Panorama de la presse militante nationaliste guadeloupéenne

  1. La Voix du peuple de la Guadeloupe, organe du Parti républicain schœlchériste [« puis » organe (officiel) du parti de l’Union socialiste, républicaine et schœlchériste « puis » organe socialiste de paix sociale « puis » organe de la Fédération du Parti radical socialiste de la Guadeloupe « puis » organe de la Fédération du rassemblement des gauches républicaines].

Références bibliographiques : Journaux et revues… / Archives départementales de la Guadeloupe, 2000, p. 425

http://presselocaleancienne.bnf.fr/ark:/12148/cb32891659f


  1. La Démocratie sociale [« puis » organe de l’Union républicaine socialiste et radicale à Basse-Terre].
source : BnF / Gallica

Références bibliographiques : Journaux et revues… / Archives départementales de la Guadeloupe, 2000, p. 164

http://presselocaleancienne.bnf.fr/ark:/12148/cb327556075


  1. L’Action, journal absolument indépendant…
source : BnF / Gallica

Références bibliographiques : Journaux et revues… / Archives départementales de la Guadeloupe, 2000, p. 38

http://presselocaleancienne.bnf.fr/ark:/12148/cb32681686s


  1. Le Miroir de la Guadeloupe, économique, politique, littéraire, sportif.

Références bibliographiques : Journaux et revues… / Archives départementales de la Guadeloupe, 2000, p. 296

http://presselocaleancienne.bnf.fr/ark:/12148/cb328167149


La condition noire, de la Poésie au Théâtre

Aimé CÉSAIRELa condition noire, de la Poésie au Théâtre (France Culture, 1966)

Émission « Au cours de ces instants » diffusée le 13 février 1966 sur France Culture. Aimé Césaire s’exprime au micro de José Pivin, à la faveur d’un entretien scandé par des extraits de trois pièces du poète : « Et les chiens se taisaient », « Une saison au Congo » et « La tragédie du roi Christophe ».

source : éclair brut, youtube

La Martinique aux Martiniquais. L’affaire de l’OJAM.

MAUDUECH, Camille ; La Martinique aux Martiniquais. L’affaire de l’OJAM, Les Films du Marigot, 2012.

Résumé de l'équipe documentaire :

« Années 1960. La Martinique, ancienne colonie devenue département français d’outremer en 1946, s’enlise dans un « indéfectible attachement à la France » alors que le grand souffle des luttes d’indépendances s’étend à travers le monde. La guerre d’Algérie portée sur le territoire français contraint de se positionner, de s’engager.

Une affiche aux couleurs chatoyantes apparaît au petit matin du 23 décembre 1962 sur tous les murs des bâtiments publics, écoles, commissariats, mairies, églises en tout point de la Martinique. Cet affichage massif, clandestin et nocturne porte en lettres capitales un slogan incantatoire « LA MARTINIQUE AUX MARTINIQUAIS ». Le signataire, l’OJAM, Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique, affiche ainsi sa volonté nationaliste. »


Révolution Fanon

Episode 1 : Accueillir le cri de l’homme mutilé ; Les chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth, France culture, 2021.

Accueillir le cri de l’homme mutilé – Ép. 1/4 – Révolution Fanon (franceculture.fr)


Episode 2 : “Peau noire, masques blancs”, se découvrir Noir dans le regard du Blanc ; Les chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth, France culture, 2021.

“Peau noire, masques blancs”, se découvrir Noir dans le regard du Blanc – Ép. 2/4 – Révolution Fanon (franceculture.fr)


Épisode 3 : La psychiatrie contre la colonisation des cerveaux ; Les chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth, France culture, 2021.

La psychiatrie contre la colonisation des cerveaux – Ép. 3/4 – Révolution Fanon (franceculture.fr)


Épisode 4 :  “Les Damnés de la Terre”, une philosophie de la violence ; Les chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth, France culture, 2021.

Crédits : JDawnInk

“Les Damnés de la Terre”, une philosophie de la violence – Ép. 4/4 – Révolution Fanon (franceculture.fr)


Rassine monmon, papa. Tome 1 : Ce passé qui ne passe pas …

GENCE, Michael ; Rassine monmon, papa. Tome 1 : Ce passé qui ne passe pas …  Kollectif Nawak, 2015. 

Résumé de l'équipe documentaire :

« 1963, le tout jeune département français de la Réunion atteint les 400 000 habitants, dont la moitié a moins de 20 ans.

1963, encore, Michel Debré (ancien 1er ministre de DeGaulle) devient député de La Réunion et entame une politique démographique qui va du contrôle des naissances* à « l’exportation » en France d’un grand nombre de jeunes réunionnais, voire des enfants, se servant d’institutions telles que l’armée, la fonction publique et les organismes sociaux. Pour cela, il crée le Bureau pour le développement des migrations intéressant les départements d’outre-mer (le Bumidom).

Je suis allé à la rencontre de plusieurs de ces migrants qui, comme mes parents, ont franchi l’océan sous l’impulsion de l’état français. Ce 1er tome pose le contexte dans lequel mes parents ont « désoté la mer»** pour un aller sans retour pour l’hexagone, à la fin des années 60.

L’histoire de toute une jeunesse réunionnaise déboussolée, à qui on a séché tout espoir de développement au pays natal, vécue comme une promotion sociale, pour quelques uns, et pour de nombreux autres, comme un exil. »

*interdit dans l’hexagone. ** traversé la mer.