Les Damné.es de la terre

Damas Léon-GontranIl est des nuits [Guyane 1988], Par les Damné.e.s de la terre – Des voix de luttes 1969-1988 ; Hors Cadres 2018


Damas Léon-GontranBlanchi [Guyane 1988], Par les Damné.e.s de la terre – Des voix de luttes 1969-1988 ; Hors Cadres 2018

“Ces deux extraits tirés d’un disque de RFI, Archives sonores de la littérature noire, consacré à Léon-Gontran Damas, présenté et conceptualisé par Daniel Maximim, introduisent le personnage le moins connu du trio de la négritude. Né à Cayenne en 1912 d’une mère martiniquaise et d’un père guyanais aux origines amérindiennes, africaines et européennes, Léon-Gontran Damas grandit en Guyane puis en Martinique avant d’arriver à Paris à la fin des années 1920.

Cette origine guyanaise est importante car dans l’imaginaire, ce territoire se résume au bagne alors qu’il regorge de ressources et de cultures. Appelé à mener une carrière internationale, Damas a toujours gardé un lien avec la culture populaire caribéenne. Etudiant à l’Ecole des langues orientales et en faculté de lettres, il découvre la culture afro-américaine en fréquentant les musiciens de jazz et de blues du Paris noir. En 1931, Damas retrouve l’étudiant martiniquais Aimé Césaire et, avec leur camarade sénégalais Léopold Sédar Senghor, ils constituent le trio fondateur du mouvement de la négritude.

Il s’agit de réhabiliter la culture africaine et la fierté d’être noir afin de combattre la domination raciale, de développer une nouvelle littérature de résistance contre le colonialisme, et de repenser plus largement la condition humaine à partir de l’expérience nègre. Au contraire de ses camarades qui sont inscrits dans le parcours méritocratique français et qui collectionnent les honneurs rémunérés avant de mener de longues carrières politiques, Damas travaille pour s’en sortir au quotidien. Barman, plongeur, distributeur de prospectus, ouvrier, manutentionnaire, Damas fait partie de ses intellectuels prolétaires.

C’est en souvenir des difficultés matérielles partagées au début des années 1930 avec son ami cubain, le poète et écrivain Alejo Carpentier, que Damas écrit et lui dédie ce poème, Il est des nuits. Quant à Blanchi, lu ici par Philippe Laudenbach, le poème est dédié au couple à l’origine de l’aventure éditoriale de Présence Africaine, Christiane et Alioune Diop. Dans ce dernier texte, Damas expose sur un ton déterminé sa colère de voir l’Afrique pillée et son attachement à la négritude. …” [Texte intégral disponible dans le livret-revue cd, vinyle ou digital]

Texte par : Amzat Boukari-Yabara pour le livret-revue [Par les damné.e.s de la terre] © & ℗ Hors Cadres 2018


Panorama de la presse militante nationaliste réunionnaise

  1. La Démocratie, organe républicain indépendant du prolétariat de La Réunion [“puis” bi-hebdomadaire].
source : BnF / Gallica

Références bibliographiques : Histoire de la presse à La Réunion / Karine Técher, Mario Serviable, 1991, p. 103

http://presselocaleancienne.bnf.fr/ark:/12148/cb34529658b


  1. Le Peuple, organe quotidien de l’île de La Réunion.
source : BnF / Gallica

Références bibliographiques : Histoire de la presse à La Réunion / Karine Técher, Mario Serviable, 1991, p. 98

Le Peuple. Saint-Denis, 1908-1958. ISSN 2429-5930. (bnf.fr)


  1. Le Progrès, journal quotidien de l’île de La Réunion.

http://presselocaleancienne.bnf.fr/ark:/12148/cb37583584t

Références bibliographiques : Histoire de la presse à La Réunion / Karine Técher, Mario Serviable, 1991, p. 99


Des migrants de l’intérieur

Ce carnet présente l’actualité du projet de recherche ANR « MIGRINDOM : Des Migrants de l’Intérieur. Gestion étatique et trajectoires collectives de migrants en provenance des
départements d’outre-mer ». Cette recherche se propose de construire une socio-histoire des migrations ultra-marines à partir de trois axes complémentaires : une analyse prosopographique des dossiers individuels contenus dans les archives du Bumidom (Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’outre-mer) ; analyse de l’évolution des politiques publiques en matière d’emploi et de formation à destination des Doms ; une ethnographie des familles marquées
par des trajectoires de migrations en provenance des Doms.
Ce carnet aura donc pour fonction de présenter les membres de l’équipe, suivre l’avancement de la recherche et des séminaires de l’équipe,
publier des notes de lecture, ou des extraits de carnet de terrain.
En outre, ce carnet pourra être le lieu d’une mise en valeur de documents d’archives inédits et dont la valorisation (quand elle est possible) peut permettre d’enrichir le regard sur les
migrations d’outre-mer.
Enfin, ce carnet se voudrait plus largement un espace ressource sur les recherches portant sur les outre-mer, les études post-coloniales, ou
encore les processus de racialisation. Il ambitionne de devenir une vitrine, à destination d’un public plus large que le seul monde
académique, à la fois de diffusion de la recherche mais également de relai pour d’autres formes d’expressions publiques touchant
aux problématiques qui nous intéressent (artistique, littéraire, cinématographique, etc.).