pour les migrants antillais : pour les hommes, la vie militaire comme premier pas vers la migration ; pour les femmes, le passage au travail d’aide-soignante. Malgré certaines divergences, on observe de grandes similitudes dans le processus migratoire et la situation socioprofessionnelle des groupes vers la France métropolitaine et vers la Grande-Bretagne.


CONDON, S. OGDEN, P. « Questions of Emigration, Circulation and Return : Mobility between the French Caribbean and France », International Journal of Population Geography, 2, 1996, pp. 35-5

L’article se concentre sur les liens de mobilité complexes qui ont caractérisé les années 1980. L’étude aspire à contribuer à une conceptualisation plus large de la migration et de la mobilité. Les conclusions principales révèlent que la migration liée au travail des années 1963 à 1981 a été remplacée par des migrations de retour conséquents (concernant notamment des jeunes adultes) et des processus de circulation moins linéaires. Les auteurs démontrent aussi que le rôle de la migration dans la réduction de la croissance démographique et de la fertilité dans les îles a particulièrement évolué au cours des années 1980.


CONDON, S. OGDEN, P. « Afro-Caribbean migrants in France : employment, state policy and the migration process », Trans. Inst. Br. Geogr., 16, 1991, pp. 440-457.

L’emploi des caribéens en France joue un rôle spécifique par rapport à la population française dans son ensemble et également par rapport à la population immigrée. En utilisant une variété de sources qualitatives et quantitatives, cet article démontre l’importance du rôle de l’Etat dans le processus de migration des îles des Caraïbes françaises de la Martinique et la Guadeloupe au début des années 1960.

Les éléments clés sont la nationalité française des migrants; le rôle de femmes dans la main-d’œuvre; l’importance du secteur public concernant l’emploi de ces populations; et les différences de niveaux des compétences acquis.

Le cas de l’intervention active de l’Etat français dans le recrutement, la formation et l’installation des migrants caribéens relève d’une exception dans la mesure où, selon les auteurs, l’Etat français serait d’habitude caractérisé par un manque d’engagement direct en faveur de l’immigration.


CONSTANT, Fred. “Les nationaux de la France d’Outre-mer : des citoyens comme les autres ?” dans Claude Emeri et alii, dir., Nationalité et Citoyenneté. Perspectives en France et au Québec, Paris, PUF, 1991, 243-257.

Le politiste Fred CONSTANT souhaite rappeler la spécificité de ces nationaux de la France d’outre-mer qui ne sont pas (considérés comme) des citoyens tout à fait comme les autres. Les questions politiques et sociales sont au cœur de cet article. Il s’agit d’interroger la notion de citoyenneté en la mettant face à celle de nationalité, voire de nationalisme. Ces questions de positionnement au sein de l’Etat et la manière dont la République traite ces français originaires de l’Outremer orientent l’expérience domienne en migration.


CONSTANT, Fred. “La politique française de l’immigration antillaise de 1946 à 1987”, revue européenne des migrations internationales, 1987, 3 (3) 9-31.

Parmi les différents flux migratoires à destination de la France, l’immigration des ressortissants des Antilles françaises (Guadeloupe, Martinique) prend d’emblée un relief particulier non seulement parce qu’elle concerne des « nationaux de couleur » mais aussi parce qu’elle cristallise l’évolution des pouvoirs publics face au développement de ces départements d’Amérique.

Posée, à l’origine, comme préalable au décollage économique et solution au problème démographique des sociétés de départ, la politique française de l’immigration antillaise a consisté, jusqu’au milieu des années soixante-dix, à favoriser le départ massif des actifs non employés au moment où l’appel à la main-d’œuvre extérieure constituait l’un des ressorts principaux d’une économie métropolitaine en pleine restructuration. Face aux problèmes soulevés par ces mouvements de populations du double point de vue des sociétés d’emploi et d’origine, l’impératif migratoire, option initiale de l’action publique, allait connaître un infléchissement.

Toutefois, l’arrêt de la migration « officielle » et la priorité donnée à l’insertion sociale et culturelle des migrants sont à mettre à l’actif de l’expérience de la gauche au pouvoir. A partir de mars 1986 et avec l’alternance politique, un nouvel appel à la mobilité était lancé par les pouvoirs publics dans un contexte marqué par de nombreuses incertitudes.


CRECHET, Michel. Vivre en métropole: les droits des Antillais, Guyanais et Réunionnais, Paris : Editions L’Harmattan, 1989, 152 pages.

L’ouvrage constitue d’avantage un manuel qu’une référence scientifique d’analyse critique. Il propose certes une description de la situation des Antillais en métropole ainsi que des aléas rencontrés (pertes de repères liées à l’éloignement, racisme, difficultés à trouver un logement etc.) mais il s’agit en substance d’apporter des propositions pratiques. L’auteur indique que « pour la première fois, un même ouvrage rassemble tous les problèmes des AGR » (Antillais-Guyanais-Réunionnais). Y sont fournies des adresses d’associations et des explications concernant les questions de logement, de droits sociaux, de maintien du lien social etc.


Association pour les études d’aménagement et d’urbanisme de la Réunion, Les Migrants du BUMIDOM: origine géographique 1974-1979, Ministère de l’environnement et du cadre de vie, 1979, 38 pages


CELESTINE, Audrey. La “Troisième île” en question: enquête sur la notion de communauté antillaise, Mémoire de DEA: Science Politique: Paris: IEP de Paris: 2004 (sous la direction de Marie-Claire Lavabre)


C.F.D.T. Les Travailleurs antillais, guyanais, réunionnais en lutte : contre le colonialisme et le racisme, pour le droit à la différence et l’unité́ des travailleurs, Paris : Éditions caribéennes, 1980, 89 p.


CONDON, Stéphanie ; BYRON, Margareth. Migration in Comparative Perspective : Caribbean Communities in Britain and France. New York-London : Routledge. 2008. 280p.


CONDON, Stéphanie. L’accès au logement : filières et blocages. Le cas des Antillais en France et en Grande-Bretagne. Rapport au plan Construction et Architecture (Ministère de l’Equipement), juin 1993, publié dans la « Collection Recherches » du P.C.A, n°55, Paris, 1995


CONDON, S. OGDEN, P. « Emigration from the French Caribbean : the origins of an organised migration ». In International Journal of Urban and Regional Research, 15 (4), 1991, p.505-523


CONDON, S. OGDEN, P. “The state, housing policy and Afro-Caribbean migration to France”. Ethnic and Racial Studies, 16, 2, pp. 256-97, 1993.


CONSTANT, Fred. « La régulation politico-institutionnelle de la migration antillaise” dans Hervé Domenach et L Paris, Economica, 1992, 79-109.


CURTIUS, Anny Dominique. “Utopies du BUMIDOM: Construire l’avenir dans un là-bas postcontact” in Special issue, French Forum, Vol. 35, No 2-3, Spring/Fall 2010:135-155.

L’article s’ouvre sur une citation extraite du livre d’A. Anselin (1990). Puis l’auteure cite ensuite le documentaire sur le BUMIDOM, L’avenir est ailleurs, réalisé en 2007. D’autres films sont alors cités, cherchant à démontrer l’intérêt récent pour la réhabilitation d’une mémoire, celle de l’époque du BUMIDOM et, au delà, celle de la population antillaise dans son ensemble. L’auteure se situe dans une double dynamique, à la fois spatiale (le rapport, mouvant, entre ici et là-bas) et temporelle (la pré-migration, la migration, la post-migration et les retours).


/D/

DAILY, Andrew. Maoism in the French Caribbean: the1968 GONG Trial, Panel: Transnational Activism in the Long 1960s : A Global Perspective, Chicago American Historical Association, 2012


DAILY, Andrew. Race, Citizenship, and Antillean Student Activism in Postwar France, 1946–1968, French Historical Studies, 2014, Vol.37, n° 2, p. 331-335

En 1946, les Antilles françaises sont « assimilées » à la France comme départements de la République à part entière. Après l’adoption de la loi de départementalisation de 1946, des centaines d’étudiants antillais se rendent en France pour étudier.

Dès leur arrivée, ils sont confrontés au racisme, à la discrimination et à l’incompréhension. Ils sont confinés aux quartiers d’immigrés et on leur refuse logement et services ; certains se font même attaquer par des militants d’extrême-droite. Cet article examine comment la rencontre de la réalité raciale de la France métropolitaine d’après-guerre a radicalisé une génération d’étudiants antillais. Les organisations que forment ces étudiants (allant des associations catholiques à des organisations nettement plus à gauche) remettent en question les acquis de l’assimilation, les réalités de la citoyenneté française et les identités culturelles et sociales des étudiants antillais eux-mêmes. Leurs études terminées, ces activistes allaient jouer un rôle important dans la politique et la culture des Antilles.


DANIEL, Justin. L’espace politique aux Antilles françaises. Ethnologie française, 2007, vol. 32, no 4, p. 589-600.


DARIUS, Fanny-Françoise. « Femmes antillaises en France : de l’oppression à l’immigration. De l’impact de l’immigration sur des trajectoires féminines dans la minorité guadeloupéenne et martiniquaise», Thèse 3e cycle en Anthropologie sociale et sociologie comparée, Paris 5, Université Paris Descartes, 1987, 323 pages.

La féminisation de l’émigration guadeloupéenne et martiniquaise vers la France a été relativement tardive, puisqu’elle survient autour des années 70. L’auteure insiste sur la spécificité de ces mouvements caractérisés d’ »émigrations de l’intérieur ». La thèse vise à retracer et retranscrire le processus migratoire dans sa totalité. En premier lieu, l’auteure part de l’étude des modalités concrètes du départ des femmes guadeloupéennes et martiniquaises vers la France métropolitaine. Ensuite, elle s’intéresse aux mécanismes de leur insertion dans de « nouveaux » rapports sociaux. Puis, dans une perspective holistique, elle analyse les possibilités de retour au pays natal, lesquelles seraient déterminées par les conditions initiales de départ d’une part, et par celles de leur insertion en Métropole d’autre part.


DE LEPINE, Édouard. Chalvet, Février 1974, suivi de : 102 documents pour servir à l’histoire des luttes ouvrières de janvier-février 1974 à la Martinique, Fort-de-France : K-Libris, 2014, 528 p.


DE LEPINE, Édouard. La Crise de Février 1935 a la Martinique: Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier en Martinique. Paris : L’Harmattan, 2004, 256 p.


DELISLE, Philippe. « Les catholiques antillais en France métropolitaine. Tentation de repli et essai de dialogue » in SPINDLER, Marc, LENOBLE BART, Annie. Chrétiens d’Outre-Mer en Europe. Un autre visage de l’immigration. Paris : Karthala, 2000.

La singularité du sujet traité apporte un éclairage nouveau sur l’expérience domienne en migration. Il s’agit ici de mettre en relation cette thématique avec la question du vécu religieux. L’auteur s’interroge sur la manière dont les Antillais d’obédience catholique vivent leur religiosité une fois installés en métropole. La première moitié de l’article apporte des informations très générales sur la migration antillaise et son organisation (avec le contrôle plus ou moins grand du BUMIDOM). L’apport de cette contribution réside d’avantage dans la description faite de la rencontre entre le catholicisme traditionnel français et un catholicisme créole/antillais imprégné de croyances occultes (esprits, sorcelleries etc.). Enfin, l’auteur montre l’ambivalence d’une Aumônerie antillaise oscillant entre repli communautariste et ouverture sporadique vers d’autres communautés d’immigrés.


DESIRE, Aude. Radio Mango – Histoire d’une radio libre antillaise en région parisienne, 1982-1992. Paris : L’Harmattan, 2010.

Cette publication est le fruit de recherches effectuées en Histoire, à l’EHESS. L’ouvrage vise à mettre en lumière l’histoire culturelle des migrants antillais à travers Radio Mango, sur Tropic FM. Pendant une décennie (1982-1992) la radio aurait « combattu à la fois les stéréotypes habituels de la société d’accueil sur les Antilles mais aussi les tentations doudouistes et assimilationnistes de certains acteurs de l’époque, en proposant une culture de l’excellence mise à portée de tous les auditeurs ». L’auteure démontre comment certaines émissions de la radio sont des lieux d’observation des dynamiques migratoires à la fois culturelles, sociales et politiques. Elle retrace l’histoire de ceux qu’elle nomme les « héritiers du BUMIDOM ».


DION, Michelle ; BELLOT, Samuel. « La migration pour études. Atout à la Réunion ? » in Revue Européenne des Migrations Internationales. Vol. 20, n°1, 2004, p.141-167.

Dans leur grande majorité, les travaux portant sur les migrants réunionnais en métropole se focalisent sur les migrations vécues dans la perspective d’une intégration immédiate du migrant sur le marché du travail français. Dans cet article, il ne s’agit pas de s’intéresser aux populations allant travailler en métropole mais à celles allant y effectuer leurs études. Ce n’est qu’à partir des années 1960 que l’État intervient dans les départs pour raisons d’étude et ce soutien (de la part du BUMIDOM ou du CNARM) reste mineur en comparaison aux politiques menées en faveur de l’emploi.

L’article propose une approche intéressante en raison en premier lieu de la rareté des analyses sur ce sujet. L’article démontre qu’initialement les aides apportées aux étudiants n’étaient pas suffisantes pour subvenir aux besoins de ces derniers. Se basant sur des données chiffrées, les auteurs indiquent que ce type de migration était l’apanage des jeunes issues de CPS privilégiées et que le processus se reproduit encore à l’heure actuelle. L’étude aborde une approche dynamique qui ne se limite en aucun cas à la migration vers la métropole mais prolonge l’étude du phénomène avec une analyse quantitative et structurelle de ces migrants lors de leur retour à La Réunion.


DOBIE, M. «  Invisible Exodus : The Cultural Effacement of Antillean Migration »  in Diaspora. 2004.

L’article s’ouvre sur une référence aux travaux de Maryse Condé selon laquelle, en dépit des migrations massives des domiens vers la métropole depuis les années 1960,

« la littérature de notre fin de vingtième siècle ne tient aucun compte de ces bouleversements, de ces mutations et de ces redéfinitions d’identité ».

Condé, ‘‘Chercher’’ 308

M. Dobie insiste sur le fait que la migration et l’expérience des Antillais en métropole n’a pas été une source d’inspiration pour les auteurs Antillais et extra-Antillais. Cet Associate Professor of French à l’Université de Colombia va alors s’intéresser aux motifs permettant d’expliquer le peu d’études sur le sujet de la migration antillaise alors que paradoxalement, il s’agit d’une migration très importante numériquement. [Au regard de la réalisation de ce corpus, nous pouvons toutefois préciser ici que ces études existent et ne sont pas si peu nombreuses. La question qui aurait mérité d’être posée par M. Dobie aurait plutôt dû concerner le manque de centralisation et de diffusion de ces études qui restent, jusqu’à présent, extrêmement peu connues.]


ERAMBROM, P. La politique de la mobilité à la Réunion [Texte imprimé] : approche de la mobilité des Réunionnais vers la France métropolitaine, de 1963 à nos jours, au travers du BUMIDOM, du CNARM et de l’ANT , Université de la Réunion, Réunion, 2004.


/E/

EDMOND-SMITH. J. « West Indian Workers in France » in Journal of Ethnic and Migration Studie. Volume 1, Issue 5, September 1972, pages 444-450.

Il s’agit du premier article initiant une série de trois articles pionniers dans l’analyse de la situation domienne en migration. Joyce Edmond-Smith aura, dès les années 1970, porté son attention sur les migrants guadeloupéens et martiniquais résident en France (et notamment en région parisienne).

Réalisé par un chercheur anglo-saxon, écrit en langue anglaise, l’article semble destiné à un lectorat non-familiarisé avec la situation des antillais. Faute de pouvoir aborder directement la situation migratoire, l’auteur pose les bases nécessaires et retrace l’histoire politique et culturelle de ces îles, en présentant notamment l’ « assimiliation » à la française. Le contexte de la politique de migration est ensuite décrit (références à l’action du BUMIDOM).


EDMOND-SMITH. J. « West Indian Workers in France II » in Journal of Ethnic and Migration Studies. Volume 2, Issue 1, December 1972, pages 74-79.

« la question du logement en France est bien connue pour être insatisfaisante et pour certains groupes elle est catastrophique »

Ce second article est plus pertinent au regard de l’étude et l’analyse du phénomène migratoire. Il se focalise sur deux aspects de l’expérience domienne en migration : le logement et le travail. Toutefois, on remarque là encore que le regard porté est celui d’un chercheur étranger. La situation vécue est décrite de manière très critique, à l’instar des problèmes de logement. On regrette toutefois des inexactitudes dans les termes employés. Il est plusieurs fois mention de « bidonvilles » (en français dans le texte) en précisant toutefois que ce type d’habitations est d’avantage fréquentée par d’autres types de populations immigrées (Arabes, Africains, Portugais). Les domiens seraient privilégiés par rapport à ces autres groupes.


EDMOND-SMITH. J. « West Indian Workers in France III » in Journal of Ethnic and Migration Studies. Volume 2, Issue 3, June 1973, pages 306-314.

Ce dernier volet s’intéresse à deux aspects distincts. Dans un premier temps, l’auteur étudie la situation politique dans les Antilles françaises et son impact sur les mouvements politiques émergents qui se constituent dans les milieux antillais en France métropolitaine au début des années 1970. Dans un second temps, l’auteur analyse les représentations et comportements des métropolitains à l’égard des populations immigrés et notamment des populations noires.


EVRARD Clette, « L’intégration des infirmières antillaises dans les équipes soignantes des Hôpitaux de Paris », mémoire de maîtrise, Université de Lyon II, 332 pages, 1983.

Le terrain d’enquête a été exclusivement celui des hôpitaux du groupe hospitalier Assistance Publique de Paris. Pour y avoir travaillé plus de 10 ans en tant qu’infirmière, l’enquêtrice, précise qu’elle y ‘avait ses entrées’. Relevons aussi que cette dernière était elle-même d’origine antillaise.

Dans cette étude, elle aborde en outre les principales difficultés des Antillais en période d’adaptation en métropole (et y fait figurer un rapport difficile avec les autres Antillais qui eux, serait adaptés voir intégrés). Les principaux thèmes évoqués par les enquêtés ont été par ordre d’importance la culture, le travail et l’origine ethnique des antillaises. L’auteure porte un regard critique sur la politique d’immigration mise en place à l’égard de ce groupe social. Selon elle, cette politique ne s’intégrait pas dans une logique à long terme, le groupe concerné était traité comme des immigrées et rien n’était prévu pour favoriser leur intégration.


/F/

FAVRE Anaïs, Globalisation et métissage : approche comparée de la population antillaise en France et en Grande-Bretagne, 2006, 183 p.

En premier lieu, l’auteure retrace l’histoire culturelle des Antilles depuis la colonisation avant de s’intéresser au processus de migration à proprement parler. A compter des années 1950, les populations antillaises émigrent dans les métropoles en France et en Grande-Bretagne. Elles subissent de fait une seconde phase d’acculturation, cette fois dans les métropoles. Cette acculturation a des effets préjudiciables sur la reconstruction identitaire des communautés concernées.

L’apport comparatif de cette étude repose sur une distinction entre un système intégrationniste à la française et le système multiculturaliste de la Grande-Bretagne. Portant un regard ethnologique et anthropologique, A. Favre se demande comment les politiques européennes traitent la minorité antillaise sur le territoire métropolitain et en quoi les politiques d’immigration et d’intégration mises en œuvre déterminent les changements culturels et les stratégies identitaires adoptées par la population antillaise. L’étude interroge la notion d’interculturalité à travers les rapports entre les métropoles européennes et les migrants Antillais.


FLEMING, Crystal. Forthcoming. « The Educational Experiences of Caribbeans in France » in Kassie Freeman, Ethan Johnson and Kelvin Shawn Sealey (Eds.), Education in the Black Diaspora. London and New York: Routledge.


FLEMING, Crystal. Forthcoming. « White Cruelty or Republican Sins? Competing Frames of Stigma Reversal in French Commemorations of Slavery », Ethnic and Racial Studies.


FREEMAN, Gary P. “Caribbean Migration to Britain and France: From Assimilation to Selection”, in The. Caribbean Exodus, Ed. Barry B. Levine, 1987, 185-203.

Dans cette analyse comparée, l’auteur définit la politique du BUMIDOM comme la seule véritable immigration organisée que la France ait réussi à accomplir. L’auteur cherche à s’appuyer sur des données chiffrées mais précise qu’il est difficile d’obtenir des statistiques relatives à la population antillaise en France dans la mesure où elle est noyée dans la population globale, en raison du statut de citoyen français des populations domiennes. Puis, l’auteur tente une analyse qualitative comparée entre le Royaume-Uni et la France. Deux axes se dégagent : la relation entre la migration et le système capitaliste européen ; les conflits raciaux et les difficultés d’intégration sociale.


/G/

GAILLAND, Rodolphe. La Réunion : anthropologie politique d’une migration, 2005

À partir d’un tableau chronologique précis, l’ouvrage analyse les transformations du phénomène migratoire réunionnais. Le modèle initial caractérisé par un mouvement d’aller-retour (une expérience française marquée par un modèle d’intégration puis, un retour au pays) laisse place à des logiques plus complexes, moins unilatérales et à des comportements d’oscillations constantes entre les deux espaces territoriaux.

L’ouvrage porte à voir les migrants comme des acteurs mettant en place leurs propres stratégies et non plus comme des individus pris dans des politiques migratoires qui les dépasseraient. Les extraits d’entretiens livrés par l’auteur permettent cette immersion dans le vécu des Réunionnais vivant en métropole et retracent les choix entrepris à certains moments charnières de leur vie de migrants.


GANEM, Valérie. La désobéissance à l’autorité : L’énigme de la Guadeloupe. Paris : PUF, 2011, 160 p.


La désobéissance à l’autorité – Valérie Ganem | Cairn.info


GALAP, Jean, 1984, « Choix identitaires et ethnicité des enfants des migrants antillais : problématique pour une recherche », Cahiers d’anthropologie et de biométrie humaine, II (1), pp 9-20.

L’auteur présente les trois déterminants principaux dont dépend la scolarisation des enfants de migrants. Se concentrant sur l’exemple antillais, il fait apparaître la fragilité du milieu familial, support à l’enculturation face à l’hostilité du milieu d’accueil. L’approche ethno psychologique se base sur des entretiens abordant le rapport métropolitain à la variable ‘couleur de peau’ et les stratégies mises en œuvre en réaction à cette situation. Il émet l’hypothèse du dépassement des conflits inhérents à cette situation par une réappropriation de l’ethnicité. L’affirmation identitaire des enfants de migrants passe par la reconnaissance de leur différence, leur ‘négritude’.


GALAP, Jean, 1993, « Stratégies identitaires des Antillais en milieu interculturel », in Migrations Santé, n° 115-116, deuxième et troisième trimestre 2003, pp.111-138.

L’auteur part d’abord d’un rappel historico-anthropologique, précisant que les sociétés antillaises françaises se sont constituées sur une base pluriethnique. Il expose les trois phases de la construction de l’identité culturelle qui, selon lui, se présente comme une continuité entre deux pôles extrêmes : la culture française créole et la culture créole domestique. C’est à partir de ce postulat qu’il étudie le devenir de cette identité antillaise (qu’il appelle « antillanité ») dans le cadre de la migration. Il propose ainsi une typologie des stratégies identitaires en distinguant celle des migrants antillais de celle de leurs enfants. Dépassant une analogie de situation, il montre comment, selon les générations concernées, les stratégies diffèrent suivant les voies empruntées et leurs finalités.


GALAP, Jean, 1993, « Les Antillais, la citoyenneté et l’école. Les conditions de l’intégration », in Migrants-Formation, n°94, pp 141-160.

L’auteur cherche à analyser les causes de l’échec scolaire chez les enfants antillais vivant en métropole. Outre les facteurs liés à l’origine sociale, il met en avant la mauvaise connaissance que le système éducatif a de cette population et une totale inorganisation communautaire qui ne permet pas à la famille la transmission d’une image de soi positive et équilibrée. Au final, l’auteur affirme que la reconnaissance de l’identité de l’enfant antillais ne doit pas être considérée comme étant antagoniste au modèle républicain d’intégration.


GALAP, Jean, « La culture au regard de la parentalité des Antillais de France » in Migrations Santé, n° 110-111, premier et deuxième trimestre 2002, pp 57- 82.

En premier lieu, l’auteur revient sur la définition de la population concernée. Il cherche à répondre à la question suivante : « De qui parle-t-on en France quand on dit Antillais ? ». Il dresse alors une typologie basée sur une différence de situations culturelles : celles des Antillais restés au pays, celles des immigrés de la première génération, et celles de la génération issue de l’immigration. L’auteur nous livre un aperçu des différentes représentations culturelles, faisant ainsi la démonstration que la culture n’a pas le même sens et la même fonction au pays, en immigration et selon les générations.


GALAP Jean, « L’ethnicité revisitée, l’exemple antillais » in Migrations Santé, n° 115-116 deuxième et troisième trimestre 2003, pp 11-38.

L’article se fonde sur une notion : « l’ethnicité ». J. Galap se base sur ce concept-outil tel qu’il a été défini par François Raveau. L’auteur présente les différents indicateurs à travers lesquels s’exprime l’ethnicité : l’aspect biophysique, le territoire, la langue, la culture, la religion, l’économique et le politique. Ce concept est revisité en étant appliqué au cas antillais.

Plus précisément, l’auteur s’intéresse au cas « des populations antillaises qui constituent selon les conjonctures, soient des sociétés à part entière (Guadeloupe, Martinique) soit une minorité (les migrants originaires de). » Il souhaite montrer que cet outil permet d’obtenir une vision, par facteur, et dans sa totalité, d’un objet social surdéterminé, qu’il soit appelé population, groupe, communauté, minorité, diaspora. On regrette toutefois que, justement, une attention plus particulière n’ait pas été portée à la mise en perspective et la spécification de ces angles d’approches (en termes de minorité citoyenne ou de diaspora par exemple).


GALAP Jean, « Ethnicité et sociétés : l’exemple antillais », Paris : Orstom, pp. 212-219, 1987.

L’auteur interroge le rapport des migrants antillais à la société d’accueil et le rapport inverse, c’est-à-dire celui de la société à l’égard des migrants. De cette relation à double-sens ressort une tendance de la part des populations antillaises résidant en métropole : l’ethnicisation. Selon l’auteur, il s’agirait d’un fait établi chez les populations adultes et cela serait un phénomène de plus en plus affirmé chez les jeunes générations (comme le montre l’intérêt des jeunes étudiants antillais issus de l’immigration pour des thématiques de recherche liées à l’identité d’origine).


GALAP, Jean. « Réflexions préliminaires à des actions politiques et sociales en faveur des enfants de l’immigration antillaise » in Revue Internationale d’Action Communautaire, n° 14-54, automne 1985, 157-167.

Cet article est avant toute chose la restitution d’un point de vue subjectif et orienté (qui correspond à la philosophie du support dans lequel il a été publié) sur la problématique de l’immigration antillaise. L’auteur attire l’attention sur les conséquences sociales et idéologiques préjudiciables (intolérance, exclusion, racisme etc.) d’une politique basée sur une approche culturalisante. Le texte présente en premier lieu les réflexions de l’auteur autour de concepts caractérisant les enfants de migrants. En second lieu est abordée la problématique des enfants de migrants antillais.

En troisième lieu, l’auteur s’intéresse aux appellations suivantes : ‘Néo-antillanité’, ‘néo-francité’ et ‘Noirs français’. J. Galap insiste sur la nécessité de dépasser la dualité culture d’origine/culture d’accueil. Selon lui, il faudrait permettre à la culture d’origine de trouver sa place dans l’éducation des jeunes français originaires de la Guadeloupe et de la Martinique. Il préconise un schéma basé sur un rapport moins inégalitaire quant à cette double-culture. L’auteur conclut qu’une culture qui dispose d’un espace pour s’affirmer devient de facto moins dans l’opposition et plus tolérante.


GALAP J., RAVEAU F. & CHICHE J. (1985), « Ethnicité antillaise : de l’Émigration à la Deuxième Génération », Paris, Cahiers d’Anthropologie et Biométrie Humaines, III, n° 3-4, p.123-188.

Il s’agit d’une monographie sur les enfants d’Antillais en France. L’intérêt de cette contribution réside dans la mise en perspective des notions telles que ‘migration externe’, ‘migration interne’, ‘deuxième génération’ ou encore ‘adaptation’. L’étude des différents indicateurs de l’ethnicité impliqués dans ce type d’échange permet, entre autres, d’apprécier le rôle du facteur ‘couleur de peau’ dans l’expérience post-migratoire.


GALAP J. et LIRUS J., 1976, « Migration antillaise: du vécu d’une recherche. Difficultés méthodologiques » in Les Travailleurs étrangers en Europe occidentale: Actes, Philippe J. Bernard, France. Commission nationale pour les études interethniques et interculturelles, 1976, pp. 217-229.

Intéressant en soi de relever la présence de cet article sur la migration antillaise dans un ouvrage portant sur les « travailleurs étrangers ». La catégorie d’analyse y est présentée en insistant sur la spécificité d’un mouvement qu’il est finalement difficile d’étudier et même de nommer. Le texte proposé ici laisse la part belle à la subjectivité des chercheurs qui le présentent.


GAMA, Raymond, SAINTON, Jean-Pierre. Mé 67 : Mémoire d’un événement. Pointe-à-Pitre : Société guadeloupéenne d’édition et de diffusion, 1985, 263 p.

Enquête historique sur les événements survenus les 26 et 27 mai 1967 à Pointe-à-Pitre au cours desquels les forces de l’ordre mitraillèrent la population faisant un nombre indéterminé de victimes, en tout cas bien supérieur aux chiffres reconnus par les autorités de 7 morts et d’une centaine de blessés.

Ce travail d’enquête réalisé au cours des années 1980, une quinzaine d’années après les faits, par les deux co-auteurs, historiens et militants, à partir de la collecte des documents trouvés et de l’enquête orale, a été le premier ouvrage historique faisant état des « massacres de mai 1967 ». Il fait encore aujourd’hui référence et a fait l’objet d’une réédition légèrement remaniée en 2011. L’ouvrage contient des témoignages et des documents ainsi qu’un récit analytique retraçant les événements dans leur contexte économique, social et politique.


GERTHOUX, Alain, 1972, « Particularités psychopathologiques chez les Antillais. Incidences sur le phénomène migratoire », in IDERIC, Etudes préliminaires, n°10, Nice, Editions IDERIC.


GERMAIN, Felix Fernand, 2007, Dangerous Liaisons: The Lives and Labor of Working Class Antilleans and Sub-Saharan Africans in 1960s Paris, University of California, Berkeley, 203 pages.

Cette thèse (PhD) porte un regard comparatif sur les Antillais et les migrants d’Afrique Sub-saharienne de la classe ouvrière vivant à Paris dans les années 1960. L’auteur démontre que les « Noirs » ont migré en France pendant une période où ils étaient perçus comme un problème, car leur présence dans la Ville Lumière semblait heurter l’idée d’une identité nationale sociale et culturelle. La thèse montre comment les paramètres de race, classe, sexe, origine ethnique ont structuré les expériences des migrants noirs dans le marché du travail et au-delà. Il fait une distinction de genre entre des portraits de femmes antillaises (employées, ‘filles de salle’ ou encore ‘sex workers’) et ceux des hommes antillais. Par ailleurs, l’auteur affirme que les migrants noirs ont cherché à contourner les barrières coloniales et radicalisées qui les empêchaient de gravir l’échelle sociale.


GIRAUD, Michel, 2002, « Racisme colonial, réaction identitaire et égalité citoyenne : les leçons des expériences migratoires antillaises », in Hommes et Migrations, n°1237, pp 40-53.

Le sociologue M. GIRAUD met en exergue les discriminations subies par les Antillais et les Guyanais en dépit du fait qu’ils ont, de longue date, le statut de citoyens français. L’auteur cherche à dépasser l’argument selon lequel ce “racisme” apparent serait simplement fondé sur le phénotype de ces populations. Il assure que la “couleur” n’est pas « une donnée […] mais une construction historique et sociale ». Cette stigmatisation ne serait que l’artefact d’une ségrégation qui découle plutôt de la mémoire coloniale et de la paupérisation croissante de cette population. L’auteur pose aussi la question du rapport des migrants antillais et guyanais aux populations “d’origine étrangère” (africains notamment). Il analyse les causes et les effets d’une volonté profonde de se différencier de ces populations.


GIRAUD Michel et MARIE Claude-Valentin, avec la collaboration de J. Fredj, R. HARDY-DESSOURCES et P. PASTEL, Les stratégies sociopolitiques de la communauté antillaise dans son processus d’insertion en France métropolitaine, ministère de la Recherche, document multicopié, Paris, 1990, p. 14.


GIRAUD Michel et MARIE Claude-Valentin, 1987, « Insertion et gestion socio-politique de l’identité culturelle : le cas des Antillais en France », Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 3, pp 31-48.

L’article a été écrit en 1987, soit l’année où se sont tenus les « Etats Généraux des Associations des Originaires d’Outre-Mer », et quelques années après les « Assises pour l’insertion des originaires des DOM-TOM en France » de 1983.

Selon les auteurs, ces évènements marquent un tournant quant à l’attitude des pouvoirs publics à l’égard des Domiens. Il s’agirait d’une reconnaissance des maux économiques et sociaux spécifiques à ces populations et d’une volonté déclarée de les prendre en compte.

En parallèle, l’immigration antillaise en France serait marquée par trois évolutions majeures observées depuis la fin des années 1970 : la stabilisation et la prolétarisation des populations ; l’accentuation des difficultés d’insertion sociale ; le renforcement des formes d’expression et de mobilisation où priment les solidarités de type communautaire. On observe le glissement d’une mobilisation fondée prioritairement sur des solidarités de type professionnel ou, plus largement, d’appartenance de classe vers un type de mobilisation où prédominent les solidarités de type communautaire. L’identité culturelle se constitue alors en ressource politique.

Les revendications spécifiques adressées aux pouvoirs publics, et par delà, à la « société d’accueil », sont légitimées par l’affirmation de la différence. Cependant, cette dynamique connaît des limites. Du fait de leur grande hétérogénéité sociale, les communautés originaires de ces Départements restent divisées entre les stratégies opposées (bien que parfois paradoxalement cumulées), de « l’intégration républicaine » et de « la différence identitaire ».


GIRAUD Michel et MARIE Claude-Valentin, 1987, « Mécanismes de discrimination et processus de différenciation identitaire : l’exemple des Antillais en France », in Vers des sociétés pluriculturelles : études comparatives et situation en France, Actes du colloque international de l’Association Française des Anthropologues, Editions de l’ORSTOM, pp 765-772.


GIRAUD Michel ; DUBOST Isabelle ; CALMONT André ; DANIEL Justin ; DESTOUCHES Didier ; MILIA-Marie-Luce Monique. « La Guadeloupe et la Martinique dans l’histoire française des migrations en régions de 1848 à nos jours » ; Hommes et Migrations, 2009, n° n°1278 . – 25 p.

La Guadeloupe et la Martinique dans l’histoire française des migrations en régions de 1848 à nos jours (openedition.org)


GOOSEN, Jean. « The Migration of French West Indian Women to Metropolitan France » in Anthropological Quarterly. Vol. 49, n°1, 1976.

Jean Goosen, du Jersey City State College, écrit cet article au milieu des années 1970. Il y présente dans un premier temps la situation politique et économique des Antilles, et plus spécifiquement de la Guadeloupe, depuis la départementalisation.

Le modèle économique développé à compter de 1946 se traduit par un système d’importation et une nécessité, pour les locaux, de migrer vers la métropole pour pouvoir trouver un emploi. L’auteur décrit l’action gouvernementale en faveur de la migration. Il juge finalement cette action autodestructrice dans son ensemble. En portant un regard sur la situation des femmes, J. Goosen affirme que l’émigration rompt des liens de solidarités traditionnels.


GOVINDAMA, Y. « La famille migrante réunionnaise. A partir d’une expérience clinique. », in Migrants-Formation, n° 94, septembre 1993, pp.83-102.

Se basant sur le cas d’une famille élargie réunionnaise vivant en métropole, l’auteur analyse : la modification des structures familiales en situation d’immigration, les relations entre genres, la place de l’enfant né en exil. Cette étude ethno-psychiatrique souligne la vulnérabilité psychologique de certains migrants réunionnais en particulier dans les milieux défavorisés.


GUILLERM, François-Xavier. (In)dépendance créole: brève histoire récente du nationalisme antillais. Pointe-à-Pitre : Editions Jasor, 2007, 188 p.


/H/

HOLDER Délina. Natifs des DOM en métropole : Immigration et intégration ; L’Harmattan, Mars 2013. – 276 p.


HOUAREAU, Célia. Le BUMIDOM de la Réunion, témoignages et ressenti de migrants de retour : approche anthropologique d’un phénomène de double émigration. Mémoire de master recherche 2e année : Interculturalité et dynamiques identitaires dans les sociétés du sud-ouest de l’océan Indien : La Réunion : 2010.

Le mémoire retrace en premier lieu l’historique du BUMIDOM. Si cette approche diachronique ne nous apporte pas de connaissances novatrices à l’égard du BUMIDOM, l’intérêt de cette recherche se situe dans le travail de terrain et la restitution des entretiens réalisés par l’auteure. C. Houareau dresse un portrait de ces premiers migrants en 2010. Ces générations s’approchent désormais de leur retraite et peuvent lancer un regard rétrospectif sur leur expérience vécue mais aussi sur leur expérience actuelle. Parmi les premiers migrants de cette génération BUMIDOM, nombreux sont ceux qui sont revenus vivre à La Réunion. Au terme d’une émigration de longue durée, ils ont fait le choix du retour au pays. Ils livrent ici leur parcours de migrant et leur expérience d’une double émigration.


HOUAREAU, Marie José. « Un groupe de Réunionnais à Paris ». Thèse de doctorat sous la direction de Roger Bastide. Paris, 1971.

Cette thèse de 359 pages plonge le lecteur au cœur de l’expérience migratoire. La première partie est axée sur le phénomène migratoire des Réunionnais vers la métropole. Elle inclut les sept premiers chapitres portant respectivement sur : le contexte général, l’immigration, la place des migrants domien dans l’ensemble des migrants, la population réunionnaise, la culture originelle des migrants, la condition du migrants réunionnais, l’attitude du milieu d’accueil.

La deuxième partie est consacrée au vécu des Réunionnais et inclut les chapitres VIII à XIII. Ils portent sur la méthodologie employée dans la thèse, la structure de la population étudiée, les conditions de vie des migrants, les motivations liées à l’émigration, le comportement des migrants à l’égard des loisirs et de la culture, leur participation à la vie sociale et aux modes d’insertion (incluant les associations).

La troisième partie propose une ‘esquisse du profil psychologique du Réunionnais’ et n’est composée que d’un seul chapitre (XIV). Cette partie semble problématique car elle cherche à résumer la complexité et la multiplicité des profils observés au préalable en les réduisant à un type de schéma unique.


/I/

IDELSON, B. L’émigration réunionnaise en métropole : description et analyse du processus migratoire pendant 35 ans de départementalisation : 1946-1981, Université de Paris VIII, Paris, 1981.


/J/

JABLONKA, Ivan. Enfants en exil, transfert de pupilles réunionnais en métropole (1963-1982), Le Seuil, 2007

L’historien I. Jablonka s’intéresse ici au transfert vers la métropole de plusieurs centaines d’enfants abandonnés ou retirés à leurs parents à La Réunion. Il énumère les effets dévastateurs de cette politique : déracinement, solitude, racisme, chômage etc. Toutefois, la thèse principale de l’auteur ne réside pas dans ce jugement critique.

Il propose de prendre du recul par rapport aux discours qui voudraient relier cet épisode aux pages les plus noires de l’histoire de France : l’esclavage et la déportation. Il dit alors que l’artisan de cette opération, Michel Debré, s’inquiétait de l’explosion démographique qui pesait sur l’île, mais il avait surtout l’ambition d’intégrer la Réunion à l’ensemble national et de transformer des petits créoles en Français comme les autres. La conclusion d’I. Jablonka est donc la suivante : la migration des pupilles réunionnais, avec la somme de souffrances qu’elle a engendrée, a été menée à bien dans la mesure où elle était conforme à l’idéal républicain.


/K/


/L/

LABACHE, L. « Désir de France chez les jeunes Réunionnais et les incidences sur leur parcours d’adaptation », Migrations Santé. Troisième et Quatrième Trimestre 1998,n°96/87 : 79-89.

Dans cet article, Lucette Labache analyse les représentations pré-migratoires et les met en relation avec le vécu effectif des jeunes Réunionnais s’installant en métropole. Partant des imaginaires façonnés par les premières générations de migrants, l’auteure cherche à démontrer quels sont les effets de ces attentes sur les capacités d’adaptation des nouveaux migrants.


LABACHE, L. « L’ethnicité chez les Réunionnais en migration ». Hermès, 2002, n°32-33 : 457-469.

L’article apporte des éclairages multi-variables sur la question de la migration domienne. Selon l’auteure, pour le migrant originaire de l’Outre-mer, l’installation en Métropole entraine une crise identitaire qui n’est pas comparable à celle que peuvent vivre les étrangers.

Pour le cas réunionnais, la migration s’impose comme un révélateur d’ethnicité avec l’occultation des identités originelles qui n’ont plus de sens hors du contexte insulaire. Sous la pression de diverses discriminations, de la nostalgie du pays, de l’affirmation ou de la loyauté à une culture particulière, des remaniements identitaires se révèlent. L’originaire de La Réunion va se définir vis-à-vis du monde extérieur comme Réunionnais, sans référence à un groupe ethno-culturel particulier (cafre, chinois, gros-blancs, malbars, petits-blancs, z’arabes ou encore créole).

Cet éclairage sur l’ethnicité n’est pas sans conséquence sur la vision du politique par le migrant réunionnais. Certains s’allient aux revendications de discrimination positive émises par des « communautés visibles » vivant en France. D’autres portent un intérêt et un soutien plus ou moins affirmé aux revendications identitaires propres à la société réunionnaise.

Cependant, cette révélation de l’ethnicité n’empêche pas des conduites d’évitement délibérées ou une absence de solidarité généralisée entre les Réunionnais.


LABACHE, L. Les problématiques d’insertion sociale, professionnelle et identitaire chez les jeunes originaires de l’outre-mer. Rapport remis à la Direction Interministérielle de la Ville et à l’Agence Nationale pour l’Insertion et la Promotion des Travailleurs d’Outre-mer. Paris, janvier 2001, 158 pages.


LABACHE, Lucette. « La mobilité des jeunes réunionnais vers la métropole et l’espace européen ». www.jeunes-et-sociétés.com, 2005

L’article retrace les prémisses du BUMIDOM. L’auteure rappelle qu’en réaction à cette politique les opposants à la migration ont diabolisé la « déportation de la jeunesse réunionnaise» et menés une campagne de presse organisée autour des images les plus dramatiques de la migration. Les suicides de certains jeunes migrants réunionnais, les conditions de vie misérables, les décompensations psychopathologiques ont été fortement médiatisés. Dans les années 70, alors qu’environ 5000 jeunes quittaient leur île chaque année, « vivre et travailler au pays » était devenu le slogan contestataire à la migration.

Tout à fait à l’opposé, de nombreux représentants des partis de droite présentaient la migration comme un véritable outil de promotion sociale. Ils soutenaient leurs arguments en valorisant des originaires de La Réunion qui « réussissaient » en Métropole. « La génération du BUMIDOM a ainsi posé les bases de la communauté réunionnaise en métropole ». Avec la création de l’ANT, l’auteure insiste sur le passage du concept de « migration » à celui de « mobilité ».

Pourtant, L. Labache conclu que si le terme traumatisant de « migration » (qui rappelle trop les affres de la période du BUMIDOM) a été remplacé par celui plus sécurisant de « mobilité », le changement de terminologie ne s’accompagne pas réellement d’un changement de fond quand aux difficultés propres à l’expérience domienne sur le sol métropolitain puis dans une perspective de retour.


LABACHE, Lucette. « De la communauté réunionnaise en migration ». In Identité et Société Réunionnaise, Paris :Karthala, 2005.

L’article de Lucette Labache reprend certains éléments déjà présents dans l’ouvrage de Bertile W. et A. Lorraine (1996) concernant cette «  communauté invisible ». Le rapport à l’ethnicité et les enjeux raciaux sont au centre de cette contribution. L’auteur porte un regard critique sur les effets de la politique migratoire.

S’appuyant sur des concepts empruntés à la psychanalyse, elle met en exergue des situations de crises identitaires. Les Réunionnais en migration y sont décrits comme des individus violemment rejetés par les métropolitains, méprisant leurs autres compatriotes réunionnais en France et adoptant des comportements autodestructeurs et de haine de soi. L’intérêt de l’article réside dans l’argument selon lequel nous serions en présence d’une communauté qu’il reste à créer et qui ne serait pas organisée, contrairement à la communauté antillaise.


LABACHE, Lucette. « La mobilité des jeunes Réunionnais ». In Migrations et mobilités internationales, Agora Débats/Jeunesse N° 50 – 4e trimestre,

« Pour ceux qui refusent de partir, l’opposition à la mobilité constitue un acte politique délibéré ».

Lucette Labache reprend dans cet article les différents paramètres qu’elle a su démontrer dans ses précédentes contributions. Elle rappelle que l’île de la Réunion offre peu de perspectives d’insertion professionnelle aux jeunes, avec un taux de chômage de près de 40 %. Dès le début des années 1960, la migration instituée par l’État s’est présentée comme une mesure permettant de répondre aux besoins de main-d’œuvre de la métropole, de contrôler la croissance démographique dans l’île et de maîtriser les revendications d’autonomie.

L’intérêt de cet article réside surtout dans un phénomène que l’auteure nous présente en fin de papier : les résistances à la mobilité. Depuis plus d’une vingtaine d’années, en opposition à une culture de la mobilité que les décideurs locaux tentent d’instaurer, certaines catégories de la population réunionnaise (notamment les jeunes) sont de plus en plus réticentes à s’installer sur le territoire métropolitain ou dans d’autres pays d’Europe.


LAMIC, Nicolas. « La mobilité professionnelle spatiale : impasse ou solution pour le développement de l’emploi et de la formation dans les DFA ? » in Savoirs, vol.1, n°19, 2009.

Docteur en psychologie sociale de l’université Paris XIII et enseignant à l’université des Antilles et de la Guyane, Nicolas Lamic est aussi une figure martiniquaise engagée mais controversée.

Dans cet article, il propose une analyse psychosociologique de la politique de mobilité professionnelle expérimentée dans les départements français d’Amérique (DFA), au regard des objectifs d’emploi et de développement économique qui lui ont été assignés depuis plus d’une quarantaine d’années.

Il considère que les pratiques sociales, parties prenantes de luttes politiques et idéologiques, sont susceptibles de participer à la mise en place de processus non planifiés dont les effets, s’ils ne sont pas correctement appréhendés à travers leurs enchaînements dans le temps, peuvent fausser l’évaluation de l’action sociale. Selon lui, une étude « objective » de la mobilité spatiale serait capable de faire apparaître, à partir d’une analyse des trajectoires individuelles, une remarquable continuité entre la « migration de travail » des années 60-70 et la « mobilité de formation » des années 80 qui lui a succédé.


LARA, Oruno D. Guadeloupe : faire face à l’histoire. Paris : L’Harmattan, 2009, 74 p.


LARCHER, Silyane. L’autre citoyen : l’idéal républicain et les Antilles après l’esclavage, Paris : Armand Colin, 2014, 384p.

 » En 1848, l’abolition de l’esclavage, par la Seconde République, a libéré des chaînes plus de 250 000 esclaves. Par l’application du suffrage universel, ceux des Antilles, de la Guyane et de la Réunion ont, en théorie, été dotés des mêmes droits civils et électoraux que tous les citoyens (masculins) de la métropole. La réalité a été fort différente. Ces citoyens colonisés sont longtemps restés soumis à un régime d’exception. Au Parlement, à Paris, leurs députés votaient des lois qui ne leur étaient pas applicables ! Le pouvoir exécutif et les gouverneurs locaux s’occupaient de leur sort.
Comment, dans un pays construit sur une citoyenneté que l’on prétend universaliste et abstraite – et qui ne cesse de le répéter – a-t-on pu s’accommoder d’une telle contradiction ?
L’histoire que nous raconte ce livre est celle de luttes et de rapports de forces. Une histoire de violences dont les anciens esclaves sont les protagonistes anonymes. Dans une société française dite « postcoloniale », l’auteur invite à méditer les fondements complexes de l’articulation entre citoyenneté, question sociale, histoire et « race ». »

source : quatrième de couverture


LAUPEZE, Alex. Associations antillaises, sociétés locales. Pratiques et enjeux de la construction associative. Thèse de doctorat : Anthropologie : Paris :Université Paris 8 : 2005

« Aux côtés de ces associations « gouvernementales », on trouve une myriade d’associations locales, de taille réduite et dont la cohésion semble tenir, selon Alex Laupèze, à des principes de solidarités traditionnelles comme le koudmen, l’importance du charisme du président ou le caractère familial du regroupement. Laupèze semble même identifier une forme d’éthique spécifique des associations antillaises en région parisienne, autour des valeurs de solidarité et de convivialité ».

A. Célestine, dans sa thèse de Sciences Politiques, (2009 : 132)

Nous l’avons mis en avant : rares sont les études qui portent sur le mouvement associatif des migrants ultramarins. Il n’est donc pas étonnant que des travaux comme cette thèse d’A. Laupeze suscitent de l’intérêt chez d’autres chercheurs. La thèse d’Alex Laupeze contribue à la connaissance de ce milieu spécifique.


LAUPEZE, Alex.« Le forum de discussion, entre démocratie et affirmation ‘néocommunautaire’: l’exemple de zouker.com » in La démocratie à l’épreuve de la Société numérique, sous la direction de A. DAHMANI, J. DO-NASCIMENTO, J.-M. LEDJOU, J.-J. GABAS, Editions Karthala, Paris, 2007, 375 p.

L’intérêt du sujet traité permet de situer le fait migratoire domien dans un phénomène de modernité : les NTIC. Le choix de la focale est en lui-même révélateur car il s’agit d’un site web reposant sur des éléments inlassablement associées, dans l’imaginaire collectif, à la figure de l’Antillais : la fête, la musique (zouk surtout).

On regrette ce choix de sujet d’étude qui ne permet pas de situer l’analyse dans la globalité et la complexité du phénomène communautaire. D’autres réseaux, groupes, pages, et sites web auraient été beaucoup plus pertinents notamment concernant le positionnement de la communauté concernant des problématiques politiques et un rapport à la démocratie.


LAVENAIRE, Maël. Décolonisation et changement social aux Antilles françaises De l’assimilation à la « Départementalisation » ; socio-histoire d’une construction paradoxale (1946-1961). Thèse de recherches sous la direction de Jean Pierre Sainton.


LAVENTURE, Luc. « La diaspora antillaise de France. Son rôle dans la crise qui a secoué les DOM-TOM », in La révolution antillaise: quelle place pour l’Outre-mer dans la République? par François Durpaire, Luc Laventure. Paris : Editions Eyrolles, 2009, 146 p.

En janvier et février 2009, la  » révolution antillaise  » a bousculé le compromis républicain construit sur la départementalisation et convoqué les vieilles douleurs. Dans l’immédiate période post-évènementielle, France ô, chaîne du groupe France Télévisions, et les Editions Eyrolles sortent cet ouvrage qui rassemble des expertises d’économistes, de géographes, d’historiens et de sociologues. Un article nous intéresse en particulier pour notre propos. Il n’est néanmoins pas écrit dans un style scientifique mais d’avantage journalistique.

En effet, il est rédigé par L. Laventure, Directeur des Antennes France ô, RFO. L’apport de cette contribution repose d’avantage sur l’originalité du sujet choisi que sur les pistes d’analyses en elle-même. On regrette que l’article passe d’avantage en revue des phénomènes généraux (politique du BUMIDOM, emploi justifié ou non de la notion de ‘diaspora’ etc.) qu’il ne traite finalement le sujet annoncé. L’auteur met tout de même en avant le rôle prépondérant des Antillais de France en faveur d’une visibilité du mouvement du LKP. Il y a continuité des idées au-delà d’une discontinuité territoriale.


LECOUTRE, J.P, RAVEAU, Lirus, J ET GALAP, J. François. « Approche psycho-anthropologique de l’adaptation de migrants antillais ». Cahiers d’anthropologie. N° 3, 1976, PP. 71-107, Paris.


LE CURIEUX, Gilbert. Culture et intégration. Une politique pour l’Outre-mer en métropole, Paris, 2004, 58 p.

Cette publication se concentre sur les problématiques de l’intégration et des discriminations à l’égard des diverses communautés en France. Elle porte une attention particulière aux populations originaires des départements d’outre-mer. En outre, certains chapitres sont relativement pertinents concernant l’analyse de la question domienne en migration.

A travers un chapitre, l’auteur s’intéresse à la question de l’émigration (notons qu’il ne se réfère pas au terme de « migration »). Un autre chapitre se focalise sur la politique culturelle à destination des « domiens » de métropole. S’en suivent des propositions d’actions concernant les politiques de l’Etat en faveur des ultramarins de métropole.


LEMAI, Elise. La déportation des Réunionnais de la Creuse, Éditions L’Harmattan, 2004.

Elise Lemai, Doctorante en psychologie à l’Université Bordeaux II au moment de la publication de cet ouvrage, nous livre un discours engagé.

Elle retrace la politique menée entre 1963 et 1982 par le gouvernement français et Michel Debré, alors Député de la Réunion. Elle retrace l’histoire de cette « déportation » d’enfants réunionnais amenés dans la Creuse (mais aussi dans le Tarn et le Gers) au nom du repeuplement de ces départements et afin de lutter contre la surpopulation à La Réunion. Si l’argumentation scientifique semble parfois légère, l’intérêt de cet ouvrage réside dans la restitution de sources primaires telles que les témoignages (neuf portraits) qui donnent la parole à ces Réunionnais ‘déportés’. Conditions de vie, conditions de travail, misère sociale, déracinement : tous les stigmates physiques, psychiques et sociaux y sont livrés.


/M/

MARIE, Claude-Valentin et SIGNORI Sabine : « La population des DOM-TOM vivant en métropole », Insee-Première, n° 204, juin 1992.


MARIE, Claude-Valentin, 1993, « Les Antillais en France. Histoire et réalités d’une migration ambiguë », in Migrants-Formation, n° 94, pp.5-14.

L’auteur étudie les mutations marquant le vécu des personnes d’origine antillaise entre le début des années 1980 et le début des années 1990.

Cette période est relativement courte, s’esquissent déjà à cette période, des composantes qui vont s’affirmer par la suite.

On remarque que cette population s’est prolétarisée et féminisée. De plus, la place des familles s’est faite plus importante. Le chômage grandissant en France a par ailleurs rendu l’insertion économique des jeunes plus difficile. Ce dernier point pousse l’auteur à comparer la situation des jeunes antillais à celle des immigrés étrangers dans la mesure où ils traversent des difficultés comparables.


MARIE, Claude-Valentin, 1993, Les populations originaires des DOM-TOM, nées et originaires, résidant en France métropolitaine, INSEE Résultats, Démographie Sociétés, n° 24


MARIE, Claude-Valentin. « Des « Nés » aux « Originaires » Dom en métropole : les effets de cinquante ans d’une politique publique ininterrompue d’émigration », Informations sociales, vol. 186, no. 6, 2014, pp. 40-48.


MARIE, Claude-Valentin, 1999, « Les Antillais dans l’Hexagone », in DEWITTE Philippe (dir.), Immigration et intégration, l’état des savoirs, Paris, Editions La Découverte, pp 99-105.


MARIE, Claude-Valentin, 2002, « Les Antillais en France : une nouvelle donne », in Hommes et Migrations, n°1237, pp 26-39.

Cet article apporte nombre de données qualitatives sur l’évolution sociale, politique, économique, et surtout identitaire, de la migration antillaise. On notera que cette contribution reprend en partie l’article mentionné auparavant (in DEWITTE Philippe (dir.), Immigration et intégration, l’état des savoirs), tout en complétant l’analyse. Une attention particulière est portée à la situation des femmes antillaises, rappelant qu’historiquement, elles étaient actrices de la migration.

Elles n’ont guère correspondu au stéréotype des femmes migrantes rejoignant tardivement leur conjoint dans le cadre d’un regroupement familial. La présence majoritaire des femmes dans l’immigration antillaise impliquait logiquement un développement important de la vie familiale. A la fin des années 1990, les départs des Antillais vers la métropole se stabilisent et la migration de travail se transforme en migration de peuplement. L’auteur démontre que cet enracinement transforme leurs relations avec la France, avec leurs îles d’origine, avec leur passé (en particulier celui de la traite nègrière).

Pris entre discriminations et exclusion sociale, entre relations conflictuelles avec la métropole et ambiguës avec les populations issues des immigrations étrangères, les Antillais de l’Hexagone se cherchent une identité. Se pose alors la question suivante : “ Peut-on continuer d’être Antillais hors des Antilles ?”.


MARIE, Claude-Valentin et Lionel QUALITE, « Un quart des personnes nées aux Antilles vit dans l’hexagone », in Antiane, n°52, mai 2002, pp. 15-18.

Ce court article, rappelle les données suivantes : «En mars 1999, 357 000 natifs des DOM-TOM habitaient en métropole. Sur quatre personnes nées aux Antilles, une vit de l’autre côté de l’Océan. Parmi ces migrants, les Martiniquais ont été les plus nombreux jusqu’en 1990. Ils cèdent aujourd’hui la prééminence aux Guadeloupéens. L’Île-de-France reste la région privilégiée. ».

Basé sur des statistiques de l’INSEE, ce document qui s’apparente à un bulletin d’information, met l’accent sur les points suivants : un tassement rapide de l’immigration réunionnaise ; une population migrante jeune mais néanmoins vieillissante ; la prédominance d’un certain schéma féminin (femmes plus actives que les hommes, elles sont aussi beaucoup plus souvent seules à assumer la charge de leur famille).


MARIE, Claude-Valentin et Jean-Louis RALLU, « Migrations croisées entre DOM et Métropole : l’emploi comme moteur de la migration », Espace populations sociétés, 2004


MARIE, Claude-Valentin et Franck TEMPORAL, «Mobilité et insertion des natifs de l’outremer : Dom ou métropole ?»,conférence de l’AFD en partenariat avec le CEROM, 25 novembre 2011.

Les deux chercheurs de l’INED nous livrent ici un document (sous forme de présentation PowerPoint) rassemblant une grande quantité de données quantitatives relatives à la mobilité domienne. Il s’agit d’un document d’un grand intérêt pour les chercheurs travaillant sur ces questions. En terme qualitatif et de contenu, les auteurs mettent en avant trois éléments. Tout d’abord, pour près de la moitié des natifs des Dom la migration durable s’inscrit dans leur projet de vie. De plus, ils remarquent l’existence de migrations très sélectives au bénéfice de la métropole. Enfin, ils insistent sur une forte inégalité parmi les migrations de retour : tous ne tirent pas avantage de l’expérience migratoire.


MAXWELL, Rashaan “Political Participation in France among Non-European Origin Migrants: Segregation or Integration?” (2010) Journal of Ethnic and Migration Studies 36(3): 425-443.

A partir des taux de participation aux élections ayant eu lieu en 2004, cet article examine l’intégration politique des groupes minoritaires migrants en Europe de l’Ouest. L’auteur annonce qu’il y présente les premières données quantitatives permettant de comparer les taux de participation relatifs à plusieurs groupes de migrants en France.

Il démontre que ces groupes de migrants d’origine extra européenne ont des taux de participation inférieurs à ceux des Français métropolitains. Selon lui, l’environnement d’appartenance pourrait expliquer ces différences de participation (effets de quartier).


MAXWELL, Rashaan “Evaluating Migrant Integration: Political Attitudes Across Migrant Generations in Europe.” (2010) International Migration Review 44(1): 25-52.

Cet article engage un débat sur l’intégration des migrants en se basant sur la confiance en la politique et la satisfaction dans ce même domaine. Comparant 24 pays européens,  les résultats font apparaitre que les migrants de première génération ont les comportements les plus positifs, alors que les natifs et les secondes générations ont des taux de satisfaction et de confiance similaire.

Pour expliquer ces résultats, l’auteur se concentre sur l’importance des facteurs subjectifs d’intégrations liées aux étapes de la migration.


MAXWELL, Rashaan. “Tensions and Tradeoffs: Ethnic Minority Migrant Integration in Britain and France”. Thèse de Philosophie / Science Politique, Université de Californie Berkeley, 2008.

Cette thèse porte sur l’intégration de certaines minorités ethniques en France et en Grande-Bretagne après la Seconde guerre mondiale. L’auteur commence sa thèse en montrant que les Antillais sont relativement bien intégrés en Grande-Bretagne et en France en comparaison avec les migrants d’Asie du Sud vivant en Grande-Bretagne et les Maghrébins vivant en France.

Pour ce faire, R. Maxwell se base sur des indicateurs d’intégration sociale tels que les pratiques culturelles, religieuses ou linguistiques. Il s’intéresse ensuite à la variable économique qui montre que, dans les années 1950, 60, et 70, l’intégration sociale des caribéens et leur prise en charge serait supérieure à celle des autres groupes de migrants. Il passe ensuite à la variable politique et démontre que les originaires d’Asie du Sud et les Maghrébins seraient, en Grande-Bretagne et en France, d’avantage représentés au niveau des municipalités que les Antillais. Ils seraient aussi plus à même que les originaires des Antilles à porter des projets communautaires durables.


MAXWELL, Rashaan “Inclusion versus Exclusion: Caribbeans in Britain and France” (2008) in S. Karthick Ramakrishnan and Irene Bloemraad eds. Civic Hopes and Political Realities: Immigrants, Community Organizations, and Political Engagement, New York: Russell Sage Foundation Press.

Parmi ses diverses publications, cet article de Rashaan Maxwell est celui qui reprend la thèse doctorale de ce chercheur. Les arguments présentés dans le résumé de thèse se retrouvent dès l’introduction de l’article. Dans une perspective comparative, il examine en premier lieu les récentes dynamiques à l’œuvre dans les organisations politiques. Puis, il fait un point sur la littérature actuelle sur les conditions et capacités de mobilisation politique de certains groupes ethniques. Ensuite, le politiste insiste sur le cas français avec ce qu’il estime être un manque de présence et d’influence des Caribéens sur la scène politique. A l’inverse, il démontre par la suite la force des coalitions de migrants dans l’arène politique en Grande-Bretagne.


MELAS, Nathalie. « Pays rêvé, pays reel – créolité and its diasporas ». in Aftermaths : exile, migration, and diaspora reconsidered, edited by Marcus Bullock and Peter Y. Paik, New Brunswick, N.J. : Rutgers University Press, 2009.

Les débuts de l’article ne portent pas sur les questions de migration domienne mais sur la notion de diaspora. A partir de la page 124, N. Melas s’intéresse aux phénomènes de circulation. Elle présente les trois phases de la politique du BUMIDOM. Elle réinterroge alors, dans ce contexte de mouvement, la question de la diaspora. Cependant, l’article s’apparente d’avantage à un exercice de style littéraire: celui d’une analyse de textes phares de la culture créole (à l’instar du Texaco de Patrick Chamoiseau).


MELIN, H., Le rôle de l’identité culturelle dans le processus d’insertion sociale : le cas des Antillais en France métropolitaine, mémoire de DEA, université de Lille III, document multicopié, 1996, p. 100


MENCE, Gesner. L’affaire de l’O.J.A.M. (Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique) ou « le complot du Mardi-gras », Désormeaux, 2001, 256 p.


MILIA MARIE-LUCE, Monique. De l’Outre-Mer au Continent : étude comparée de l’émigration puertoricaine et antillo-guyanaise de l’après-Guerre aux années 1960. Thèse de doctorat sous la direction de Gérard Noiriel. Histoire : Paris : EHESS, 2002


MILIA MARIE-LUCE, Monique. « La grande migration des Antillais en France ou les années BUMIDOM » – Dynamiques migratoires de la Caraïbe, Karthala, Paris, 2007

Dans cet article, l’auteure insiste sur la puissance symbolique de l’image du BUMIDOM et ce qu’il représente dans la mémoire collective domienne. Elle explique l’histoire du BUMIDOM en partant de la période 1945-1960 aux Antilles. L’article présente aussi des données quantitatives permettant de comprendre l’importance numérique du phénomène migratoire de 1962 à 1981.

Toutefois, les difficultés rencontrées par de nombreux migrants auraient attisé des rancœurs contre le BUMIDOM, qui resterait alors dans les représentations collectives comme un organisme « mettant les filles sur le trottoir » et « assurant une nouvelle traitre négrière ». La chercheuse note ainsi l’écart entre les idées reçues et la réalité des parcours individuels. Au-delà de l’histoire migratoire initiée par le BUMIDOM, il s’agit de se demander comment se caractérise les effets actuels de cette politique, notamment pour ces « négropolitains », en rupture avec leur île d’origine.


MILIA MARIE-LUCE, Monique. «L’empreinte contemporaine de l’esclavage. La mémoire collective martiniquaise et le Bumidom », dans Recherches sur les traites, les esclavages et leurs productions sociales et culturelles, Paris, EHESS, 2006.

L’article reprend une intervention de la chercheuse lors d’un colloque à l’EHESS en juin 2006. Il s’agit de mettre en avant le lien qui existait, ou était fait, entre le BUMIDOM et l’esclavage. L’agence fut qualifiée entre autre d’« officine de la traite des nègres » ou encore « la case de l’oncle BUMIDOM». La chercheuse se demande alors : Comment en est-on arrivé là ? Comment ces étiquettes représentent-elles un héritage politique et culturel de l’esclavage dans cette île ?

Pour comprendre pourquoi le BUMIDOM a suscité autant de critiques et de ressentiment, il faut, selon elle, tout d’abord repenser au contexte des années 1960/1970 et notamment aux fortes revendications autonomistes et indépendantistes qui ont lieu dans l’île. Le BUMIDOM cristallise les tensions entre le centre et la périphérie et les luttes contre l’impérialisme français. Par ailleurs, il faut analyser le fonctionnement de la mémoire collective. En s’appuyant sur les thèses de Maurice Halbwachs, il convient de voir les modes de transmission et de sélection.


MILIA MARIE-LUCE, Monique. « Histoire d’une politique d’émigration organisée pour les départements d’outre-mer. 1952-1963 » in Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe. Revue du CRPLC, 1997.

Cet article s’intéresse à la spécificité d’une politique d’émigration orchestrée par l’Etat. La période étudiée se situe entre la venue de Réunionnais à Madagascar (1952) dans le cadre du BDPA, et se termine lors de la création officielle du BUMIDOM (1963). Elle révèle deux phases distinctes dans l’histoire de cette émigration organisée.

La première (1952/1960) que nous qualifions « d’expérimentale », concerne une politique migratoire réalisée à petite échelle au niveau des structures et du nombre de migrants, vers deux territoires d’Outre-mer, Madagascar et la Guyane française. La deuxième phase (1960/1963), à l’opposé, voit la réalisation d’une émigration de masse vers la France hexagonale, avec des moyens financiers et des équipements plus importants. C’est donc ce second aspect qui nous intéresse d’avantage pour notre propos. Cependant, son traitement reste très général et l’extrait concerné est assez court.


MIGEREL, H., « Migration antillaise et pratiques magiques », Cahiers d’Anthropologie et Biométrie Humaine, 1985, pp. 89-122.

« Le migrant antillais utilise les pratiques magiques comme un des moyens les plus efficaces de résolution des conflits d’adaptation. »

L’auteure analyse le recours aux croyances et pratiques traditionnelles issues de la magie noire et de la magie blanche comme rempart au processus d’acculturation vécu par les migrants antillais. Ces pratiques apparaissent comme un des moyens les plus efficaces de résolutions des conflits d’adaptation. Se basant sur une approche psychosociologique, l’auteure affirme que ces rites permettent de garder vivantes les capacités de réponse au changement. De plus, il s’agit d’un médium permettant de gérer un rapport parfois compliqué avec les compatriotes métropolitains.


MIGEREL, H. La Migration des zombis: survivances de la magie antillaise en France. Paris : L’Harmattan, 1987, 245 p.

« La perpétuation des rites magiques met à nu la réalité du migrant. Confronté à un environnement hostile, au rejet, à l’échec, à l’abandon de ses rêves de réussite, il a recours à la consultation magique qui lui permet de lutter contre l’expérience de la souffrance ».

A l’instar du choix du titre et du sujet traité, l’ouvrage se caractérise par un style littéraire d’avantage basé sur un registre sensationnel que sur une approche scientifique neutre.

L’ouvrage propose une partie consacrée à l’étude de la migration. L’auteure analyse des aspects généraux (la population concernée, les raisons de la migration, la réalité du migrant, le profil de la population) puis des aspects plus spécifiques portant sur le sujet d’étude privilégié (pratiques magiques). La thèse défendue par l’auteure est la même que celle présentée dans l’article précité.


/N/

NEGRIT, F. Musique et immigration dans la société antillaise en France métropolitaine de 1960 à nos jours. Paris : L’Harmattan, 2004, 404 p.

Issu d’une thèse, ce travail apporte un regard particulier sur l’expérience migratoire des Antillais dans la mesure où elle est analysée à partir du rapport au patrimoine musical. Après quelques rappels géographiques et historiques, l’auteur retrace le processus d’émigration antillaise vers la métropole depuis les années 60.

Le chapitre 2 s’intéresse à ce « mouvement migratoire généralisé » ainsi qu’à ses causes, conséquences et effets. Le chapitre 3 propose une analyse sociologique et culturelle de l’immigration mais cette contribution analytique est assez faible. Plus technique et d’avantage portée sur la question musicale que celle de la migration, le chapitre 5 permet toutefois de se pencher sur un profil de migrant antillais rarement étudié : le musicien.


NICOLAS MireilleMon anthologie de littérature antillaise : de ses origines à 1975, 4 vol. ; t. 3 : De l’économie, L’Harmattan, Paris, 2005

En dépit d’un titre qui ne semble pas porter sur le sujet de la migration, le tome 3 de cet opus propose un Chapitre VIII qui traite de cette question sous un angle original qui mérite d’être relevé. Intitulé « BUMIDOM », ce chapitre rappelle que la littérature antillaise a produit une série de représentations négatives rattachées à cet organisme. Certains extraits d’ouvrages sont ainsi repris et permettent au lecteur de voir comment, à travers les textes littéraires, s’est créé un imaginaire du BUMIDOM.


/O/

OGDEN, P. E. (1991) Immigration in France: myth and reality. Ethnic and Racial Studies, 14, 3, pp. 294-317

L’article ne traite pas spécifiquement de la migration domienne mais il aborde un point de vue intéressant concernant l’étude des phénomènes migratoires en France. Selon l’auteur, le débat sur «l’immigration» en France sous-estime ou ignore certains paramètres pourtant cruciaux. Il plaide en faveur d’une appréciation de la complexité à la fois du contexte historique de l’immigration et du statut socioéconomique actuel des migrants et de leurs descendants. Tout d’abord, l’importance croissante des migrations au cours des trois dernières décennies, et le rôle de l’Etat français, doit être replacée dans le contexte des questions économiques et démographiques qui ont dominé la pensée française depuis un siècle ou plus.

Deuxièmement, les ‘immigrés’ ne peuvent pas être traités comme un groupe homogène. Le sens même du mot doit être soigneusement défini à la lumière des situations variées (surtout en fonction des lieux de naissance et de la nationalité). Troisièmement, l’article réévalue le rôle de la politique de l’Etat depuis 1945 et passe en revue l’impact variable des migrations contrôlées. Enfin, l’auteur aborde certains aspects de la question en la positionnant à l’échelle régionale plutôt qu’à l’échelle nationale.


OGDEN et BUTCHER. “West Indians in France: migration and demographic change”. In P. E. Ogden (ed.) Migrants in modern France: four studies. Occasional Paper No.23 (London, Department of Geography, Queen Mary College) pp. 43-66, 1984.


/P/

PASTEL, Pierre. « L’association: structure de sociabilité et facteur de négociation de l’intégration de la communauté antillaise en France » in Métissages n°1. Institut Maghreb-Europe. Paris 8, 1993.


PASTEL, Pierre. « Immigration : le « la » des années 80 ou l’arc en ciel de générations dans l’émergence d’un nouvel accord » in Métissages n°1. Institut Maghreb-Europe. Paris 8, 1995.


PASTEL, Pierre. « Vers un associationnisme antillo-guyanais en France» in Migrations et Pastorale, novembre 1995.


PATTHIEU, Sylvain. Un traitement spécifique des migrations d’outre-mer : le BUMIDOM (1963-1982) et ses ambiguïtés, Politix, 2016, vol. 4, n° 116, p. 81-113.


PAYET, Isabelle. Les migrants réunionnais de retour: de la mobilité…à l’exil. Mémoire de l’École départementale de service social de La Réunion, 1998.


PERINA, Mickaëlla. Citoyenneté et sujétion aux Antilles francophones: Post-esclavage et aspiration démocratique. Paris : L’Harmattan, 2000, 208 p.


PINEAU, Gisèle, 1999, Caraïbes sur seine, Paris, Editions Dapper.

Le but de cette bibliographie est de rassembler des études d’historiens, d’anthropologues, de sociologues, de politistes etc. et non pas des écrits romanesques. Toutefois, il est intéressant de relever que certains romans ont pour sujet principale le vécu migratoire, à l’instar de Caraïbes sur seine. La guadeloupéenne Gisèle Pineau écrit ici, pour un jeune public, l’histoire et le vécu fictif d’une famille (Oscar, Jeanine et leurs trois enfants) qui quitte la Guadeloupe pour s’installer en banlieue parisienne.


PLACIDE, Louis-Georges. Les émeutes de décembre 1959 en Martinique : Un repère historique. Paris : L’Harmattan, 2009, 256 p.

Louis-Georges Placide fait le point sur les émeutes de décembre 1959 en Martinique qui constituent un repère historique et dont le cinquantenaire est commémoré en devoir de mémoire. Pourquoi un incident de circulation entre un automobiliste français et un scootériste martiniquais provoque-t-il trois jours d’émeutes ? Les forces de l’ordre tirent à balles réelles : trois jeunes sont tués. Cette étude est une contribution au patrimoine de la communauté martiniquaise, antillo-guyanaise, et par la force des choses de la France et de tous les hommes.


POURETTE, Dolores. Des Guadeloupéens en Ile-de-France. Identité, Sexualité, Santé. Paris : Karthala, 2006

Cet ouvrage présente les résultats d’une recherche ethnographique menée auprès de Guadeloupéens et de Guadeloupéennes vivant en région parisienne. L’auteure rappelle que l’Île de France constitue le premier espace de migration pour les Antillais vivant en métropole. A travers cette étude, l’auteure compte déconstruire un certain nombre de lieux-communs concernant la « sexualité des Antillais-es ». Elle propose une analyse de la matrifocalité et, plus généralement, des sociétés antillaises. L’article apporte d’avantage d’informations sur la question du rapport entre sexualité/santé que sur le phénomène migratoire en tant que tel.


POURETTE, Dolores. « Corps et identité : entre créolisation et continuité. Le cas de migrants guadeloupéens » in Migrations Santé, n° 115-116, deuxième et troisième trimestre 2003, pp.39-54.

Cet article porte sur les représentations et pratiques relatives au corps telles qu’elles sont mises en acte et en parole par les migrants guadeloupéens résidant en Ile-de-France. Si ces représentations et pratiques évoluent et se créolisent en fonction du contexte migratoire et des contacts avec d’autres groupes sociaux, elles s’inscrivent également dans la continuité et sont garantes d’une unité et d’une identité antillaise.


POURETTE, Dolores. «Pourquoi les migrants guadeloupéens veulent-ils être inhumés dans leur île ? », in Hommes et Migrations, n°1237, 2002.

Dans cet article, l’anthropologue Dolores Pourette pose son regard sur un fait social précis : le rapport des migrants guadeloupéens à la mort.

Elle rappelle que les Guadeloupéens accordent une grande importance au respect des rituels funéraires. Ceux résidant en métropole restent rattachés à ces croyances et pratiques. Ils révèlent leur enracinement en communiquant avec leurs défunts ou en organisant leur sépulture dans l’île, même lorsqu’ils n’y sont pas nés. Le territoire d’origine devient l’objet d’un fort investissement symbolique. Dolores Pourette affirme que ses observations vont à l’encontre de certains courants théoriques selon lesquels l’espace, dans les Antilles françaises, ne serait ni un “espace ancestral”, ni un “espace possédé”.

Plus précisément, elle se positionne à contre-courant d’Edouard Glissant lorsqu’il affirmait, dans Le discours antillais : “Il n’y a ni possession de la terre, ni complicité avec la terre, ni espoir de la terre.” (1981 : 149). Plus loin dans le texte, D. Pourette se réfère à nouveau aux travaux d’E. Glissant et à sa distinction entre « l’identité-racine » et « l’identité-rhizome ». Elle affirme que l’expérience des migrants guadeloupéens illustre que ces deux parangons de l’identité sont loin d’être exclusifs. Si le modèle de l’identité-relation est à l’œuvre dans l’éparpillement et dans la migration, l’identité comme attachement au territoire est investie au moment du décès.


/Q/


/R/


/S/

SALIOU, Arianne. Le Zorey: la représentation du Métropolitain chez les Réunionnais en migration, Mémoire de Science Po Toulouse, Sous la direction de PHILIPPE Olivier, 2006


SAINTE ROSE, P. Le jeune antillais face à la migration. Analyse du couple attrait/répulsion dans le phénomène migratoire. Paris : Editions Caribéennes, 1983, 159 p.

L’originalité de cette recherche est l’étude de la migration non pas sur le territoire d’accueil mais sur celui d’origine. L’auteur a interrogé des enfants et des jeunes antillais d’une petite commune de la Martinique qui rêvent d’aller en métropole. Il a ainsi pu cerner les causes qualitatives du phénomène migratoire, conceptualisées dans le rapport  » attrait-répulsion « .

Il ne s’agit pas ici d’étudier les phénomènes tels que l’organisation de la migration, les conditions de vie des migrants antillais (logement, travail etc.) telles quelles sont vécues mais telles qu’elles sont véhiculées (par des correspondances – lettres de migrants notamment) et donc imaginées par les jeunes interrogés.


SAINTON, Jean-Pierre. Rosan Girard : Chronique d’une vie politique en Guadeloupe. Pointe-à-Pitre/Paris : Karthala, 1993, 456 p.

Rosan Girard est assurément le dernier de ces grands leaders politiques populaires, dans la lignée des Légitimus et des Boisneuf, à avoir concentré, à un moment donné de l’histoire, les aspirations majoritaires du peuple guadeloupéen. Comme eux, il compte ses fidèles et ses nostalgiques, des années après sa retraite politique. Comme eux, en guise d’entrée dans l’histoire, à son souvenir s’adjoint une mémoire nébuleuse où la légende le dispute aux faits. Il est certainement la personnalité politique guadeloupéenne la plus considérable de l’après-guerre.

Principal fondateur du Parti communiste guadeloupéen en 1943, maire et conseiller général de la commune du Moule, député à l’Assemblée nationale française de 1946 à 1958, théoricien non orthodoxe, il reste surtout, dans la mémoire populaire, un leader charismatique.

Personnage témoin du passage d’une société encore marquée par les structures et les mentalités post-esclavagistes à une Guadeloupe subissant sa modernité, il imposait une prise en compte de la relation de l’homme individuel à l’histoire collective. Jean-Pierre Sainton, qui fait ici œuvre de biographe, a choisi le genre de la chronique pour nous faire revivre la vie et l’action de Rosan Girard. Le récit de sa vie politique contrastée, parsemée de « hauts-faits », mais aussi de paradoxes, passionnera. Ses thèses, encore aujourd’hui, retiendront l’attention de tous ceux qu’interrogent les perspectives des formations sociales antillaises.

Au-delà du récit biographique, cette étude solidement documentée introduit à une réflexion de fond sur l’histoire politique de la Guadeloupe depuis le début du siècle.


SIMONIN Jacky, WATIN Michel et WOLFF Éliane, « Comment devient-on Réunionnais du monde ? », tic&société , Vol. 3, n° 1-2 | 2009

« Mais qui sont les Réunionnais du monde ?

Réunionnais d’origine ou de cœur,

à la Réunion ou partout sur le globe,

ils partagent l’amour de leur île,

de nombreuses informations et des services utiles. »

Les auteurs mettent en avant un changement dans la perception du fait migratoire : le passage de la migration, vécue comme ‘contrainte’ à celui de la ‘migration positivée’ (et la création d’une diaspora). Ils rappellent que le « colloque de Dourdan » (octobre 1995) est considéré comme le « forum fondateur de la communauté réunionnaise en France métropolitaine ». L’originalité de cette contribution est l’angle d’approche qui met la focale sur le rôle central des TIC dans l’expérience migratoire actuelle. Celles-ci permettent de maintenir assez facilement et à un coût raisonnable le contact entre migrants et îliens.

L’article étudie en particulier le cas du site reunionnaisdumonde.com. Notons que plus de la moitié des membres de reunionnaisdumonde.com sont en métropole. Les auteurs insistent sur le passage d’une communauté invisible à une communauté visible. Cette mise en lumière publique permet également aux migrants de sortir de leur isolement et de prendre conscience de leur appartenance à une communauté qui soudain se révèle à elle-même. Le texte comporte de nombreuses anecdotes qui rendent la lecture imagée et renvoie à des moments concrets de l’expérience migrante.

En partant de l’expression « Tu sais que tu viens de la Réunion quand… », les auteurs livrent une pléiade de citations qui se rapportent à des thèmes tels que les expressions langagières, les habitudes culinaires, le rapport à la terre d’origine, les phénotypes ou encore l’appartenance nationale. A ce sujet, en construisent un rapport « étranger vs Français », certains contacts métropolitains ferait surgir le sentiment national, parfois même l’exacerbent.


/T/

TAL, Isabelle. Les Réunionnais en France, Paris, Entente, 1976

Bien que daté, l’ouvrage reste une référence concernant l’étude des migrations réunionnaises. Les données chiffrées sont dépassées mais les données qualitatives sont pertinentes car elles permettent de resituer le phénomène migratoire dans une approche diachronique.

L’auteure analyse le processus dès son commencement et dépeint le contexte historique de mise en place d’une « migration assistée » vécue comme une nécessité pour La Réunion. Puis I. Tal décrit la situation des Réunionnais en métropole et notamment cette volonté d’insertion qui passe par une non-fréquentation des autres Réunionnais. Ce point sera repris dans de nombreuses études sur les migrants réunionnais en France.


TABOADA-LEONETTI, Isabelle. De l’aliénation à la prise de conscience. Itinéraires de l’identité des migrants réunionnais en Métropole. Thèse de doctorat sous la direction de Alain Touraine. Paris, Sorbonne, EPHE, 1975.

Répartie en deux volumes, cette thèse doctorale de 542 pages apporte un regard à la fois englobant et détaillé sur le cas des migrants domiens et des Réunionnais plus particulièrement. Les informations sont à actualiser mais ces travaux restent intéressants car ils portent un regard précis sur la situation migrante dans les années 1960-1970. La partie 1 propose une présentation des caractéristiques propres à la catégorie « migrants des dom ».

Les quatre chapitres qui composent la section 1 traitent, respectivement, des travailleurs immigrés, de la structure de la population concernée, de la migration assistée, du vécu des migrants en métropole. La seconde section traite des racines historiques de la migration incluant un premier chapitre sur le projet de migration et un second sur la situation statutaire de La Réunion (colonie ou département ?).

La partie 2 introduit l’idée d’une aliénation propre à la situation réunionnaise. La partie 3 se consacre exclusivement à l’enquête menée en France. In fine, l’auteure fait apparaitre les différents types de conduites migratoires.


TARA M. ; MARTIN (de) M., 1967, Etude des problèmes d’adaptation des Migrants Originaires des départements d’Outre-Mer aux conditions de vie en France métropolitaine, Tome III, analyse sociologique, étude demandée par le BUMIDOM, Paris, Edition d’Etat, BDPA.


TARDIEU, Marc. Les Antillais à Paris. D’hier à aujourd’hui. Monaco : Editions du rocher, 237 p., 2005.

L’ouvrage s’intéresse au ‘temps long’ de l’histoire migratoire des antillais vivant à Paris et en proche banlieue. Passons le début de l’ouvrage qui remonte jusqu’à la période esclavagiste. La contribution se fait pertinente pour notre propos à partir de la référence à la départementalisation puis la mise en place du Bumidom.

L’exode massif des années soixante soixante-dix y est présenté. Une dernière partie traite des années quatre-vingt à nos jours avec des portraits d’aujourd’hui. Surtout, cette partie dresse un panorama des associations de migrants antillais. En effet, de nombreuses associations à caractère culturel ou festif, mais aussi social ou antiraciste, témoignent de leur attachement à des racines communes en même temps que d’une lutte au présent contre des discriminations virulentes.


TOMICHE, Paul. Luttes syndicales et politiques en Guadeloupe : Tome 2, Mai 67, La Répression. Paris : L’Harmattan, 2008, 280 p.

Dans ce livre-récit, l’auteur retrace son parcours de militant syndical et politique, engagé dans la réalité socio-économique d’exploitation, qu’il n’eut cesse de dénoncer dans son pays. La création de nombreuses sections syndicales débouchera sur une lutte acharnée avec le patronat, dont la grève du bâtiment, transformée en « événements » majeurs. Conséquence : la répression de mai 1967. L’auteur réclamé « mort ou vif » par les forces de la répression fut emprisonné sur place pendant onze mois.


/U/


/V/

VIRACAOUNDIN S-C. Le comportement d’évitement du Réunionnais vis-à-vis de son compatriote en situation migratoire. Mémoire de maîtrise de psychologie clinique. Sous la direction de Madame le Professeur Marie Rose Moro, Université de Paris 8, 1996.


VITALE, Philippe ; BERTILE, Wilfrid ; EVE, Prosper ; GAUVIN, Gilles. « Étude de la transplantation de mineurs de La Réunion ( 1962-1984 ) en France hexagonale » ; COMMISSION TEMPORAIRE D’INFORMATION ET DE RECHERCHE HISTORIQUE.


/W/

WALLET, Jean-William, 1993, « Le rôle des minorités dans l’évolution des représentations sociales. L’exemple antillais en France », in Migrants-Formation, n°94, pp 27-39.

L’étude de l’évolution de quatre familles sur une génération permet d’analyser la diversité des stratégies identitaires des migrants antillais face aux changements sociaux intervenus dans la société métropolitaine. Au-delà de ces différences, l’auteur cherche à mettre en valeur les connivences.


WEBER,Albert. L’émigration réunionnaise en France ; Editions L’Harmattan, 2000.

/X/


/Y/


/Z/