Atlas de la présence antillaise en France hexagonale (1968-2019) Cédric Audebert

La présence antillaise a évolué de manière remarquable en France hexagonale depuis la rupture historique qu’a constitué la période du BUMIDOM. Cette présence est autant le fruit des mutations économiques, sociales, démographiques et politiques à l’œuvre des deux côtés de l’Atlantique que le produit de politiques publiques volontaristes. On peut identifier quatre temps majeurs dans l’évolution de cette émigration : la période après-guerre (1946-1960), la période « Bumidom » (décennies 1960 et 1970), la période « ANT » (décennies 1980 et 1990), et la période des années 2000 à nos jours marquée par une accélération de la mobilité transatlantique. Chaque temps se distingue par un contexte historique, des caractéristiques sociales de la migration, une évolution et des enjeux démographiques spécifiques.
La présence antillaise embryonnaire dans l’entre-deux-guerres (militaires, marins, élite culturelle et artistique) se mue en mouvement migratoire plus régulier après la Seconde Guerre mondiale et dans les années 1950, avec l’encouragement des soldats démobilisés à rester dans l’Hexagone, la migration des premières élites antillaises de la fonction publique, puis la mise en place du service militaire obligatoire dans les DOM en 1960. L’effectif des Antillais recensés dans l’Hexagone passe de 15600 en 1954 à 38700 en 1962 (Domenach & Picouët 1992). On entre ensuite dans l’ère de la migration de masse avec l’institutionnalisation de l’émigration sous l’égide du Bumidom au cours des décennies 1960 et 1970. Au cours de la période des Trente Glorieuses, chaque recensement est l’occasion d’un doublement des effectifs de la population native des Antilles dans l’Hexagone par rapport au recensement précédent. Les changements quantitatifs observés sont accompagnés de mutations qualitatives remarquables, dont les caractéristiques de cette population porteront l’empreinte bien au-delà de la période du BUMIDOM : chaque période migratoire postérieure – temps de l’enracinement de la présence antillaise (1980-2000), temps de l’accélération de la mobilité transatlantique (2000-2020) – participe à complexifier le profil démographique et social et la géographie de la présence antillaise.
Ce contexte contemporain changeant justifie la publication d’un atlas qui propose une approche socio-spatiale s’intéressant aux développements consécutifs à la période charnière du BUMIDOM, avec pour référence la période de 1968 à 2019. Comment a évolué la géographie résidentielle des populations natives des Antilles en France hexagonale entre 1968 et 2019 ? Dans quelle mesure cette évolution nous renseigne-t-elle sur les mutations socio-démographiques de la population concernée, et sur la complexité croissante de sa géographie sociale et économique au fil des générations ? L’approche cartographique proposée vise à informer sur les dynamiques spatio-temporelles de la migration antillaise en France hexagonale, dans un format visuel et synthétique rendant le propos aisément accessible à tous.

La géographie résidentielle antillaise en France hexagonale : permanences et évolutions (1968-2019)

Dans un contexte antillais de forte pression démographique, d’un chômage élevé, de tensions sociales et politiques croissantes, auquel se conjugue un contexte métropolitain marqué par une pénurie de travail peu qualifié dans la fonction publique, les services à la personne, l’industrie automobile et les transports, l’État français a créé le BUMIDOM (Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’outre-mer), agence spécialement dédiée à l’organisation institutionnelle de la migration et du placement de travailleurs migrants venant des DOM (Anselin 1990, Condon & Ogden 1991, Constant 1987, Marie & Giraud 1987). Dans ce cadre, entre 1963 et 1981, 86000 migrants ont fait l’objet d’un accompagnement à la migration, au placement en emploi, en formation ou après démobilisation, et ont parfois bénéficié de prêts à l’accès au logement et du regroupement familial (Bumidom 1981, cité dans Haddad 2018 : 198). Durant la période, environ 40% des migrants antillais auraient bénéficié des services de l’agence. La population antillaise en France hexagonale a alors connu une remarquable progression, passant de 38700 individus à 61200 individus en 1968, puis à 115500 individus en 1975. Chaque recensement a été l’occasion d’un quasi doublement des effectifs. Au terme de la période, en 1982, l’INSEE recensait 182700 Antillais dans l’Hexagone (Graphique 1).


L’amplification inédite de la présence antillaise au cours de la période a bénéficié avant tout à l’Île-de-France, qui restait de loin son principal bassin d’emploi, en particulier dans les emplois peu qualifiés des activités hospitalières, de l’administration publique générale, des postes et des transports confrontés à une forte pénurie d’offre de travail. La tendance à la concentration en Ile-de-France, déjà à l’œuvre dans les années 1950, s’est renforcée à l’époque du BUMIDOM : la région concentrait les deux-tiers de cette migration en 1968, et jusqu’aux trois-quarts au terme de la période, en 1982. En province, seule une poignée de régions portuaires (notamment Marseille-Toulon et Le Havre-Rouen) et universitaires (Bordeaux) se distinguent, dépassant le millier de migrants en 1968 (carte 1).

Les recensements de 1975 et 1982 ont confirmé la Provence-Côte d’Azur comme pôle provincial secondaire (Nice devenant un autre lieu attractif) et a révélé l’émergence de nouveaux pôles universitaires et d’emploi (Lyon, Toulouse), toujours très loin derrière Paris (carte 2). Une autre tendance perceptible dès les années 1970 est celle d’une première phase de déconcentration de la population antillaise francilienne vers la province proche – Centre-Val de Loire (Loiret), Haute-Normandie, Oise (Carte 2).


Dans un contexte de contraction du marché de l’emploi métropolitain lié à la récession économique des années 1970, la création de l’ANT (Agence nationale pour l’insertion et la promotion des travailleurs d’outre-mer) a incarné le changement de paradigme de la politique étatique de migration. La politique d’intégration et d’encouragement au retour des années 1980 s’est substituée à la politique précédente d’encouragement à la migration et sa gestion correspondante. La présence antillaise en France s’enracine (Marie 2002). C’est aussi l’époque où les premières cohortes d’émigrés antillais du BUMIDOM – au premier rang desquels les Martiniquais – entrent en retraite et, pour certains d’entre eux, retournent au pays. La décennie 1980 a donc enregistré une croissance modérée des flux et les années 1990 un tassement des effectifs, voire une légère diminution dans le cas de la Martinique. La présence antillaise s’est stabilisée autour de 211000 personnes au cours de la période (Graphique 1 ; INSEE, RGP 1990, 1999).
Le tassement démographique constaté ne signifie pas l’absence de dynamique sur le plan de la distribution géographique. Les dynamiques observées précédemment, de faible ampleur dans un premier temps, se confirment. Concentrant encore plus de 70% de l’effectif des Antillais de l’Hexagone au cours de la période, le poids relatif de la région parisienne reste certes écrasant. Mais l’arrivée en retraite des premières vagues du BUMIDOM, la poursuite de la migration d’études, la mobilité professionnelle intra-hexagonale et celle de familles comprenant désormais plusieurs générations expliquent la visibilité croissante de pôles provinciaux secondaires, en particulier en Aquitaine et Occitanie (Midi-Pyrénées et Languedoc) comme le montre la carte 3. Par exemple, entre 1982 et 1999, la population antillaise de la région métropolitaine de Toulouse triple ses effectifs.


L’entrée dans le XXIe siècle que nous qualifierons de période LADOM – agence dont le nom (Agence outre-mer pour la mobilité) et les objectifs (favoriser l’accès à la qualification et à l’emploi via les parcours de formation en mobilité) incarnent à eux-seuls le changement de paradigme de la politique migratoire étatique vis-à-vis de l’outre-mer – correspond à une intensification de la mobilité transatlantique. La période se caractérise à la fois par la poursuite du vieillissement de la population antillaise en migration et par une relance de l’émigration des jeunes antillais vers la France hexagonale. L’effectif des Antillais est estimé à 268000 en 2019, distribué à parts égales entre Martiniquais et Guadeloupéens (INSEE, RP 2019). Cette migration prend la forme d’une mobilité accélérée assortie d’une réversibilité migratoire plus marquée qu’avant, dans le cadre d’actions de formation, de projets d’études ou de la recherche d’emploi. Parmi les natifs de la Martinique de la classe d’âge 20-24 ans, la part ayant quitté l’île passe de 31% en 1999 à 42% en 2016 (calculs personnels, INSEE, RGP 1999, RP 2016).
Cette dynamique d’ensemble se traduit dans la géographie résidentielle des Antillais par une diffusion de leur présence en province qui s’incarne dans deux tendances : la contraction rapide de la part relative de la région parisienne dans l’ensemble, et une généralisation de la présence antillaise en province marquée par une distribution spatiale plus équilibrée entre les régions (carte 4). En 2019, la province accueillait 41% de la population née aux Antilles, contre 30% vingt ans plus tôt (INSEE, calculs personnels, RGP 1999, RP 2019). Et six grandes régions de province (Occitanie, Auvergne-Rhône Alpes, Nouvelle-Aquitaine, Centre-Val de Loire, Hauts-de-France, Grand-Est) comptent désormais chacune plus de 10000 natifs des Antilles (INSEE, op. cit.).

Une forte polarisation de la migration antillaise en Île-de-France

La concentration résidentielle des Antillais de France en région parisienne est telle qu’elle requiert une analyse spécifique. Comme déjà mentionné, la grande majorité des natifs des Antilles dans l’Hexagone est restée concentrée à Paris et dans sa région au cours de la période contemporaine. C’était déjà le cas bien avant la période du BUMIDOM, mais l’institutionnalisation de la migration n’a fait que renforcer le phénomène en orientant les nouveaux arrivants en priorité dans des emplois peu qualifiés de la fonction publique et de la santé basés en Ile-de-France, et en facilitant leur accès au parc francilien de logement social. Au plus fort de l’action du BUMIDOM, les trois-quarts des Antillais vivaient en région parisienne et la proportion s’est maintenue au-delà de 70% dans les années 1990, avant de décliner. Elle était d’un peu plus de 58% en 2019 (INSEE, RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 ; RP 2019).
Au sein de l’Île-de-France, leur géographie résidentielle a connu d’importantes mutations d’une période à l’autre, marquées par une déconcentration progressive de la capitale vers la grande couronne, à l’image des dynamiques plus générales de la population de la région au cours des soixante dernières années. Dans les premières années du BUMIDOM, Paris polarisait encore près de la moitié de la population antillaise régionale, le reste s’orientant en priorité vers la petite couronne et le Val-d’Oise (carte 5).

Les années 1970 consacrent la montée en puissance de la petite couronne, en particulier les secteurs d’habitat collectif de la Seine-Saint-Denis dont la population antillaise est multipliée par six au cours de la décennie, soit un rythme deux fois plus élevé que celui de cette population à l’échelle régionale. Le Val-de-Marne connaît également une forte poussée de la présence antillaise.
L’expansion résidentielle des Antillais traduit la coexistence de plusieurs logiques, qui parfois se conjuguent. L’insertion traditionnelle dans le secteur des chambres meublées en contexte de pénurie de logement – de plus en plus surpeuplées sous l’effet des réseaux migratoires familiaux – se conjugue à partir des années 1960 avec l’insertion dans le parc de logement social lié au 1% patronal dont bénéficient les employés des administrations ou grandes entreprises. Si l’installation plus ancienne dans le parc de meublés privilégie initialement la Ville de Paris et les communes limitrophes, l’installation ultérieure dans les quartiers de HLM (décennies 1970 et 1980) rend compte de la diffusion résidentielle des Antillais dans les départements de la petite couronne et le Val d’Oise, où les pratiques des bailleurs tendent à les orienter dans certaines communes (Condon 1995). Elles aboutissent à l’une des concentrations spatiales les plus marquées en France pour un groupe ethnicisé, tant à l’échelle nationale (majoritairement en Île-de-France) qu’à l’échelle régionale (forte surreprésentation dans les parcs de HLM des quartiers populaires). Des communes comme Saint-Denis, Stains, Pantin, Bobigny ou Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, Créteil ou Vitry dans le Val-de-Marne, Sarcelles, Garges ou Villiers-le-Bel dans le Val-d’Oise sont emblématiques de ces logiques d’agrégation spatiale, qui marquent encore cette géographie résidentielle même si elles s’atténuent avec le temps.
A partir des années 1990, les nouveaux arrivants ne sont plus autant captifs des logiques antérieures d’installation à Paris et dans les quartiers HLM des communes de la petite couronne et du Val-d’Oise, dont le poids relatif ne progresse plus. La diffusion de leur présence dans les départements de la grande couronne, au fil de l’expansion du bâti et des possibilités de logement en périphérie, s’accélère dans les années 2000. C’est notamment le cas de la Seine-et-Marne dont l’effectif des natifs antillais a doublé au cours des deux dernières décennies, tandis que Paris et la Seine-Saint-Denis ont perdu un sixième de leur population antillaise dans le même temps (cartes 6 et 7). La population antillaise de la ville de Paris a été pratiquement divisée par deux depuis la fin du BUMIDOM.

La diffusion de la migration antillaise en province : des dynamiques géographiques différenciées

Une analyse géographique à l’échelle des départements permet d’identifier de manière plus fine les pôles provinciaux de forte croissance de la présence antillaise et de dresser une typologie de ces espaces en fonction de la nature des dynamiques observées. Au-delà de l’Ile-de-France (zone I), la déconcentration spatiale vers la province ne se fait pas de manière aléatoire sur le territoire, mais privilégie cinq grands espaces ayant chacun leur propre dynamique et leurs logiques spécifiques de polarisation de la migration antillaise (carte 8).


La province proche (zone II) comprend les départements provinciaux limitrophes de l’Île-de-France qui, dès les années 1970, ont accueilli les premiers flux de mobilité résidentielle des ménages antillais quittant Paris et sa périphérie. Il s’agit principalement de l’Oise, de la Haute-Normandie (Seine-Maritime, Eure) et de la région Centre (Loiret, Eure-et-Loir). La Seine-Maritime se distingue néanmoins par l’ancienneté de l’installation antillaise liée à sa fonction de porte d’entrée maritime des Antilles dans l’Hexagone à l’époque de l’âge d’or de la ligne transatlantique.
Les villes portuaires du Sud-Est de la France (zone III), au premier rang desquelles Marseille (et dans une moindre mesure Toulon), se distinguent également par la présence ancienne d’une petite communauté antillaise (marins, dockers, soldats démobilisés, etc.). Attestée dès l’entre-deux-guerres, elle s’inscrit dans le contexte de l’histoire portuaire de la ville en lien avec l’Empire colonial français (Pattieu 2009). Dans les années 1960, la Provence-Côte d’Azur constitue ainsi la principale région d’installation des Antillais en province. La longue histoire de cette présence explique son enracinement ancien et son profil démographique aujourd’hui vieillissant, avec notamment une surreprésentation actuelle en son sein des actifs d’âge moyen (en début de cinquantaine) et de retraités antillais ayant fait souche.
La région lyonnaise (zone IV) connaît un essor remarquable de l’installation des migrants antillais dans les années 1970 et supplante Marseille comme principal pôle provincial dès le recensement de 1982. A la différence du littoral du Sud-Est, elle demeure attractive du fait de sa capacité à maintenir simultanément une importante activité industrielle pourvoyeuse d’emplois, un secteur tertiaire diversifié, et une fonction universitaire attirant les étudiants antillais. La métropole concentre la moitié des 15000 natifs des Antillais résidant dans la région Auvergne-Rhône Alpes (calculs personnels, INSEE, RP2019).
La zone d’implantation antillaise la plus dynamique de province apparaît sans conteste celle des villes universitaires du Sud-Ouest : Toulouse, Bordeaux, et plus récemment Montpellier (zone V). Bordeaux reste historiquement un pôle universitaire de référence pour les Antilles, qui y ont longtemps été rattachées avant que ne soit créée le pôle universitaire antillo-guyanais. Dès les années 1960, on y compte plusieurs centaines d’étudiants venus des Antilles. La décennie suivante, Toulouse s’affirme aux côtés de sa voisine comme l’autre grand pôle estudiantin antillais du Sud-Ouest. Mais c’est véritablement dans les années 1980 et 1990 que les deux villes deviennent des universités de premier plan pour les étudiants arrivant des Antilles. La relance de l’émigration estudiantine à partir des années 2000 va les consacrer comme des pôles majeurs de destination en province. Elles consolident leur attractivité universitaire, tout en réussissant à stabiliser sur place une part des cohortes estudiantines des générations précédentes à la faveur d’un marché du travail diversifié capable de les absorber et d’un cadre de vie attractif. La population antillaise de Toulouse est désormais aussi importante que celle de la métropole lyonnaise.
Enfin, symbole de la nouvelle attractivité de la façade ouest pour les Antillais, la Bretagne émerge comme un nouvel espace de destination. Grâce à leur bassin d’emploi et d’études, Nantes et Rennes ont enregistré un quasi triplement de la présence de ces migrants au cours des vingt dernières années, avec chacune environ 3000 Antillais en 2019 (zone VI).

Le profil sociodémographique des Antillais en France hexagonale : des contrastes régionaux marqués

Le premier élément marquant de l’évolution du profil sociodémographique des migrants antillais en France est le changement dans la répartition par sexe de cette population. Les hommes restent en effet majoritaires jusqu’au milieu des années 1970, puis les femmes le deviennent au terme de la période identifiée comme celle du BUMIDOM (graphique 2). Le ratio hommes/femmes, de 114 en 1968, n’est plus que de 96 en 1982 (INSEE, RGP 1968, 1982). La période « ANT » caractérisée par l’enracinement de la présence antillaise en France confirme cette tendance, à la faveur de la dynamique de regroupement familial et de la féminisation de la migration de travail et d’études. En 1990 comme en 1999, le ratio hommes/femmes se stabilise autour de 94, un rapport démographique que l’accélération de la mobilité transatlantique durant la période LADOM n’a pas remis en cause (graphique 2).


Cette tendance générale masque cependant de remarquables disparités géographiques au sein de la migration antillaise liées à l’histoire différenciée de ces migrations locales. De ce point de vue, il existe une nette césure entre la région parisienne et la province. La spécificité de l’Île-de-France par rapport au reste du pays réside dans le fait que dans cette région concentrant la majorité des effectifs de l’Hexagone, la migration antillaise a constamment été majoritairement féminine (au moins depuis la période du BUMIDOM), alors qu’elle est restée à prédominance masculine ailleurs en France (cartes 9 et 10).

Outre la dynamique de regroupement familial – intra ou hors BUMIDOM –, cela tient au fait que les emplois de catégorie C de l’administration, des collectivités locales, des préfectures et des hôpitaux de Paris, entre autres secteurs, étaient pourvus en majorité par des femmes au sein de la migration antillaise en Île-de-France. L’histoire migratoire antillaise en province est moins marquée par cette migration de travail féminine que ne l’a été la région-capitale. La féminisation s’est même accentuée avec le temps en région parisienne, avec un ratio hommes/femmes de 92 au cœur de la période bumidomienne, passé à 85 dès la fin des années 1990 (cartes 9 et 10).
Cependant, au fur et à mesure que les effectifs de migrants antillais ont augmenté et se sont diffusés dans l’espace, les écarts ont eu tendance à se réduire, tant entre la province et l’Île-de-France qu’entre les régions de province. Les indices de masculinité régionaux des Antillais en province qui étaient en moyenne de 197 en 1968, ont ensuite régulièrement diminué : ils étaient de 131 en 1999 et de 115 en 2019 (Calculs personnels, INSEE, RGP 1968, 1999, RP 2019). La cartographie de ces indices par grande région révèle qu’à l’exception notable de la région-capitale, les déséquilibres les moins marqués dans la répartition par sexe concernaient les populations antillaises les plus importantes en région : Rhône-Alpes et Provence-Côte d’Azur en 1968, rejointes plus tard par l’Occitanie et les provinces proches de Paris (cartes 9 et 10).
Le second élément saillant de l’évolution du profil sociodémographique des migrants antillais en France a trait au vieillissement rapide de la population native des Antilles résidant dans l’Hexagone. Cette évolution doit être replacée dans le contexte plus global du vieillissement d’une société française marquée par la baisse de la fécondité et l’allongement de l’espérance de vie : l’âge médian y est passé de 32 ans au sortir de la période du « baby boom » (milieu des années 1970) à 41 ans en 2022. Elle doit être aussi resituée dans le contexte spécifique du vieillissement des Antilles françaises, accéléré par les effets à long terme de l’émigration de grande ampleur des jeunes adultes sur plusieurs générations (générations BUMIDOM et LADOM notamment), le retour aux Antilles d’une part de la génération BUMIDOM arrivée à l’âge de la retraite et la chute de l’indice synthétique de fécondité aux Antilles en lien avec les mutations socio-économiques profondes depuis un demi-siècle dans les deux îles.
Dans le cadre de l’accélération de la mobilité transatlantique, le vieillissement des Antillais s’observe simultanément des deux côtés de l’Atlantique. Le cas des natifs de la Martinique est démonstratif. Dans la période correspondant au BUMIDOM, la classe d’âge médiane des natifs de cette île en France hexagonale se situait dans la tranche 25-29 ans (calculs personnels, INSEE, RGP 1968, 1975). Au terme de la période « ANT », la classe d’âge médiane était celle de la tranche 35-39 ans (calculs personnels, INSEE, RGP 1999). La tendance s’est confirmée au cours de la période « LADOM », la classe d’âge médiane étant aujourd’hui située dans la tranche 40-44 ans (calculs personnels, INSEE, RP 2016).
Dans le détail, au fil de l’accroissement des effectifs, de la diffusion des Antillais sur l’ensemble du territoire national et du renouvellement des cohortes migratoires, on observe une régionalisation des profils sociodémographiques où des régions à population antillaise vieillissante se distinguent de celles où la population antillaise apparaît moins âgée. Les régions ayant enregistré les dynamiques de vieillissement les plus précoces sont celles dont la présence antillaise était relativement ancienne mais relativement peu redynamisée par de nouvelles vagues migratoires : la Provence, à laquelle se sont ajoutées les provinces proches de l’Île-de-France au terme de la période « BUMIDOM » (Haute-Normandie, Hauts-de-France), puis de celle de l’ANT – Centre-Val de Loire (cartes 11 et 12). A l’inverse, les régions étudiantes de l’ouest, à commencer par l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine, et plus récemment la Bretagne et les Pays de la Loire, sont celles dont les classes d’âge médian sont les plus jeunes (carte 12).


Une analyse plus fine montre que la tendance générale observée cache des profils régionaux plus divers avec des profils sociodémographiques plus complexes, au sein des régions où la présence antillaise est plus ancienne et où coexistent plusieurs cohortes migratoires. C’était déjà le cas en 1968 en Provence (Marseille) où d’importants effectifs de la classe d’âge 20-24 ans coexistaient avec une population d’adultes plus âgés nés dans l’entre-deux-guerres (INSEE, RGP 1968). En 2016, au sein de la population antillaise d’Île-de-France, de nouvelles cohortes d’étudiants et jeunes actifs s’insérant sur le marché de l’emploi francilien (15% de 20-29 ans) tendaient à partiellement renouveler les cohortes significatives nées dans les décennies 1950 et 1960 (40% de l’ensemble) correspondant aux travailleurs en milieu et fin de parcours professionnel. Dans la région lyonnaise, ce sont même trois classes d’âges qui coexistent désormais : les jeunes adultes en études ou rentrant sur le marché de l’emploi (20-24 ans notamment), les adultes actifs d’âge moyen (40-44 ans en particulier), et ceux à l’approche de la retraite (pic dans la classe des 55-59 ans) (INSEE, RP 2016). L’expansion simultanée de plusieurs classes d’âge liées à différentes étapes du cycle de vie (études ou entrée dans la vie active, entrée en retraite) est la marque d’un enracinement de la présence antillaise.

La géographie de l’activité des Antillais en France hexagonale : une complexité croissante

L’histoire de l’insertion socio-économique des natifs des Antilles en France est rythmée par trois temps : la forte poussée des effectifs d’actifs en emploi au cours de la période du BUMIDOM et jusqu’aux premiers temps de la période « ANT » ; le tassement de ces effectifs dans les années 1990, puis leur relance durant la période « LADOM » (années 2000 à nos jours). Dans le contexte de récession des années 1970, l’expansion observée initialement s’accompagne paradoxalement de l’apparition d’un chômage structurel. Puis le tassement des effectifs d’actifs antillais en emploi dans les années 1990 coïncide avec la poursuite de la montée du chômage chez les migrants antillais, parallèlement aux débuts de l’amplification régulière de la part des retraités (anciens actifs) dans un contexte d’enracinement.
L’insertion dans l’emploi reste marquée par un positionnement très majoritaire dans les activités tertiaires (Graphique 3).

Si l’institutionnalisation de la migration antillaise et de son insertion socio-économique a expliqué la surreprésentation des emplois de service public à l’époque du BUMIDOM, la part des emplois du tertiaire privé s’est amplifiée ultérieurement (services à la personne, restauration, transport, etc.). Dans le même temps, après avoir connu une croissance continue, les emplois industriels des migrants antillais ont enregistré un tassement à partir des années 1980 puis un déclin en volume à partir des années 1990 (Graphique 3). De manière globale, la tertiairisation de l’emploi des Antillais – tant en volume d’emploi qu’en part relative – s’est renforcée au fil du temps, suivant en cela la dynamique générale de l’activité en France. La géographie de l’insertion des Antillais dans le tertiaire se caractérise par une forte concentration initiale des emplois de services en Île-de-France (années 1960), suivie d’une diffusion relative vers la province, et d’un écrasement progressif des différences régionales avec des taux de tertiairisation de l’emploi partout supérieurs à 80%. Cependant, la région parisienne reste la seule à enregistrer une part de l’emploi tertiaire chez les migrants antillais supérieure à 90%, du fait de la présence d’un volume d’emplois de service public toujours important et de l’expansion et la diversification de l’activité tertiaire privée dans la région-capitale.
La localisation des actifs antillais en emploi se caractérise par la prédominance de l’Île-de-France depuis plus d’un demi-siècle. Cependant, le poids relatif de cette dernière diminue avec le développement de pôles provinciaux secondaires, dans un premier temps dans l’est (Lyon), le sud-est (Marseille, Côte d’Azur) et parmi les Antillais localisés en province proche de Paris, puis plus tard dans le sud-ouest (Bordeaux, Toulouse, Montpellier). La césure entre la population antillaise d’Île-de-France et celle présente de manière croissante dans le reste du pays demeure une réalité aujourd’hui. La réalité antillaise d’Île-de-France reste encore principalement celle d’une migration de travail (61% des effectifs natifs des Antilles étaient actifs en emploi en 2019) relativement peu touchée par le chômage (moins de 10% de la population active), contrairement à celle de la province où les non-actifs et actifs sans emploi sont majoritaires, en particulier dans le sud-ouest et les régions de la façade atlantique.
Les populations non-actives, dont les effectifs sont en expansion au sein de la migration antillaise, sont principalement composées des anciens actifs (retraités) et des populations en études (étudiants, élèves). L’amplification de la part des retraités – 17% de l’effectif des Antillais en France en 2019 –, perceptible en Île-de-France plus qu’ailleurs, s’explique par l’histoire ancienne de la migration de travail dans la région-capitale et l’enracinement local de cohortes successives d’anciens actifs antillais arrivant à l’âge de la retraite. Elle s’explique aussi plus généralement par le vieillissement de la population antillaise dans l’Hexagone. Un mouvement de diffusion d’une part de ces retraités vers la province est parallèlement en cours. Une analyse comparative de la part des anciens actifs antillais par région met en lumière leur poids relatif important (supérieur à 15%) dans les régions d’implantation ancienne : Île-de-France et province proche, Provence-Côte d’Azur (INSEE, RP 2019 ; calculs personnels). A l’autre bout de la pyramide démographique, les élèves et étudiants nés aux Antilles sont numériquement concentrés en Île-de-France et dans les pôles provinciaux du sud-ouest et de la région lyonnaise. La distinction entre la région parisienne et ces pôles universitaires provinciaux réside dans la part relative des élèves et étudiants : elle représente plus de 10% de la population antillaise dans les quatre villes universitaires (Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Lyon) contre à peine 5% dans la région-capitale.
L’ensemble de ces éléments géographiques nous permet de dresser une typologie régionale de l’activité des natifs des Antilles en France hexagonale. Certaines régions, comme l’Île-de-France la province proche et la région lyonnaise, sont marquées par la surreprésentation d’une migration de travail en emploi. Dans d’autres régions (parfois les mêmes), la présence importante des retraités témoigne des dynamiques concomitantes d’enracinement et de vieillissement : Provence, Île-de-France, et dans une moindre mesure la province proche. Les Antillais de la façade atlantique, de l’Occitanie et du Grand-Est sont touchés par un fort chômage. Parallèlement, le profil de régions comme l’Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine, la Bretagne, et dans une moindre mesure la région lyonnaise est caractérisé par une surreprésentation de la migration estudiantine et plus généralement des jeunes adultes (carte 13).

Bibliographie
Anselin, Alain (1990). L’émigration antillaise en France : La troisième île. Paris : Karthala.
Condon, Stephanie (1995). « France-Angleterre, histoire comparée du logement des Antillais », Hommes & Migrations, 1193(1), pp. 18-23.
Condon, Stephanie & Philip Ogden (1991), “Emigration from the French Caribbean. The Origin of an Organised Migration”, International Journal of Urban and Regional Research, 15(4), pp. 505-523.
Constant, Fred (1987), « La politique française de l’immigration antillaise de 1946 à 1987 », Revue européenne des migrations internationales, 3(3), pp. 9-30.
Domenach, Hervé & Michel Picouët (1992). La dimension migratoire des Antilles. Paris : Economica.
Haddad, Marine (2018). « L’effet d’une politique d’État sur les migrations DOM-métropole. Les enseignements des recensements de 1962 à 1999 », Population-F, 73(2), pp. 191-225.
Marie, Claude-Valentin (2002). « Les Antillais en France : une nouvelle donne », Hommes & Migrations, n° 1237, p. 26-39.
Marie, Claude-Valentin & Michel Giraud (1987). « Insertion et gestion socio-politique de l’identité culturelle : le cas des Antillais en France », Revue européenne des migrations internationales, 3(3), pp. 31-48.
Pattieu, Sylvain (2009). « Souteneurs noirs à Marseille, 1918-1921. Contribution à l’histoire de la minorité noire en France », Annales Histoire Sciences Sociales, 2009/6, pp. 1361-1386.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search