Le BUMIDOM ou quand l’État français organise la migration des ressortissant.e.s de l’Outre-mer (1963-1982)

Le Bureau pour le développement des migrations intéressant les départements outre-mer (BUMIDOM) est créé en 1963 par le gouvernement français, à l’instigation de Michel Debré, devenu, après sa démission du poste de Premier ministre, député de la Réunion. Il s’agit d’une société d’État, au budget autonome, placée directement sous la tutelle des différents secrétariats d’État ou ministère à l’Outre-mer. Son objectif assumé est d’encadrer et d’organiser les migrations venues des départements d’Outre-mer (DOM), afin d’y désamorcer la crise sociale latente (émeutes de 1959 à Fort-de-France et grèves dans les champs de cannes au Lamentin, en Martinique, en 1961) et de s’assurer le maintien de ces espaces, derniers vestiges de l’Empire, dans la République française. La migration d’individus souvent jeunes permet de couper les mouvements indépendantistes de leur base supposée. Le contexte est celui des Trente Glorieuses en métropole, marqué par le plein emploi et l’expansion de la société salariale, tandis que la situation des DOM reste bien plus dégradée. La création du BUMIDOM s’inscrit dans la continuité de projets antérieurs qui envisageaient le déplacement de populations des Antilles en Guyane ou de La Réunion à Madagascar. Il rassemble des réseaux gaullistes (hommes politiques hexagonaux ou élites locales), hauts-fonctionnaires, souvent anciens préfets, militaires, experts au profil technocrates.

Il s’agit pour la France de la gestion inédite d’une migration : par sa durée, par son encadrement, par les moyens mis en œuvre, même si d’autres formes d’encadrement des migrations ont existé, notamment à travers la création de foyers d’abord pour les travailleurs algériens puis généralisés aux autres étrangers. La promotion du BUMIDOM s’effectue dans les départements d’outre-mer grâce à une forte propagande, diffusée par les services publics sur place, et dans les médias. Prospectus, bouche-à-oreille, discours d’élus invitent les individus à candidater. Son action concerne non seulement l’organisation des voyages des migrants vers l’hexagone mais aussi des activités sociales : prêts, aides au logement, formations, voyages-vacances. Il dispose d’antennes locales dans les DOM, dans des villes de métropole et s’appuie sur des associations dédiées à une action sociale et culturelle : le Comité d’action sociale en faveur des originaires des départements d’outre-mer en métropole (CASODOM), créé avant le BUMIDOM, en 1956, l’Amicale des Travailleurs antillo-guyanais (AMITAG, 1964) et le CNARM (Comité national d’accueil et d’actions pour les Réunionnais en mobilité, 1965). Ces associations bénéficient alors de subventions publiques et d’aides. Un partage des rôles s’opère entre ces associations dirigées par des élites d’origine domienne, souvent proches des réseaux gaullistes, et le BUMIDOM dirigé par des hauts-fonctionnaires, notamment d’anciens préfets. Au fur et à mesure de son existence, le BUMIDOM ouvre des antennes en-dehors de la région parisienne, à Marseille, Bordeaux, Rouen, Nancy par exemple, mais sans grand succès : les migrants s’installent en grande majorité à Paris et ses alentours, soit afin de profiter des réseaux de leurs proches déjà installés dans la région, soit pour être au plus près des offres, alors que les antennes régionales proposent des emplois considérés isolés.

Les procédures de recrutement reposent sur un entretien avec le migrant ou la migrante, afin de déterminer son niveau professionnel et scolaire, puis sur la constitution d’un dossier familial et individuel. Si l’individu a déjà suivi une formation professionnelle, il peut être placé directement sur un emploi en métropole. Pour les candidats qui ne présentent pas de formation ou une formation jugée insuffisante, le BUMIDOM élargit développe un système de formation, dans les DOM (centre de Sakay/Babetville à Madagascar) ou en métropole (centres de Crouy-sur-Ourcq, Simandres…). Dans ce cas, les migrants sont associés à une formation précise dès le départ, et ne sont pas autorisés à changer de voie. La formation inclut un apprentissage des compétences pour accéder au poste indiqué, mais aussi des cours dits « d’adaptation à la vie métropolitaine ».

Avant 1963, la migration est constituée d’étudiants, de quelques employés, et d’ouvriers en industrie. Le BUMIDOM encourage une croissance de la migration, mais aussi une diversification des profils : les migrants obtiennent toujours des emplois d’ouvriers industriels, mais aussi d’agents hospitaliers ou de la poste, d’ouvriers dans le bâtiment, etc. La citoyenneté française leur permet en effet d’accéder à la fonction publique, à la différence des migrants étrangers. Entre 1962 et 1979, le nombre de migrants est décuplé, passant de 1 004 par an à 10 346 par an. Le nombre de migrants passés par le BUMIDOM s’élève, en vingt ans, à près de 200 000 ce qui, rapporté à la population des DOM au début des années 1960, constitue un chiffre élevé (en 1961, il y a 283 000 habitants en Guadeloupe, 292 200 en Martinique, 350 000 à la Réunion). Les comptes-rendus disponibles aux Archives comptabilisent en 1980 deux tiers de migrations de travail masculines (62 387), et un tiers de migrations de travail féminines (37 530). Les regroupements familiaux représentent quant à eux 59 937 départs, soit presque autant que la migration de travailleurs. Les flux les plus importants proviennent de La Réunion (64 000), puis de la Guadeloupe et la Martinique (39 000) et enfin de la Guyane (2 000).

Si le Bumidom constitue dans certains cas un tremplin professionnel pour les migrants, l’impression générale laissée par le programme est celle d’une déception. Le programme est critiqué pour avoir fait miroiter des emplois qui ne sont finalement pas proposés une fois sur place. L’ascension sociale promue est très rare, et les migrants occupent des emplois peu qualifiés, sans perspective d’évolution. L’accompagnement social et les aides financières ne sont pas adaptées : les demandes de remboursement de prêts par le bureau arrivent alors que les migrants n’ont pas de situation financière stable, et les délais avant obtention de prêt ou de demande de regroupement familial sont longs. Les migrants font également face à l’isolement, dans les cas où les réseaux familiaux sur place ne sont pas suffisants. Enfin, les migrantes et les migrants sont soumis à des assignations raciales et professionnelles très fortes. Elles se reflètent dans leur encadrement par le BUMIDOM : pour les migrantes, les débouchés les plus courants au centre de Crouy-sur-Ourcq sont ceux d’employées de maison, agentes hospitalières ou infirmières, sténo-dactylos et employées de bureau ; pour les migrants, les formations les plus courantes au centre de Simandres concernent les secteurs de l’industrie et du bâtiment). De plus, les refus de logement sont nombreux et révèlent une incapacité du Bureau à s’imposer dans l’espace public et face aux autres institutions.  Pour autant, les migrantes et migrants ont manifesté une volonté d’émancipation et une capacité d’agency, par diverses stratégies. Si leur situation sociale et économique ne les plaçait pas en position dominante, ils et elles n’ont pas été totalement démunies face au BUMIDOM, dont les capacités de contrainte ont au final été limitées.

L’opposition ou le soutien à la migration organisée représentée par le BUMIDOM a largement structuré l’espace des revendications politiques aux Antilles et à la Réunion dans les années 1960 et 1970. Les mouvements autonomistes et indépendantistes, politiques ou syndicaux, comme par exemple le Groupe d’organisation nationale de la Guadeloupe (GONG) ou l’Union générale des travailleurs réunionnais en France (UGTRF) ont dénoncé le BUMIDOM, accusé de ponctionner les forces vives de leurs nations. En 1982, le gouvernement socialiste a supprimé le BUMIDOM, le transformant en Agence nationale pour l’insertion et la protection des travailleurs d’outre-mer (ANT), dont les missions différaient sensiblement, orientées vers les politiques d’insertion de la population domienne présente en métropole et non plus vers la migration.

Nous voulons avec le projet MIGRINDOM contribuer à une socio-histoire des migrations ultra-marines dans laquelle la question du BUMIDOM est centrale, avec l’idée à partir de cette entrée institutionnelle de dessiner plusieurs axes d’étude.
Le premier consiste en une analyse prosopographique des dossiers individuels contenus dans les archives du BUMIDOM.
Plus largement, nous voulons analyser les politiques publiques en matière d’emploi et de formation à destination des DOM.
En contrepoint, il nous paraît important de participer à une histoire des luttes de la migration ultra-marines et de leur articulation aux mobilisations syndicales, anti-coloniales ou encore mémorielles.
Enfin, au-delà des politiques publiques et des pratiques militantes, nous voulons dessiner une ethnographie des familles marquées par des trajectoires de migrations en provenance des DOM.

Nous souhaitons que le fruit de ce travail puisse dépasser le simple monde académique en touchant un public plus large et qu’il puisse alimenter d’autres formes d’expressions publiques (artistique, littéraire, cinématographique, etc.).