TiMalo

TiMalo est un guadeloupéen artiste issu de la scène slam de Guadeloupe en 2007. Son premier album « Pawòl Funk-Kè », récompensé par un prix Sacem du meilleur auteur illustre bien son attachement au créole, et son style percutant. Présent en Guadeloupe durant le mouvement social de 2009, il décide de raconter des points de vue divergeant sur le LKP à travers une histoire d’amour, « Dé Moun ». Cette histoire prend la forme d’un concept-album et d’un recueil.

[…] Depuis 2012, il est le maitre de cérémonie du Séna. Une manifestation collaborative visant à faire découvrir la littérature de la caraïbe tout en visitant des questions de société.

source : TiMalo.com

Répertoire de Musiques Caribéennes

Toumson Jessica, Cheffe de projet du Répertoire des musiques caribéennes – Diaspora Migrations Voyage, Répertoire de musiques caribéennes, 2015.

En partenariat avec la Médiathèque Caraïbe (LAMECA) du Conseil Départementale de Guadeloupe.


Sked Skwad


SKED SKWADMadinina Part.1 – « Chimen Chien », Laché Chivé Créations 2009 , Réalisé par Walistik


SKED SKWAD feat. AlphaazM’appelle pas Black – « Chimen Chien », Laché Chivé Créations 2009 , Réalisé par Walistik


Erik Pédurand

Pédurand ErikParis Chérie – « École Créole  », Blue House Music 2015, Réalisé par Just Waki

« Erik Pédurand enlève le brillant des paillettes parisiennes et parle d’une capitale colorée d’immigration. « Paris chérie » saisit le sentiment d’invisibilité vécu par les minorités dans une société qui peine à reconnaître son passé colonial ».

source : Soundcloud


Casey

CASEYChez moi – « Libérez la bête » (Casey / Laloo) (p) & © 2009 Anfalsh, Réalisé par Chris Macari et Tchimbé Raid


Les Damné.es de la terre

Damas Léon-GontranIl est des nuits [Guyane 1988], Par les Damné.e.s de la terre – Des voix de luttes 1969-1988 ; Hors Cadres 2018


Damas Léon-GontranBlanchi [Guyane 1988], Par les Damné.e.s de la terre – Des voix de luttes 1969-1988 ; Hors Cadres 2018

« Ces deux extraits tirés d’un disque de RFI, Archives sonores de la littérature noire, consacré à Léon-Gontran Damas, présenté et conceptualisé par Daniel Maximim, introduisent le personnage le moins connu du trio de la négritude. Né à Cayenne en 1912 d’une mère martiniquaise et d’un père guyanais aux origines amérindiennes, africaines et européennes, Léon-Gontran Damas grandit en Guyane puis en Martinique avant d’arriver à Paris à la fin des années 1920.

Cette origine guyanaise est importante car dans l’imaginaire, ce territoire se résume au bagne alors qu’il regorge de ressources et de cultures. Appelé à mener une carrière internationale, Damas a toujours gardé un lien avec la culture populaire caribéenne. Etudiant à l’Ecole des langues orientales et en faculté de lettres, il découvre la culture afro-américaine en fréquentant les musiciens de jazz et de blues du Paris noir. En 1931, Damas retrouve l’étudiant martiniquais Aimé Césaire et, avec leur camarade sénégalais Léopold Sédar Senghor, ils constituent le trio fondateur du mouvement de la négritude.

Il s’agit de réhabiliter la culture africaine et la fierté d’être noir afin de combattre la domination raciale, de développer une nouvelle littérature de résistance contre le colonialisme, et de repenser plus largement la condition humaine à partir de l’expérience nègre. Au contraire de ses camarades qui sont inscrits dans le parcours méritocratique français et qui collectionnent les honneurs rémunérés avant de mener de longues carrières politiques, Damas travaille pour s’en sortir au quotidien. Barman, plongeur, distributeur de prospectus, ouvrier, manutentionnaire, Damas fait partie de ses intellectuels prolétaires.

C’est en souvenir des difficultés matérielles partagées au début des années 1930 avec son ami cubain, le poète et écrivain Alejo Carpentier, que Damas écrit et lui dédie ce poème, Il est des nuits. Quant à Blanchi, lu ici par Philippe Laudenbach, le poème est dédié au couple à l’origine de l’aventure éditoriale de Présence Africaine, Christiane et Alioune Diop. Dans ce dernier texte, Damas expose sur un ton déterminé sa colère de voir l’Afrique pillée et son attachement à la négritude. … » [Texte intégral disponible dans le livret-revue cd, vinyle ou digital]

Texte par : Amzat Boukari-Yabara pour le livret-revue [Par les damné.e.s de la terre] © & ℗ Hors Cadres 2018