Littérature engagée

ALLIOT, DavidLe communisme est à l’ordre du jour : Aimé Césaire et le PCF, de l’engagement à la rupture. Paris : Pierre-Guillaume de Roux Editions, 2013, 382 p.


BANGOU, Henri. Le Parti Socialiste Français Face à la Décolonisation. Paris : L’Harmattan, 2004, 287 p.


BANGOU, Henri. Aliénation et désaliénation dans les sociétés post-esclavagistes: Le cas de la Guadeloupe. Paris : L’Harmattan, 2000, 170 p.

« Le caractère particulier des relations établies au XVe siècle entre une Europe mercantile, en passe de s’industrialiser, et le continent noir africain, a durablement altéré l’image et le destin d’une partie de l’humanité. La problématique de l’esclavage noir aux Antilles et les diverses aliénations dont il a été le support, permettent de cerner les douloureux défis auxquels ont été, et sont encore, confrontés les peuples issus de ces relations afro-européennes.

C’est l’objet de cet essai qui révèle, de surcroît, les profondes modifications sémantiques qu’une institution, celle de l’esclavage des Noirs d’Afrique, a conféré au concept d’aliénation. C’est pour l’auteur de l’Histoire de la Guadeloupe, en trois volumes, parue aux Editions de l’Harmattan en 1987, l’occasion d’affiner une quête identitaire débouchant sur une affirmation historique plus authentique du peuple guadeloupéen. »


BONNOT, Xavier-Marie, GUILLERM, François-XavierLe sang des nègres : Mai 1967 à la Guadeloupe, le dernier massacre de la Ve République. Paris : Editions Galaade, 2015, 160 p.


BRAFLAN-TROBO, Patricia. Conflits sociaux en Guadeloupe : Histoire, identité et culture dans les grèves en Guadeloupe. Paris : L’Harmattan, 2007, 182 p.


CHANE-KUNE, SLa Réunion n’est plus une île, Paris : L’Harmattan, 1996, 367 pages.

Seul le Chapitre VIII est pertinent au regard de la thématique de la migration domienne. L’approche privilégiée dans ce chapitre se lit dans son titre : « L’émigration : une solution discutable pour l’emploi, mais un puissant révélateur d’identité ». La migration y est présentée, tour à tour, sous ses différents aspects : son caractère organisé, sa dimension politique, l’insertion professionnelle, l’insertion sociale et la dialectique migration/identité.


CHRISITANZistoir Kristian : mes aventures. Histoire vraie d’un ouvrier réunionnais en France, Maspero, Paris, 1977.

 » Ce récit autobiographique raconte la vie et les mésaventures de Christian, exilé réunionnais en France, qui cherche en vain une situation décente et confortable, mais qui est victime de discrimination du fait de la couleur de sa peau et de sa mauvaise maîtrise de la langue française. Il dénonce les conditions de vie des migrants dans les années 1960-1970.  » source : Mollat.com


DE LEPINE, ÉdouardChalvet, Février 1974, suivi de : 102 documents pour servir à l’histoire des luttes ouvrières de janvier-février 1974 à la Martinique, Fort-de-France : K-Libris, 2014, 528 p.


DE LEPINE, ÉdouardLa Crise de Février 1935 a la Martinique: Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier en Martinique. Paris : L’Harmattan, 2004, 256 p.



GAMA, Raymond, SAINTON, Jean-PierreMé 67 : Mémoire d’un événement. Pointe-à-Pitre : Société guadeloupéenne d’édition et de diffusion, 1985, 263 p.

Enquête historique sur les événements survenus les 26 et 27 mai 1967 à Pointe-à-Pitre au cours desquels les forces de l’ordre mitraillèrent la population faisant un nombre indéterminé de victimes, en tout cas bien supérieur aux chiffres reconnus par les autorités de 7 morts et d’une centaine de blessés.

Ce travail d’enquête réalisé au cours des années 1980, une quinzaine d’années après les faits, par les deux co-auteurs, historiens et militants, à partir de la collecte des documents trouvés et de l’enquête orale, a été le premier ouvrage historique faisant état des « massacres de mai 1967 ». Il fait encore aujourd’hui référence et a fait l’objet d’une réédition légèrement remaniée en 2011. L’ouvrage contient des témoignages et des documents ainsi qu’un récit analytique retraçant les événements dans leur contexte économique, social et politique.