Littérature engagée

ALLIOT, DavidLe communisme est à l’ordre du jour : Aimé Césaire et le PCF, de l’engagement à la rupture. Paris : Pierre-Guillaume de Roux Editions, 2013, 382 p.


BANGOU, Henri. Le Parti Socialiste Français Face à la Décolonisation. Paris : L’Harmattan, 2004, 287 p.


BANGOU, Henri. Aliénation et désaliénation dans les sociétés post-esclavagistes: Le cas de la Guadeloupe. Paris : L’Harmattan, 2000, 170 p.

« Le caractère particulier des relations établies au XVe siècle entre une Europe mercantile, en passe de s’industrialiser, et le continent noir africain, a durablement altéré l’image et le destin d’une partie de l’humanité. La problématique de l’esclavage noir aux Antilles et les diverses aliénations dont il a été le support, permettent de cerner les douloureux défis auxquels ont été, et sont encore, confrontés les peuples issus de ces relations afro-européennes.

C’est l’objet de cet essai qui révèle, de surcroît, les profondes modifications sémantiques qu’une institution, celle de l’esclavage des Noirs d’Afrique, a conféré au concept d’aliénation. C’est pour l’auteur de l’Histoire de la Guadeloupe, en trois volumes, parue aux Editions de l’Harmattan en 1987, l’occasion d’affiner une quête identitaire débouchant sur une affirmation historique plus authentique du peuple guadeloupéen. »


BONNOT, Xavier-Marie, GUILLERM, François-XavierLe sang des nègres : Mai 1967 à la Guadeloupe, le dernier massacre de la Ve République. Paris : Editions Galaade, 2015, 160 p.


BRAFLAN-TROBO, Patricia. Conflits sociaux en Guadeloupe : Histoire, identité et culture dans les grèves en Guadeloupe. Paris : L’Harmattan, 2007, 182 p.


CHANE-KUNE, SLa Réunion n’est plus une île, Paris : L’Harmattan, 1996, 367 pages.

Seul le Chapitre VIII est pertinent au regard de la thématique de la migration domienne. L’approche privilégiée dans ce chapitre se lit dans son titre : « L’émigration : une solution discutable pour l’emploi, mais un puissant révélateur d’identité ». La migration y est présentée, tour à tour, sous ses différents aspects : son caractère organisé, sa dimension politique, l’insertion professionnelle, l’insertion sociale et la dialectique migration/identité.


CHRISITANZistoir Kristian : mes aventures. Histoire vraie d’un ouvrier réunionnais en France, Maspero, Paris, 1977.

 » Ce récit autobiographique raconte la vie et les mésaventures de Christian, exilé réunionnais en France, qui cherche en vain une situation décente et confortable, mais qui est victime de discrimination du fait de la couleur de sa peau et de sa mauvaise maîtrise de la langue française. Il dénonce les conditions de vie des migrants dans les années 1960-1970.  » source : Mollat.com


DE LEPINE, ÉdouardChalvet, Février 1974, suivi de : 102 documents pour servir à l’histoire des luttes ouvrières de janvier-février 1974 à la Martinique, Fort-de-France : K-Libris, 2014, 528 p.


DE LEPINE, ÉdouardLa Crise de Février 1935 a la Martinique: Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier en Martinique. Paris : L’Harmattan, 2004, 256 p.



GAMA, Raymond, SAINTON, Jean-PierreMé 67 : Mémoire d’un événement. Pointe-à-Pitre : Société guadeloupéenne d’édition et de diffusion, 1985, 263 p.

Enquête historique sur les événements survenus les 26 et 27 mai 1967 à Pointe-à-Pitre au cours desquels les forces de l’ordre mitraillèrent la population faisant un nombre indéterminé de victimes, en tout cas bien supérieur aux chiffres reconnus par les autorités de 7 morts et d’une centaine de blessés.

Ce travail d’enquête réalisé au cours des années 1980, une quinzaine d’années après les faits, par les deux co-auteurs, historiens et militants, à partir de la collecte des documents trouvés et de l’enquête orale, a été le premier ouvrage historique faisant état des « massacres de mai 1967 ». Il fait encore aujourd’hui référence et a fait l’objet d’une réédition légèrement remaniée en 2011. L’ouvrage contient des témoignages et des documents ainsi qu’un récit analytique retraçant les événements dans leur contexte économique, social et politique.


Caraïbes sur seine

PINEAU, Gisèle, 1999, Caraïbes sur seine, Paris, Editions Dapper.

Le but de cette bibliographie est de rassembler des études d’historiens, d’anthropologues, de sociologues, de politistes etc. et non pas des écrits romanesques. Toutefois, il est intéressant de relever que certains romans ont pour sujet principale le vécu migratoire, à l’instar de Caraïbes sur seine. La guadeloupéenne Gisèle Pineau écrit ici, pour un jeune public, l’histoire et le vécu fictif d’une famille (Oscar, Jeanine et leurs trois enfants) qui quitte la Guadeloupe pour s’installer en banlieue parisienne.

Peyi an nou

Jessica Oublié (scénario), Marie Ange Rousseau (dessin), Peyi an nou, éditions Steinkis, 2017.

« Il est des histoires que l’on porte en soi et que l’on ne connait pas jusqu’à ce qu’elles s’imposent. Un voyage en Guadeloupe à l’été 2015, une discussion avec un grand-père malade, de longs silences après de simples questions, un déjeuner de famille où des mémoires souffreteuses acceptent progressivement de sortir de leur mutisme, et le mot est lâché : BUMIDOM. C’est en partie de l’histoire de cet acronyme un peu abstrait dont il est ici question.

Les Antillo-Guyanais nés en métropole ont tous un parent enregistré dans les fichiers de cette agence d’Etat dont la mission était d’encourager et d’organiser l’émigration des ressortissants des DOM de 1963 à 1981. « C’est la première fois que je parle de cette histoire à quelqu’un. Même mes enfants ne savent pas pourquoi je suis arrivée en France, pourquoi ils y sont nés » m’a alors confié Paule qui, séduite par les cartes postales de France que lui envoyait sa soeur, l’a rejointe à l’âge de 20 ans.

Cet été là, mon enregistreur s’est posé de table en table sans trop savoir à la recherche de quoi il partait, un peu comme une bouteille que l’on jette à la mer et dont on espère qu’elle atteindra le bon destinataire. Et puis, des visages se sont assombris, certaines personnes pas préparées à revivre un passé refoulé depuis tant d’années m’ont refixé un rendez-vous qu’elles n’ont jamais honoré.

Au fil des rencontres, je découvre que, soixante ans après, cette histoire reste peu connue, souvent parce que difficile à assumer. Mais finalement, c’est là le lot de toutes les migrations… Et puis il faut dire qu’à l’époque, le quotidien de ces « migrants » se partageait entre difficultés d’intégration culturelle, entassement dans des cités dortoirs, explosion des cellules familiales, communautarisme de survie et déchirement des plus jeunes entre « ici » et « là-bas »…

De retour de vacances, ces voix et surtout ces histoires m’ont poursuivi. Je savais que les personnes qui m’avaient confié les leurs m’avaient investi d’une confiance mais surtout d’un devoir de mémoire. C’est ainsi que ce qui paraissait être un « non sujet » pour beaucoup est devenu un véritable centre d’intérêt pour moi. N’étant ni écrivaine, ni historienne, ni journaliste, j’ai alors décidé de poursuivre ce « travail d’oreille » et d’accepter la responsabilité qu’écouter le passé me donnait vis-à-vis du présent : rechercher, questionner et relater à mon tour cette partie de l’histoire de France.

De fait, Péyi an nou, aurait pu s’écrire avec un point d’interrogation tant, au fil de ses 154 pages, il interroge la relation des personnes originaires des Outre-mer à cette France qu’ils disent souvent avoir « idéalisée » avant leur départ. Se pose également la question d’une citoyenneté française « périphérique » qui, au gré des vagues de migration, s’est vue marginalisée, faisant des uns et des autres des « migrants de l’intérieur ». Car c’est à travers leur expérience migratoire que ces travailleurs du BUMIDOM découvrent qu’ils sont « noirs », « antillais » et « immigrés » alors qu’ils pensaient simplement être « français ».

Si Péyi an nou est un récit hommage à des hommes et des femmes ordinaires qui ont vécu le déplacement, il est aussi et surtout un travail rigoureusement documentaire sur la vie des Antillo-Guyanais de et en métropole. Il aborde les problématiques de l’exil dans un pays qui était pensé comme à soi, du retour dans un pays où l’on n’est plus considéré comme chez soi, de la liberté de la jeune génération à aller et venir des deux côtés de l’Atlantique sans pour autant trouver sa place, et des questionnements identitaires de ceux qui sont nés ici et qui se construisent dans un espace imaginaire idéal situé entre ici et là-bas. Péyi an nou est une invitation à dire des mémoires familiales dispersées entre deux mondes, à les vivre pleinement, et non plus en pointillé, pour faire le pari, in fine, d’être Français à part entière. »

source : Jessica Oublié, WordPress

Le blog du roman graphique :

La BD – Peyi an nou (wordpress.com)