Équipe

MIGRINDOM est une équipe pluridisciplinaire, travaillant sur des champs de recherche variés :

Audrey Célestine est politiste, maîtresse de conférence en études anglo-américaines à l’Université de Lille et membre junior de l’Institut Universitaire de France (2016-2021). Elle est membre du CERAPS et directrice adjointe du CIRESC. Ses recherches portent notamment sur « l’État outre-mer » ainsi que sur l’articulation entre migration, mémoire, identité entre la France hexagonale, la Martinique et la Guadeloupe. Elle a publié La fabrique des identités. L’encadrement politique des minorités caribéennes à Paris et New York (Karthala 2018), Une famille française. Des Antilles à Dunkerque en passant par l’Algérie (Textuel, 2018) et Des vies de combat. Femmes, noires et libres (L’Iconoclaste, 2020).
> https://pro.univ-lille.fr/audrey-celestine/

• Cédric Audebert est directeur de recherche au CNRS, membre du Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales (CNRS – Université des Antilles). Il enseigne à Sciences Po Paris, à l’Université des Antilles, à l’Université de Daloa (Côte d’Ivoire) et l’Université de Costa Rica. Membre co-fondateur du Centre international de recherches sur les esclavages et les traites du CNRS (CIRESC), il est le lauréat 2013 de la Caribbean Studies Association Award. Ses recherches portent sur les diasporas caribéennes aux Etats-Unis, dans les Amériques et en Europe.
> https://esclavages.cnrs.fr/lequipe/comite-de-pilotage/audebert-cedric/

Jennifer Bidet, maîtresse de conférences à l’Université de Paris, utilise une approche intersectionnelle pour étudier l’immigration. Elle a travaillé sur les dynamiques de mobilité sociale dans la migration, analysées à travers le prisme des relations familiales entre la France et l’Algérie dans une perspective transnationale. Riche de son expérience dans l’ethnographie des relations dans les familles immigrées (algériennes), J. Bidet coordonne le volet “Expériences familiales” de l’ANR Migrindom.

Nathalie Ethuin est maitresse de conférences à l’université de Lille et membre du CERAPS. Elle a codirigé avec Karel Yon La fabrique du sens syndical. La formations des représentants des salariés en France (1945-2010), Editions du Croquant, 2014

• Vincent Gay est maitre de conférence en sociologie à l’Université de Paris Diderot, membre du Laboratoire de Changement Social et Politique. Après une thèse consacrée à la place des ouvriers immigrés dans les grèves de l’automobile des années 1980, publiée sous le titre Pour la dignité : ouvriers immigrés et conflits sociaux dans les années 1980 (Presses universitaires de Lyon, 2021),  il poursuit des recherches sur l’histoire politique de l’immigration, en particulier dans le monde du travail.

• Amélie Grysole est maîtresse de conférence en sociologie à l’Université du Havre et chercheuse au laboratoire IDEES. Ses travaux portent sur l’éducation des enfants de parents migrants et sur les stratégies collectives de mobilité sociale déployées sur plusieurs générations et entre plusieurs espaces. Elle s’intéresse à l’articulation entre travail salarié, travail de subsistance et travail parental, ainsi qu’aux politiques, dispositifs et pratiques de protection sociale, qui impactent le maintien économique et affectif de la famille sur place et à distance. 
> https://univ-lehavre.academia.edu/AmélieGrysole

• Stéphanie Guyon est maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Picardie Jules Verne, actuellement accueillie en délégation à l’INED (Unité Migrations et minorités) et directrice-adjointe du CURAPP-ESS (CNRS, UPJV). Elle travaille sur l’Etat Outre-mer, en particulier sur les carrières des hauts fonctionnaires et autorités judiciaires dans les Outre-mer français. Elle a coordonné, avec Natacha Gagné et Benoît Trépied le dossier « Justices ultramarines » (Ethnologie française, 1/169, 2018) et récemment, avec Marie-Hélène Sa Vilas Boas le dossier « Relations sociales, relations ethno-raciales dans les trois Guyanes » (Cahiers des Amériques latines, 1/93, 2020).
> https://www.u-picardie.fr/curapp/sites/default/files/pdf/CV/CVGuyon.pdf

• Marine Haddad est sociologue à l’Institut National d’Études Démographiques (Ined). Elle étudie les migrations ultramarines depuis 2013, avec sa participation aux débuts de l’atelier Génération d’Antillais en Région Parisienne. Ses travaux portent sur les liens entre parcours migratoires, professionnels et familiaux des populations des Outre-mer, en s’appuyant sur des entretiens biographiques, des données de la statistique publique, administratives et d’archives. Ils mêlent analyses quantitatives et qualitatives, avec une perspective à la fois démographique, sociohistorique et sociopolitique.
> https://www.ined.fr/fr/recherche/chercheurs/Haddad+Marine

 Pierre Odin est maître de conférences contractuel en science politique à l’Université des Antilles, chercheur au Laboratoire caribéen de sciences sociales et docteur associé au CERI-Sciences Po. Ses travaux de recherche portent sur la sociologie politique du syndicalisme, la socio-histoire des mobilisations anticolonialistes et la sociologie des rapports de domination en contexte post-colonial. Il est notamment l’auteur de Pwofitasyon : luttes syndicales et anticolonialisme en Guadeloupe et en Martinique (Editions La Découverte, 2019).
> https://sciencespo.academia.edu/PierreOdin

• Sylvain Pattieu est historien, maître de conférences à l’université Paris 8 et membre junior de l’IUF. Après avoir travaillé sur l’histoire sociale du tourisme (deux livres en 2009 et 2015, commissaire d’exposition en 2015 pour le comité d’histoire de la ville de Paris), envisagée à travers le prisme des milieux populaires et des associations liées aux syndicats, ses recherches portent désormais sur les populations noires en France et tout particulièrement sur l’histoire du BUMIDOM. Il a coorganisé pendant plusieurs années un séminaire interdisciplinaire bimensuel sur l’histoire des populations noires (Paris 8, UC Berkeley, Archives nationales, UC Santa Cruz) et organisé un colloque à Berkeley en 2014. Il est par ailleurs romancier. A paraître en 2022, Sylvain Pattieu, Emmanuelle Sibeud, Tyler Stovall (dir.), The Black Population of France, Histories from Metropole from Colonies, Nebraska Press.

• Claire Simonutti est étudiante en Master de Science Politique parcours Action Humanitaire à l’Université de Lille. Le sujet de son mémoire de recherche porte sur « La question néocoloniale au sein des organismes de l’Action Humanitaire, les programmes de développement de l’AFD en Martinique ». Elle anime actuellement le carnet hypothèses du projet de recherches MIGRINDOM. 

• Daniel Veron est maître de conférence en sociologie à l’université de Caen. Spécialiste de la sociologie des migrations et du travail, il est également associé au Centre d’études de l’emploi et du travail et à l’Institut Convergences Migrations. Ses recherches ont porté sur différentes figures de la migration de travail : les migrant·e·s sans-papiers en France, en Argentine et au Canada ; les travailleur·se·s détaché·e·s en Europe ; et désormais les “migrant·e·s de l’intérieur” venus des Outre-mer pour travailler dans l’hexagone.
> https://ceet.cnam.fr/le-ceet/chercheur-euse-s/daniel-veron-1037059.kjsp

• Janoé Vulbeau est doctorant en histoire et en science politique, rattaché au laboratoire ARENES et CERAPS. A partir de décembre, il coordonnera la recherche au sein du projet MIGRINDOM. Il est spécialiste du traitement institutionnel des populations immigrées et des questions urbaines. Sa thèse porte sur les Algériens à Roubaix.